James Guillaume (1844-1916)

Mis en avant

James Guillaume (1844-1916), internationaliste suisse, est surtout connu pour avoir été l’un des dirigeants de la Fédération jurassienne avec Bakounine à partir de 1872. Après son départ pour Paris en 1878, il a activement participé à la création de l’école de la Troisième République aux côtés de Ferdinand Buisson. Il s’est imposé comme un passeur de pédagogie par ses travaux de vulgarisation sur l’histoire de l’éducation, publiés notamment dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Voici pourquoi son ami Buisson l’a qualifié, en 1914 « d’éducateur des éducateurs français ». Il fut aussi un historien majeur de l’école de la Révolution française au moment du Centenaire de 1889 et de l’institutionnalisation des études sur la période révolutionnaire aux côtés d’Aulard. Le lien entre toutes les « vies » de James Guillaume est sa croyance en l’émancipation politique par l’instruction.

Titre clé : James Guillaume = ISSN  2494-8187

Lire la suite

Paul Robin, inspecteur primaire à Blois (1879-1880)

Dans la biographie que Max Nettlau consacra en 1935 à James Guillaume, l’historien autrichien insiste sur le fait que l’internationaliste eut un rôle de premier plan aux côtés de Ferdinand Buisson. Il fait un parallèle entre le fait que Guillaume fut obligé de rester dans l’obscurité et « l’affaire Cempuis » de 1894 qui visait indirectement Buisson à travers Robin. Nettlau en fait un intime de Guillaume et ce serait ce dernier qui l’aurait recommandé auprès de Buisson pour qu’il obtienne son poste d’inspecteur primaire à Blois. L’extrait suivant illustre toutefois les relations conflictuelles entre Guilaume et Robin :

« He was a notable Internationalist too; militant in Belgium, in Geneva, in Bakunin’s time and in Paris and in his London exile was always in the intimate cercle of Guillaume and of Kropotkin. He was a zealous propagandist and when by Guillaume, who recommended him to Buisson, he was employed in the department of public instruction, his somewhat reckless propaganda became Guillaume’s and Buissons nightmare and so they shifted him to the Cempuis Orphanage, a non-governmental institution, where Buisson’s influence was powerful. »

Lire la suite

Le dossier de naturalisation de James Guillaume

Le dossier de naturalisation de James Guillaume (qui concerne aussi sa femme Élise), est conservé sous le numéro 5528 X85 aux Archives nationales de Paris sous la cote BB/11/1866.

La pièce la plus ancienne est une demande d’admission à résidence en date du 11 septembre 1885. James Guillaume avait manifesté cette même année sa volonté de revendiquer la nationalité française en raison de son attachement à la Révolution. Il adresse le 5 novembre 1885 un courrier au Garde des Sceaux afin de justifier sa demande alors qu’il se présente comme « publiciste » de profession. Il justifie cette autorisation de résider en France par ses travaux intellectuels :

Lire la suite

James Guillaume, historien de l’Internationale (1903-1916)

internationale-1Couverture du premier volume de l’Internationale numérisée sur Archive.org.

À partir de 1903, le nombre d’articles publiés par James Guillaume dans la revue La Révolution française tend à diminuer. La période encadrée par la parution du tome V des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale en 1904 et celle du sixième et dernier tome en 1907 se caractérise par une réorientation de l’activité historique de Guillaume. Il continua de travailler sur ce qu’il considérait comme son œuvre principale mais il se lance aussi à cette période dans son histoire de l’Internationale. James Guillaume mobilise alors la méthode historique acquise dans ses travaux sur l’histoire de l’école de la Révolution pour rédiger ce qui sera L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) dont le premier tome paraît justement en 1905.

Lire la suite

James Guillaume et Paul Robin

Paul Robin est peu mentionné dans la correspondance privée de James Guillaume conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel.

Le Fonds Georges-Emile Guillaume des AEN comporte toutefois une lettre du 6 septembre 1883, adressée à sa sœur Julie, faisant référence à l’orphelinat de Cempuis (cote I/5). Guillaume raconte ses vacances d’été, mentionne le fait que ses filles soient tombées malade et qu’il ait été obligé d’annuler un séjour sur la côte. Il demande alors à Paul Robin s’il peut les loger à Cempuis :

Lire la suite

James Guillaume, « Karl Marx pangermaniste, » 1915

karl_marx_pangermanisteLa Bibliothèque nationale de France a mis en ligne le 25 juillet 2016, le dernier ouvrage publié par James Guillaume avant sa mort : « Karl Marx pangermaniste » (paru en 1915). Ce texte a nourri la polémique liée au ralliement de James Guillaume à l’Union sacrée en 1914, en témoigne l’article de Jean Longuet qui fut reproduit par « La Sentinelle. »

James Guillaume et l’Université populaire du XIVème arrondissement (1904-1914)

cimg3402Extrait d’un rapport contenu dans le rapport de surveillance de la Préfecture de police mentionnant en 1905 ses activités à l’Université populaire du XIVème arrondissement. L’ouvrage fondamental de Lucien Mercier, Les universités populaires : 1899-1914. Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle (éditions ouvrières, 1986) est disponible sur Gallica. L’implication de James Guillaume dans la vie des U.P. du XIVème arrondissement (dont la directrice était Pauline Kergomard) et du XIIIème arrondissement (sous la direction de Ferdinand Buisson) est documentée par des sources variées.

Lire la suite

Les revenus de James Guillaume (1904-1916)

cimg4806Document conservé aux AEN dans le fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote II/7 consacrée aux testaments. Celui de Jams Guillaume en est toutefois absent. Nous avons choisi de publier cet état des biens (liste des obligations qu’il possédait) pour le croiser avec deux lettres de 1904 dans lesquelles il décrit à sa sœur Julie sa situation financière.

Lire la suite

Guillaume explique à sa sœur son attachement à Paris (1900)

CIMG5072Retranscription d’une lettre adressée à Julie Guillaume le 14 mai 1900 et conservée aux AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6.

« J’avais eu envie d’abord de te répondre à lettre vue, pour te dire que ton projet était chimérique. Puis j’ai pensé qu’il valait mieux prendre le temps de la réflexion, et me bien tâter, afin que ma réponse te donnât ma pensée dûment mûrie. Et après ta nouvelle lettre de ce matin, je prends la plume.

Ma réponse est négative, je te le dis tout de suite. Mais en même temps, je tiens à te dire, pour commencer, que je te suis très reconnaissant de ton idée et de ton initiative ; et je te prie de remercier beaucoup de ma part mon ami David[1], à qui tu pourras communiquer ma lettre si tu veux, pour mieux lui expliquer la chose.

Mes motifs sont de deux sortes : il y a, d’abord, les raisons que j’ai de rester à Paris, et en second lieu, celles que j’ai pour ne pas me lancer dans une pareille tentative.

Lire la suite

James Guillaume et La Sentinelle, journal du parti socialiste (1903-1916)

Titre La Sentinelle 1903Le journal La Sentinelle a été numérisé sur le site des journaux suisses numérisés et mis en ligne par la Bibliothèque nationale suisse (BN) et ses partenaires cantonaux. L’interface permet de consulter tous les  numéros qui sont interrogeables en mode texte pour une recherche fine : http://newspaper.archives.rero.ch

Voici la présentation de ce périodique sur la page consacrée à La Sentinelle :

« Le premier numéro de La Sentinelle paraît le 4 janvier 1890. Fondé par l’Union des sociétés ouvrières de La Chaux-de-Fonds avec pour rédacteur en chef Walter Biolley (1866-1905), le journal devient dès 1896 le miroir des idées du Parti Socialiste. Très engagé en faveur de la justice sociale et de la classe ouvrière, il sera marqué par les plumes de personnalités politiques en vue comme Charles Naine (1874-1926) ou Ernest-Paul Graber (1875-1956). Souvent en proie à des problèmes financiers, il fusionne en 1965 avec le quotidien des socialistes vaudois et genevois « Le Peuple » et devient « Le Peuple La Sentinelle ». Ce grand quotidien socialiste romand survivra sous cette forme jusqu’au 19 mai 1971, date de la parution de son dernier numéro. »

Lire la suite

« […] Une activité fiévreuse me permet seule d’échapper au vide de mon existence » James Guillaume, 1906

CIMG5352Alors que sa fille Émilie se trouve en Asie et ignore encore le décès de sa mère survenu le 26 décembre 1901, James Guillaume décrit à sa fille les activités qui lui servent de « dérivatifs ». Extraits d’une lettre du 22 janvier 1902 (AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6) :

 » Je ne veux pas m’arrêter sur ces idées, qui m’empêchent d’écrire en me faisant trop cruellement sentir la vanité de tout ce qui me reste de l’existence. Et je vais au contraire te parler de l’emploi de mes journées depuis ma dernière lettre. Tu verras qu’ayant cherché à trouver des dérivatifs, j’en ai trouvé, ces derniers jours, de quoi m’absorber presque tout entier sans me laisser le temps de la réflexion. »

Lire la suite

James Guillaume relate sa dépression (1898)

Lettre de von speyr à julie guillaume

Lettre dactylographiée du docteur Whilhelm von Speyr, directeur de l’hôpital psychiatrique de la Waldau à Berne, destinée à Julie, sœur de James Guillaume. Document conservé dans le fonds de la Famille Georges-Emile Guillaume des AEN (cote II/5).

Lire la suite

James Guillaume, « cheville ouvrière » de la Revue pédagogique (1879-1898)

CIMG4980Lettre envoyée par James Guillaume à son ami David Perret au sujet d’un déplacement en Suisse en relation avec son père. Lettre datée du 27 juin 1893 et conservée aux AEN fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5.

« Mais sur le point spécial dont il s’agit, je ne puis pas répondre autrement que je n’ai déjà fait : il m’est impossible d’aller à Neuchâtel à la date indiquée ; je ne pourrai y aller qu’après avoir donné le bon à tirer de la Revue pédagogique, c’est-à-dire aux environs du 15 juin. Mon numéro est à faire en entier (96 pages) [Note : Les numéros de la Revue pédagogique étaient datés du 15 de chaque mois. Les dates de la lettre sont incohérentes mais le numéro 7 du tome XXII du 15 juillet fait 96 pages] ; je me trouve déjà retardé d’une semaine, parce que mon comité, qui n’a pas pu se réunir lundi dernier, qui était jour férié, ne se réunira qu’après-demain ; en outre, M. Buisson et M Steeg sont absents, je suis complètement seul et ne puis abandonner mon poste. Cela m’est aussi impossible, qu’à toi de ne pas obéir à la consigne militaire qui va te faire aller à St-Chamond. Si je me rendais coupable de cette désertion, le ministre de l’instruction publique, qui m’a nommé de concert avec l’éditeur Delagrave, à cet emploi, serait en droit de me révoquer ; et comme il ne manque pas de gens qui convoitent ma place, je m’empresserais très certainement à la perdre. Ainsi, n’en parlons plus. »

Lire la suite

James Guillaume et le souvenir de Pestalozzi dans les années 1890

CIMG4849Extrait d’une lettre adressée par James Guillaume à ses sœurs le 5 juillet 1890 conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5). Il fait référence à l’inauguration d’une statue de Pestalozzi à Yverdon-les-Bains le 5 juillet 1890.

Lire la suite