« […] Une activité fiévreuse me permet seule d’échapper au vide de mon existence » James Guillaume, 1906

CIMG5352Alors que sa fille Émilie se trouve en Asie et ignore encore le décès de sa mère survenu le 26 décembre 1901, James Guillaume décrit à sa fille les activités qui lui servent de « dérivatifs ». Extraits d’une lettre du 22 janvier 1902 (AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6) :

 » Je ne veux pas m’arrêter sur ces idées, qui m’empêchent d’écrire en me faisant trop cruellement sentir la vanité de tout ce qui me reste de l’existence. Et je vais au contraire te parler de l’emploi de mes journées depuis ma dernière lettre. Tu verras qu’ayant cherché à trouver des dérivatifs, j’en ai trouvé, ces derniers jours, de quoi m’absorber presque tout entier sans me laisser le temps de la réflexion. »

Lire la suite