James Guillaume et Paul Robin

Paul Robin est peu mentionné dans la correspondance privée de James Guillaume conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel.

Le Fonds Georges-Emile Guillaume des AEN comporte toutefois une lettre du 6 septembre 1883, adressée à sa sœur Julie, faisant référence à l’orphelinat de Cempuis (cote I/5). Guillaume raconte ses vacances d’été, mentionne le fait que ses filles soient tombées malade et qu’il ait été obligé d’annuler un séjour sur la côte. Il demande alors à Paul Robin s’il peut les loger à Cempuis :

« Cela étant, nous avons demandé à Robin s’il y avait de place dans son orphelinat de Cempuis, qui au moment des vacances devait se trouver vide. Il a répondu qu’oui. Nous sommes donc partis pour Cempuis tous les quatre, plus la bonne, le 4 août. Mais là nous avons eu la plus grande des déceptions : on nous a logés dans une maison en réparations, au rez-de-chaussée, dans deux petites pièces humides et glacées, sentant le plâtre et le vernis ; tout la maison empuantie d’odeurs malsaines ; maîtres et enfants étant partis, il ne restait que quelques gens de service ; alimentation impossible, pain noir, cidre, cuisine faite par une paysanne : impossible de nous faire notre cuisine à part ; il n’existe qu’un seul fourneau monumental, et, tous les ustensiles ayant été emportés, il n’y avait plus qu’une casserole unique ; pas de vaisselle, pas même de couteau ; il a fallu acheter des tasses et des pots. Si on voulait du lait, des œufs, du beurre, il fallait l’acheter à nos frais dans des fermes des environs ; quant à du pain blanc, du sucre, du vin, du café, de la viande, etc ; il fallait aller au bourg voisin, à ¾ de lieues ; et impossible de faire cuire les aliments, sauf dans la casserole unique. Jamais nous n’aurions rêvé quelque chose d’aussi insensé. Au bout d’une huitaine de jours de ce régime, je suis tombé grièvement malade d’une gastrite [illisible] fièvre ; Elise et les enfants, qui avaient la ressource du lait et des œufs, se soutenaient tant bien que mal. Après 10 jours de maladie, je ne savais plus à quel saint me vouer ; et nous n’avions plus même de bonne, elle était partie en congé dans sa famille. Nous ne pouvions pas revenir à Paris, notre maison étant elle-même en réparation, et justement les ouvriers occupaient notre appartement à ce moment-là. Dans notre désespoir, nous décidâmes, d’essayer le bord de la mer malgré le veto du médecin ; il y avait 2 h ½ de chemin de fer pour aller au Tréport ; on me transporte à la gare en voiture, tout malade, nous montons dans le train en nous demandant si nous ne faisions pas une énorme bêtise, – mais il n’y avait pas d’autre parti à prendre. Dès que le maudit Cempuis est derrière nous, les vomissements cessent comme par enchantement ; au débarqué, la bise de la mer nous donne à tous une vie nouvelle, et le soir nous dînons, moi compris, de meilleur appétit. »

Cette pièce montre que James Guillaume avait conservé des liens avec Paul Robin après son exil à Paris, liens qui se sont peut-être distendus après cette mauvaise expérience ?

 

Les cartons F17-14312 et F17-14313 conservés aux Archives nationales à Paris sont consacrés à « l’affaire Cempuis » de 1894. Suite à une campagne de la presse réactionnaire visant l’orphelinat dirigé par Paul Robin de 1880 à 1894, ce dernier doit démissionner.

Le premier carton comporte deux pièces de la main de James Guillaume.

Une lettre du 13 septembre 1892, relative à la méthode « Chevé » d’écriture musicale est très critique :

« Mon sentiment personnel, que j’ai eu l’occasion d’exprimer déjà à plusieurs reprises, est qu’il y a dans les procédés Chevé quelques choses bonnes à prendre, mais que le système, dans son ensemble, ne pourrait sans un grave inconvénient être substitué à la notation musicale actuelle. Qu’on laisse les croyants du Chevisme faire de la propagande dans la presse, qu’on accepte de tenter des expériences dans une ou deux écoles, c’est très bien, et c’est d’ailleurs ce qu’on a fait : mais qu’on donne l’investiture officielle à un missionnaire chargé d’aller prêcher le nouvel évangile dans les écoles normales, cela me semblerait une mesure très fâcheuse. Pour juger de la valeur de la méthode Chevé, M. Robin, malgré son zèle, n’est pas compétent : il manque des connaissances nécessaires en musique. En cette matière, c’est un simple fanatique, victime d’une illusion et tirant de certains résultats tout matériels et mécaniques, des conclusions non justifiées. »

La lettre accompagne une publication de l’association galiniste intitulée « L’enseignement musical » vendu notamment à l’orphelinat de Cempuis. Dans le même carton est conservée une partition de la « Marseillaise de la Paix » écrite selon la méthode Chevé.

La deuxième lettre retrouvée, est datée uniquement du 24 septembre. Elle accompagne trois articles que Paul Robin avait consacrés à l’enseignement intégral. Les trois volumes de 1869, 1870 et 1872 n’ont jamais été remis à James Guillaume, contrairement à sa demande

 

Dans son Internationale. Documents et souvenir, James Guillaume évoque à de nombreux reprises Paul Robin pour le rôle que ce dernier a joué dans l’AIT en insistant notamment sur le « manque de tact » de Robin.

Bien que publié après « l’affaire Cempuis » de 1894, la mention très neutre de l’orphelinat dans l’Internationale reflète l’absence de soutien. Guillaume y évoque son projet de rejoindre Buisson pour enseigner à l’orphelinat des Batignolles, projet qui avorte en raison de l’écrasement de la Commune pendant la Semaine sanglante (mai 1871) :

robin-internationaleExtrait de l’Internationale. Documents et souvenirs, 1907, tome second, troisième partie, chapitre VIII, p. 134.

En 1937, Gabriel Giroud, beau-fils de Paul Robin, rédige une biographie à l’occasion du centenaire de la naissance de son beau-père. Ce texte hagiographique, revient sur le témoignage de Guillaume sur Robin (p. 15) :

« A propos de cette période de l’action socialiste en Suisse, James Guillaume critique son ami sans indulgence [une note renvoie à l’Internationale]. Sous le prétexte que Paul Robin avait l’épithète brutale et le style négligé, il le cite incomplètement, le corrige même et lui attribue ironiquement la confection de la médaille de l’Internationale et l’invention des papillons  gommés. Il n’en reste pas moins qu’après le départ de Paul Robin, dont l’activité était extrême, l’agitation tomba. Si l’on attachait une importance aux incidents qui troublèrent alors la grande Association on devrait lire, outre les ouvrages de James Guillaume et de Nettlau, un Mémoire justificatif que Paul Robin rédigea en 1872 et dont il sera question plus loin. »

Giroud évoque aussi une rupture entre Robin et Guillaume en 1877 en raison des positions néo-malthusiennes du premier (p. 24) :

« Il se rend au Congrès de Saint-Imier (1877) avec l’espoir d’obtenir l’adhésion de ses amis du communisme libertaire, de James Guillaume en particulier et de Pierre Kropotkine. Tous deux comme plus tard Elie et Elisée Reclus, manifestèrent une hostilité très vive. Paul Robin se heurtait à une mentalité puritaine autant qu’à un entêtement doctrinal. Les trois amis se séparèrent. Kropotkine devait s’engager à fond dans l’anarchisme, Guillaume se consacrer bourgeoisement aux travaux quasi officiels du Dictionnaire de pédagogie, Paul Robin satisfaire son ardent désir de propager, avec ses méthodes pédagogiques, l’idée et les moyens néo-malthusiens et eugénistes. »

Giroud revient dans son ouvrage sur cette rupture en citant une lettre de Guillaume datée de 1905 (p. 202) :

« Dès 1877, je l’ai dit, il se rend au Congrès de Saint-Imier dans l’intention de gagner à l’idée nouvelle ses amis les leaders du communisme libertaire, James Guillaume et Pierre Kropotkine, et de les entraîner à une action publique. Ce fut en vain. Il n’eut pas plus de succès auprès d’Elie et d’Elisée Reclus. Et quand sa propagande s’affirma, elle choqua la mentalité chrétienne de ses amis. A ce point que leurs relations très suivies auparavant finirent par s’espacer et s’éteindre. Paul Robin, qui avait un fond incroyable de sentimentalisme, en fut très affecté. En 1905, il écrivait à James Guillaume, lui demandant cordialement de reprendre leurs relations. Son vieil ami s’y refusa, en lui envoyant d’ailleurs… une attestation de probité ! « Tu t’adonnes, lui répondit-il, à une toquade (sic) que je ne puis approuver, qui a surtout le tort, à mes yeux, de ridiculiser la cause de l’émancipation du travail que tu prétends servir… En tout cas, tes intentions ont toujours été droites, c’est pourquoi, malgré ce qui nous sépare aujourd’hui, je puis te serrer la main en souvenir du passé. » L’action malthusienne, une toquade !… »

 

James Guillaume n’a pas mentionné la mort de Paul Robin dans les « Annales » qu’il rédige entre le 25 mai 1916 et son décès en novembre de la même année.

Notons que dans l’album photograpique conservé aux AEN dans le fonds James Guillaume, se trouvaient les photographies de M. et Mme Robin :

CIMG3247-robinCIMG3269-mme robin

 

Max Nettlau rédigea en 1935 une biographie de James Guillaume. Voici sa perception des relations entre Robin, Guillaume et Buisson à l’occasion de l’évocation de l’implication de Guillaume dans l’œuvre scolaire de la Troisième République :

« His one sphere was paedagogical work in every respect, and this was an all-important subject in France in those years when the liberals and radicals had not vanquished the clericals and monarchists politically, by elections, etc., but the hands of the clergy were still deep in many things, especially in education – the Volksschule – and, evidently, the higher departments supervising public instruction, [illisible] with clericalism, protecting the reactionary teachers, etc. Here the bourgeois-liberal governments themselves did good work in their own interest, even a minister like Jules Ferry who nominated Buisson, Guillaume’s old friend, director of primary education. Buisson was seconded by other liberals, but by none better than James Guillaume, who, then, for years did excellent work behind the curtains, inspiring the reforms in primary education and advising how to checkmate the clerical resistance, how to eliminate the accomplices and tools of the clericals and if gradually the French elementary teachers became for the greater part a radical, freethinking, often socialist, not unfrequently syndicalist and independent-communist body, the foundations of this were laid by Buisson and Guillaume. The latter had to remain strictly in obscurity; as a foreigner, of course he had never an official position, and if the clericals had known that the most notorious of the Bakunist-Internationalists stood behind their enemy Buisson, of course they would have made and outcry and Buisson and Guillaume would have been hunted down. They did that in 1894 to Paul Robin, the educator and neo-malthusian propagandist, who was then for many years the director of the educational establishment of Cempuis. His past was found out, denounced and he was driven from office. He was a notable Internationalist too; militant in Belgium, in Geneva, in Bakunin’s time and in Paris and in his London exile was always in the intimate cercle of Guillaume and of Kropotkin. He was a zealous propagandist and when by Guillaume, who recommended him to Buisson, he was employed in the department of public instruction, his somewhat reckless propaganda became Guillaume’s and Buissons nightmare and so they shifted him to the Cempuis Orphanage, a non-governmental institution, where Buisson’s influence was powerful. So Robin was left to himself there and when the flow fell against him at last, it did not hit also Buisson, nor Guillaume. »

 

Bibliographie sur Robin et Cempuis

Nathalie Brémand, Cempuis : une expérience d’éducation libertaire à l’époque de Jules Ferry (1880-1894), Paris, éditions du Monde libertaire, 1992.

Martine Brunet-Giry, Ferdinand Buisson et les socialistes libertaires, Clamecy, 2014.

Christiane Demeuleanere-Douyère, Paul Robin : 1837-1912, un militant de la paix et du bonheur, Château-Gontier, Publisud, 1994.


Une réflexion au sujet de « James Guillaume et Paul Robin »

  1. Ping : Paul Robin, inspecteur primaire à Blois (1879-1880) | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *