James Guillaume, « cheville ouvrière » de la Revue pédagogique (1879-1898)

CIMG4980Lettre envoyée par James Guillaume à son ami David Perret au sujet d’un déplacement en Suisse en relation avec son père. Lettre datée du 27 juin 1893 et conservée aux AEN fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5.

« Mais sur le point spécial dont il s’agit, je ne puis pas répondre autrement que je n’ai déjà fait : il m’est impossible d’aller à Neuchâtel à la date indiquée ; je ne pourrai y aller qu’après avoir donné le bon à tirer de la Revue pédagogique, c’est-à-dire aux environs du 15 juin. Mon numéro est à faire en entier (96 pages) [Note : Les numéros de la Revue pédagogique étaient datés du 15 de chaque mois. Les dates de la lettre sont incohérentes mais le numéro 7 du tome XXII du 15 juillet fait 96 pages] ; je me trouve déjà retardé d’une semaine, parce que mon comité, qui n’a pas pu se réunir lundi dernier, qui était jour férié, ne se réunira qu’après-demain ; en outre, M. Buisson et M Steeg sont absents, je suis complètement seul et ne puis abandonner mon poste. Cela m’est aussi impossible, qu’à toi de ne pas obéir à la consigne militaire qui va te faire aller à St-Chamond. Si je me rendais coupable de cette désertion, le ministre de l’instruction publique, qui m’a nommé de concert avec l’éditeur Delagrave, à cet emploi, serait en droit de me révoquer ; et comme il ne manque pas de gens qui convoitent ma place, je m’empresserais très certainement à la perdre. Ainsi, n’en parlons plus. »

Lire la suite