James Guillaume et l’Université populaire du XIVème arrondissement (1904-1914)

cimg3402Extrait d’un rapport contenu dans le rapport de surveillance de la Préfecture de police mentionnant en 1905 ses activités à l’Université populaire du XIVème arrondissement. L’ouvrage fondamental de Lucien Mercier, Les universités populaires : 1899-1914. Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle (éditions ouvrières, 1986) est disponible sur Gallica. L’implication de James Guillaume dans la vie des U.P. du XIVème arrondissement (dont la directrice était Pauline Kergomard) et du XIIIème arrondissement (sous la direction de Ferdinand Buisson) est documentée par des sources variées.

Lire la suite

Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris

La tentation de l’exil (1871)

James Guillaume a envisagé de partir à Paris dès février 1871, ceci à l’invitation de Ferdinand Buisson.

Lettre à sa sœur Emilie du 27 février 1871 (AEN)

« Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années. »

Lire la suite

James Guillaume vu par la police française : un anarchiste sous surveillance

Dossier PP

Archives de la Préfecture de Police. Cote : B A/1111 Guillaume, James Thomas, homme de lettres

Le carton B A/1111 comporte plusieurs chemises dont une consacrée à James Guillaume qui est identifié sur les différents rapports de la Préfecture de police, de la sûreté générale et autres sous la référence « 28.612 ». Elle contient 181 pièces composées entre 1872 et 1916.

Synthèse de la surveillance

Le 14 mars 1872 est votée la loi Dufaure qui punit de 3 mois de prison et d’une amende pouvant atteindre 1000 francs l’appartenance à l’Association internationale des travailleurs. Dès avril 1872 (le premier rapport identifié date du 3 avril) sont régulièrement publiés des rapports de surveillance, écrits par des agents anonymes en Suisse, en Belgique. Ces rapports sont nourris de surveillances directes ou bien d’informations fournis par des indicateurs.

Lire la suite