James Guillaume par Lucien Descaves dans la Bataille syndicaliste (29 novembre 1916)

Lucien Descaves, « Aux obsèques de James Guillaume. Les adieux au vieux militant de l’Internationale », La Bataille syndicaliste, 29 novembre 1916

Note : Retranscription de l’article conservé dans les Lucien Descaves papers à l’IISH d’Amsterdam. Cote : ARCH00459.360 Article numérisé

« Je crois bien que j’étais, parmi les personnes réunies hier autour du cercueil de James Guillaume, celle qui la dernière a pu le voir vivant. C’était à Préfargier, près de Neuchâtel. Un de ses vieux amis, Louis Dindy [Note : correction à la main : D barré remplacé par un P], l’un des trois ou quatre anciens membres de la Commune encore existants, m’accompagnait. James Guillaume vint vers nous au bras d’un infirmier et j’eus alors l’impression très nette que je voyais Guillaume pour la dernière fois. Son corps usé n’était qu’une pauvre loque soutenue, traînée, galvanisée par une volonté indomptable, cette volonté d’agir dont Guillaume, au cours de sa vie exemplaire, a donné tant de preuves ! Une ruine : mais dans cette ruine continuait à chanter l’invisible oiseau d’une merveilleuse intelligence !

Pendant deux heures, il nous tint sous le charme de sa conversation substantielle, variée, tournée vers le passé ! Jamais sa lucidité n’avait été plus vive. Une date, un nom nous manquaient-ils, aussitôt il nous les indiquait. Sa mémoire demeurait imperturbable. Et il est mort ! Un grand historien révolutionnaire vient de disparaître. Un internationaliste de la première heure se repose, après avoir bien rempli sa longue journée. Mais j’ai prononcé un mot impie en disant que je le vis, il y a deux mois, pour la dernière fois. Les hommes tels que James Guillaume, on les revoit toujours ; on les revoit tant qu’on veut ; on les revoit quand on veut. James Guillaume est impérissable et présent dans ses Esquisses historiques, ses Études révolutionnaires, son Mémoire de la Fédération Jurassienne, car ces beaux livres, à sa ressemblance, irradiaient de son foyer intérieur. Nous le reverrons encore dans les articles qu’il donnait, avant la guerre, à La Bataille syndicaliste et que j’ai recueillis pour les réunir en volumes. Nous le reverrons enfin, nous le reverrons surtout dans son œuvre la plus haute, la plus complète, la plus instructive pour les générations à venir : L’Histoire de l’Internationale, qui a le visage de l’immortalité. Lucien Descaves. »


Une réflexion au sujet de « James Guillaume par Lucien Descaves dans la Bataille syndicaliste (29 novembre 1916) »

  1. Ping : L’amitié entre James Guillaume et Lucien Descaves (1902-1916) | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *