L’amitié entre James Guillaume et Lucien Descaves (1902-1916)

cimg6147cimg6148Cette carte de Lucien Descaves est la plus ancienne pièce retrouvée de sa correspondance avec James Guillaume (Fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel, cote 76.1). La cote 76 rassemblent 9 pièces écrites par Descaves et datées de 1902 à 1914.

Dans ses Annales rédigées dans les derniers mois de sa vie, à Préfargier, James Guillaume note qu’il a rencontré Lucien Descaves pour la première fois au printemps 1902. Celui-ci lui apporta les Souvenirs d’un révolutionnaire de Gustave Lefrançais dont il avait édité son Étude sur le mouvement communaliste à Paris en 1871 alors que celui-ci était exilé. Ce document mentionne ensuite que Descaves était au Val-de-St-Imier à l’été 1902. Pour l’année 1903, Guillaume note : « 24 décembre. Réveillon à l’U.P. du 14e (l’article de Descaves a paru dans le Journal du 27 décembre 1903) ». L’article est reproduit dans le numéro de La vie ouvrière publié en 1914 pour les 70 ans de Guillaume et il existe une réédition datée de noël 1923 intitulée « Un réveillon d’université populaire il y a vingt ans » conservée dans les papiers Lucien Descaves de l’Institut international d’histoire sociale. Voici comment Descaves décrit James Guillaume d’après l’article de 1914 intitulé « Réveillon populaire « :

« L’autre… trop modeste, m’en voudrait sans doute de le nommer, et je ne le nommerai pas. C’est un ancien professeur, né en Suisse et devenu Français. Son nom est intimement lié à l’histoire de l’Internationale, et il fut l’âme de cette Fédération Jurassienne, si mal connue, dont parle avec enthousiasme Kropotkine, dans son admirable livre : Autour d’une vie.

Mon voisin a la physionomie d’un apôtre aussi, mais calme, réfléchi, méthodique. Il ne faudrait pas, toutefois, le juger sur l’apparence: c’est un feu qui couve. Il n’est pas nécessaire de voir rougir les braises, il suffit de sentir la chaleur, sous une couche légère de cendres.

L’homme qui se mettra tout à l’heure au piano, simplement, fraternellement, pour accompagner le choral ou faire danser les couples enlacés, est l’auteur de travaux considérables sur la Révolution française, lesquels lui ont pris quinze années de sa vie. Et ce qu’il évoque, lui, au milieu de cette assemblée de Noël, c’est un bénédictin laïque, savant et familier. » (p. 231)

La version de 1923 est accompagnée d’une présentation biographique de James Guillaume décédé depuis 7 ans :

« Décembre 1903. Je suis allé voir chez lui, boulevard Montparnasse, mon ami James Guillaume. Il n’est pas encore l’histoirien de l’Internationale en Suisse, mais il a déjà publié, outre son étude biographique sur Pestalozzi, ses Esquisses historiques et son Mémoire sur la Fédération Jurassienne, les Procès-verbaux du Comité d’Instruction publique de la Législative et de la Convention depuis le 15 octobre 1792, date de la première séance, jusqu’à la fin de la grande Assemblée. Cinq volumes massifs sont déjà parus. Il en a encore deux sur le chantier, et il sera au bout d’une tâche à laquelle près de vingt années de sa vie auront été consacrée ! James Guillaume ne sort guère que pour aller travailler dans les Bibliothèques et quand il ne sort pas, il travaille encore dans sa petite pièce couverte de livres, de journaux et de papiers. Ils battent sa table et son fauteuil, îlots à demi submergés, qui rendent l’accès difficile au visiteur.

Il faut, d’ailleurs, montrer patte blanche pour être reçu. James Guillaume n’aime pas qu’on lui fasse perdre son temps ; mais quand on est de ses amis, l’accueil cordial qu’on trouve auprès de lui ! On peut le feuilleter : il sait tout. Ce militant de la première Internationale parle plusieurs langues étrangères et, dès son arrivée à Paris, de 1878 à 1887, il a été le secrétaire et le collaborateur de Ferdinand Buisson au Dictionnaire de pédagogie. Buisson a pu l’apprécier à sa valeur en Suisse, où Guillaume, d’une famille neuchâteloise, était professeur d’histoire et de littérature à l’Ecole industrielle du Locle, en 1864. »

Descaves poursuit par la description de Guillaume musicien :

« Car j’oubliais de le dire : James Guillaume est aussi musicien. Il a composé la musique de La Jurassienne sur des paroles d’un vieux nancéen, ancien combattant de la Commune, Charles Keller, demeuré jusqu’à la fin (1913) fidèle à l’idéal de sa jeunesse. »

Lucien Descaves voue une véritable admiration pour James Guillaume dont il fit l’un des héros de son roman Philémon. Vieux de la vieille paru en 1913, qui porte sur la proscription des communard.e.s. Voici comment l’auteur décrit celui qui accueillit Benoît Malon ou encore André Léo dans leur exil en Suisse :

« C’est la plus belle conscience d’homme et d’historien que l’on puisse aujourd’hui révérer. S’il y a une Légion d’honneur idéale, ses grands dignitaires m’apparaissent sous les traits d’Élisée Reclus et de James Guillaume. Quand on a l’estime et l’amitié de ces hommes libres, vrais et sans tâche, on fait partie de la légion : on a la croix. Elle est invisible : elle ne se porte pas sur la poitrine ; elle n’y fait la retape ni en ruban, ni en bijou… ; c’est une distinction d’intérieur.» (p. 201).

 

En 1905, dans le premier volume de son Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878), James Guillaume parle de son « ami Lucien Descaves » (troisième partie, chapitre X, p. 167, note 2). Il évoque le projet de Descaves de faire un livre sur la proscription communaliste lorsqu’il explique qu’il n’a pas lui-même le projet de développer la question de l’exil des communard.e.s :

« Pour tout le reste, je renvoie à l’ouvrage que prépare Lucien Descaves sur la proscription communaliste, ouvrage en vue duquel il réunit depuis plusieurs années, une documentation qui promet un livre des plus intéressants. » (Volume I, troisième partie, chapitre X, p. 172).

L’amitié entre Guillaume et Descaves se double d’un respect mutuel entre les deux hommes de lettres.

 

Pour les 70 ans de James Guillaume, parut le numéro hommage de La vie ouvrière à l’initiative de Pierre Monatte. C’est dans lequel fut inséré l’article « Réveillon populaire » de Descaves. Celui a servi d’intermédiaire pour la publication de ce numéro d’après cette carte adressée sans doute à l’une des deux sœurs de Guillaume (AEN, fonds James Guillaume, cote 76.3) :

cimg6151Lucien Descaves a aussi servi d’intermédiaire au moment du décès de James Guillaume comme en témoigne une lettre qu’Adhémar Schwitzguébel lui adressa le 28 novembre 1916 (conservée à l’IIHS) :

« Mon cher ami,

Je reçois aujourd’hui une lettre d’Auguste SPICHIGER, qui m’annonce que notre ami JAMES a rendu le dernier soupir le 20 novembre à Préfargier, près de Neuchâtel. La famille a l’air de vouloir ignorer tous les amis, et on apprend par le peintre Georges JANNERET (sic), que des démarches sont faites à Paris, en vue des funérailles de notre ami. Je serais très heureux, si vous saviez quelque chose à ce sujet, de me faire savoir, afin que je puisse le communiquer aux camarades de JAMES. J’ai reçu une longue lettre détaillée sur les derniers moments de notre ami : et je pourrais vous la communiquer si vous le désirez. Recevez, cher ami, ainsi que Mme Descaves, mes sincères salutations. »

 

cimg3218cimg3219Cette autre carte, écrite à l’occasion de la mort de James Guillaume n’est pas conservée avec les autres pièces de Descaves car il s’agit d’une lettre de condoléances dont la destinataire n’est pas clairement identifiée puisqu’il ne s’agit ni de ses sœurs, ni de sa fille (AEN, fonds James Guillaume, cote 29,24).

Dans une lettre du 6 décembre 1916 à la fille de James Guillaume, Émilie Chaix, Alphonse Aulard relate les obsèques de son père en mentionnant la présence de Lucien Descaves (AEN, Fonds James Guillaume, cote 10.5) :

« Sa dernière lettre indiquait tant de vigueur intellectuelle que je ne croyais pas à un prochain danger. Au cimetière Montparnasse, où je l’ai accompagné aux côtés de MM. Charles Guillaume, F. Buisson et Descaves, je me serais fait un devoir de lui rendre hommage au nom de la Société de l’histoire de la Révolution, mais on n’a pu entendre qu’un seul discours. »

Lucien Descaves a ainsi assisté aux obsèques de James Guillaume à Paris le 28 novembre 1916 comme il l’a relaté dans un article de la Bataille syndicaliste daté du lendemain. C’est l’occasion pour lui de décrire la dernière visite qu’il rendit à James Guillaume à Préfargier :

« James Guillaume vint vers nous au bras d’un infirmier et j’eus alors l’impression très nette que je voyais Guillaume pour la dernière fois. Son corps usé n’était qu’une pauvre loque soutenue, traînée, galvanisée par une volonté indomptable, cette volonté d’agir dont Guillaume, au cours de sa vie exemplaire, a donné tant de preuves ! Une ruine : mais dans cette ruine continuait à chanter l’invisible oiseau d’une merveilleuse intelligence ! »

Cet article a été découpé et est conservé aux AEN avec d’autres articles relatifs à James Guillaume collectés après la mort de ce dernier (Fonds James Guillaume, cote 46) :

bs29112016L’auteur avait aussi gardé un exemplaire de l’article qui se trouve actuellement dans les papiers Lucien Descaves de l’IIHS.

Descaves s’engagea  à éditer des articles de James Guillaume écrits pour la Bataille syndicaliste :

« Nous le reverrons encore dans les articles qu’il donnait, avant la guerre, à La Bataille syndicaliste et que j’ai recueillis pour les réunir en volumes. Nous le reverrons enfin, nous le reverrons surtout dans son œuvre la plus haute, la plus complète, la plus instructive pour les générations à venir : L’Histoire de l’Internationale, qui a le visage de l’immortalité. »

Ces textes, qui devaient former le troisième volume des Études révolutionnaires sont restés manuscrits et sont actuellement conservés à l’IIHS d’Amsterdam après que Descaves les a vendus à l’institut en 1936. James Guillaume avait achevé la révision du manuscrit le 10 février 1915 qui était, d’après une note de sa main, prêt à être composé.

Dans l’hommage que Ferdinand Buisson a rendu à Guillaume dans La Révolution française en 1917, il est aussi fait référence à l’engagement pris par Descaves :

« Il avait retrouvé dans la Confédération générale du Travail une sorte de famille sociale qui lui rappelait toutes les espérances et toutes les ardeurs de sa jeunesse. Le syndicalisme ouvrier lui paraissait la réalisation de l’idéal qu’il avait toujours poursuivi et contre les partis bourgeois et contre l’autoritarisme marxiste et même contre le socialisme parlementaire. Lucien Descaves a promis de réunir en un volume les articles que Guillaume donnait volontiers en ces derniers temps à la Bataille syndicaliste et à la Vie ouvrière. Plusieurs sont des pages admirables, celle par exemple qu’il a consacrée à son grand ami Pierre Kropotkine. »

La relation amicale entre Descaves et Guillaume était suffisamment forte pour que le premier ait peut-être été désigné comme exécuteur testamentaire, sans que cela soit certain puisque le testament a été perdu comme l’indique cette pièce conservée aux AEN (Fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote II/1) :

cimg5155cimg5156cimg5157

 

En 1951, la directrice de la Bibliothèque de Neuchâtel a contacté le neveu de James Guillaume, Charles Guillaume, afin de constituer un fonds d’archives à l’aide des papiers de son oncle. Le dossier comporte le brouillon d’une lettre de Charles Guillaume par laquelle il évoque l’amitié entre Descaves et son oncle :

« D’autre part, peu de temps après qu’eût éclaté la guerre de 1914, J.G. qui sentait sa fin prochaine, a de nouveau quitté Paris pour venir s’établir à Préfargier où il contait (sic) finir ses jours. Mais son état de santé ne lui a pas permis de s’occuper lui-même de de (sic) l’expédition de ses livres et manuscrits, c’est je crois à sa belle-sœur, qu’il avait confié cette tâche ; et auparavant il avait donné l’autorisation à son ami Lucien Descaves de venir prendre tout ce qui pouvait l’intéresser dans sa bibliothèque. Je suppose que ce dernier a usé largement de la permission. »

Ceci est cohérent avec la lettre de Descaves du 27 décembre 1916 par laquelle il fait référence aux caisses de livres et de papiers expédiées à Neuchâtel et qu’il n’a pas eu le temps d’inventorier.

 

Note : Un fonds Lucien Descaves a été acquis entre 2007 et 2009 par la Bibliothèque de l’Arsenal qui comporte quelques pièces de correspondance relatives à James Guillaume. Il s’agit des Papiers Lucien Descaves. Ms-15710.

 


Une réflexion au sujet de « L’amitié entre James Guillaume et Lucien Descaves (1902-1916) »

  1. Ping : Perpétuer la mémoire de James Guillaume (1916-1931) | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *