James Guillaume, « Droits et devoirs. La résistance à l’oppression » in La Bataille syndicaliste, 8 novembre 1912

Reproduction d’un extrait de la première page de La Bataille syndicaliste conservée à la BnF et numérisée sur Gallica.

Lire la suite

La correspondance entre James Guillaume et Pierre Monatte (1907-1916)

James Guillaume et Pierre Monatte (1881-1960) ont correspondu dans le cadre de leur collaboration lors de la publication deux périodiques : La Vie ouvrière et La Bataille syndicaliste. James Guillaume a soutenu financièrement la création de La Vie ouvrière et faisait partie du « noyau » de ses principaux collaborateurs.

Lire la suite

L’amitié entre James Guillaume et Lucien Descaves (1902-1916)

cimg6147cimg6148Cette carte de Lucien Descaves est la plus ancienne pièce retrouvée de sa correspondance avec James Guillaume (Fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel, cote 76.1). La cote 76 rassemblent 9 pièces écrites par Descaves et datées de 1902 à 1914.

Lire la suite

Les Études révolutionnaires de James Guillaume

études révolutionnaires1

Page de couverture de la première série des Études révolutionnaires parue en 1908 et téléchargeable sur Archive.org. Il s’agit d’un recueil d’articles sur la Révolution française parus principalement dans la revue La Révolution française.

Lire la suite

« L’école doit être indépendante du pouvoir politique » James Guillaume, La Bataille syndicaliste, 1912.

Citation

Note : Retranscription à partir de manuscrits conservés à l’IIHS dans les James Guillaume papers : cote ARCH00531.32

« L’école doit être indépendante du pouvoir politique. Lettre adressée au meeting des instituteurs et institutrices de l’Ardèche, réunis au Teil le 7 novembre 1912 », La Bataille syndicaliste et dans l’Émancipation, bulletin des instituteurs de l’Ardèche

P. 1

« Chers camarades,

Les initiateurs de cette réunion m’ont demandé de vous envoyer quelques mots exprimant la sympathie qu’éprouvent tous les amis de la véritable instruction et de la réelle liberté humaine à l’égard de votre admirable mouvement, à la fois mouvement de vérité pour le perfectionnement de l’école populaire, et mouvement de résistance à l’oppression qui menace la liberté et la dignité du personnel enseignant. En vous adressant ce témoignage de cordiale sympathie et de fraternelle solidarité, je tiens à insister particulièrement sur ce point, que c’est vous, vous seuls, qui marchez dans la ligne de la Révolution française et qui représentez l’esprit, tandis que vos adversaires, ceux qui vous frappent et vous persécutent au nom d’une prétendue discipline universitaire, tournent le dos à la Révolution ; ils ont beau se dire républicains, ils sont des continuateurs de l’ancien régime et de l’Université napoléonienne avec sa tyrannie centralisatrice. »

Lire la suite