8ème salon du livre libertaire (Paris, 22-23 avril 2017)

Il sera question d’éducation libertaire au Salon du livre libertaire : http://salon-du-livre-libertaire.over-blog.com/

Extrait du programme du samedi 22 avril :
14h30-15h45 :  L’éducation libertaire en question, avec Hugues Lenoir, L’Education libertaire et Commune de Paris ? , Jean-Charles Buttier, l’école révolutionnaire au moment de la mise en place de l’école de la Troisième République (Buisson/Guillaume), Greg Chambat, Les réacs-publicains en France et l’école, Francesco Codello, Les alternatives pédagogiques en Italie.
Ce sera l’occasion d’évoquer l’histoire de l’école de la Révolution française au moment de la mise en place de celle de la Troisième République en nous intéressant en particulier aux convictions et travaux de James Guillaume mais aussi à ses liens avec Ferdinand Buisson.
Cette table ronde fut enregistrée et ensuite diffusée sur Radio libertaire le 31 juillet 2017 dans l’émission « Trous Noirs ». Elle peut être écoutée sur le site de l’émission à l’aide des mots-clés « éducation » et « pédagogie ».

La dernière correspondance entre James Guillaume et Ferdinand Buisson (1916)

Cahier conservé aux Archives de l’État de Neuchâtel (AEN).

Les AEN possèdent différentes pièces d’archives qu’il est fructueux de croiser pour comprendre la relation entre James Guillaume et Ferdinand Buisson, les deux étant unis par des liens d’amitié ainsi que par des liens professionnels depuis la rédaction du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire.

Lire la suite

James Guillaume, « Droits et devoirs. La résistance à l’oppression » in La Bataille syndicaliste, 8 novembre 1912

Reproduction d’un extrait de la première page de La Bataille syndicaliste conservée à la BnF et numérisée sur Gallica.

Lire la suite

« Une utopie. James Guillaume écrit à Ferd. Buisson » in La Bataille syndicaliste, jeudi 30 janvier 1913

Cette lettre publiée dans La Bataille syndicaliste dirigée par Pierre Monatte dont James Guillaume était proche, concerne un projet de loi présenté par son ami Ferdinand Buisson. James Guillaume participe ainsi à la polémique relative à l’unification scolaire.

Lire la suite

James Guillaume, auteur majeur du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire

Ferdinand Buisson a rappelé à plusieurs reprises le rôle central joué par James Guillaume dans l’aventure éditoriale du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1878-1887). Il fit appel à lui pour en être le secrétaire de rédaction et Guillaume assura l’essentiel de la direction à partir de la nomination de Buisson à la direction de l’instruction primaire en 1879. Buisson rend hommage au travail de Guillaume dans l’avertissement qui conclut le deuxième tome de la première partie du Dictionnaire (février 1887) :

« En terminant, j’ai un autre devoir de gratitude à remplir : c’est de reconnaître publiquement les inappréciables services dont le Dictionnaire est redevable au secrétaire de la rédaction, qui en a secondé d’abord, puis souvent dirigé en fait la publication depuis le jour où j’ai été appelé à des fonctions publiques qui ne laissent guère de loisirs. Tous nos collaborateurs savent avec quel soin scrupuleux, avec quelle étendue et quelle solidité de compétence, avec quelle infatigable vigilance M. J. Guillaume s’est acquitté de la tâche qu’il avait acceptée. Je suis heureux de lui rendre ici un témoignage auquel les éditeurs de cet ouvrage tiennent à s’associer. »

Lire la suite

Le numéro hommage de « La Vie ouvrière » pour les 70 ans de James Guillaume

vo106-couvertureJe remercie Marianne Enckell pour avoir autorisé la mise en ligne de la version numérisée par le CIRA du numéro 106 de La Vie Ouvrière daté du 20 février 1914.

Suivre ce lien pour télécharger l’intégralité du volume : vo-106_guillaume

François Aurigny a produit une version numérique de ce volume à partir de l’exemplaire numérisé par le CIRA et a accepté sa mise en ligne sur le carnet. Qu’il en soit remercié aussi.

Suivre ce lien pour télécharger cette version numérique qui permet une recherche en plein texte : VieOuvriere70ansGuillaumeVersionComplete

Lire la suite

L’amitié entre James Guillaume et Lucien Descaves (1902-1916)

cimg6147cimg6148Cette carte de Lucien Descaves est la plus ancienne pièce retrouvée de sa correspondance avec James Guillaume (Fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel, cote 76.1). La cote 76 rassemblent 9 pièces écrites par Descaves et datées de 1902 à 1914.

Lire la suite

L’édition des procès-verbaux des comités d’instruction publique de la Révolution française, le grand œuvre de James Guillaume

cimg3234

Pièce conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds James Guillaume, cote 30, celle-ci étant composée de 6 pièces liées à ses activités de secrétaire de la commission chargée de publier les documents relatifs à l’instruction publique pendant la Révolution française. Les documents officiels relatifs à cette commission sont conservés aux Archives nationales de France sous la cote F17-2922. Le dossier relatif à la publication proprement dite des procès-verbaux est le F17-17176, qu’il s’agisse de ceux de l’Assemblée législative, de la Convention nationale ou bien des tables analytiques restées inachevées.

Lire la suite

Paul Robin, inspecteur primaire à Blois (1879-1880)

Dans la biographie que Max Nettlau consacra en 1935 à James Guillaume, l’historien autrichien insiste sur le fait que l’internationaliste eut un rôle de premier plan aux côtés de Ferdinand Buisson. Il fait un parallèle entre le fait que Guillaume fut obligé de rester dans l’obscurité et « l’affaire Cempuis » de 1894 qui visait indirectement Buisson à travers Robin. Nettlau en fait un intime de Guillaume et ce serait ce dernier qui l’aurait recommandé auprès de Buisson pour qu’il obtienne son poste d’inspecteur primaire à Blois. L’extrait suivant illustre toutefois les relations conflictuelles entre Guilaume et Robin :

« He was a notable Internationalist too; militant in Belgium, in Geneva, in Bakunin’s time and in Paris and in his London exile was always in the intimate cercle of Guillaume and of Kropotkin. He was a zealous propagandist and when by Guillaume, who recommended him to Buisson, he was employed in the department of public instruction, his somewhat reckless propaganda became Guillaume’s and Buissons nightmare and so they shifted him to the Cempuis Orphanage, a non-governmental institution, where Buisson’s influence was powerful. »

Lire la suite

Le dossier de naturalisation de James Guillaume

Le dossier de naturalisation de James Guillaume (qui concerne aussi sa femme Élise), est conservé sous le numéro 5528 X85 aux Archives nationales de Paris sous la cote BB/11/1866.

La pièce la plus ancienne est une demande d’admission à résidence en date du 11 septembre 1885. James Guillaume avait manifesté cette même année sa volonté de revendiquer la nationalité française en raison de son attachement à la Révolution. Il adresse le 5 novembre 1885 un courrier au Garde des Sceaux afin de justifier sa demande alors qu’il se présente comme « publiciste » de profession. Il justifie cette autorisation de résider en France par ses travaux intellectuels :

Lire la suite

« […] Une activité fiévreuse me permet seule d’échapper au vide de mon existence » James Guillaume, 1906

CIMG5352Alors que sa fille Émilie se trouve en Asie et ignore encore le décès de sa mère survenu le 26 décembre 1901, James Guillaume décrit à sa fille les activités qui lui servent de « dérivatifs ». Extraits d’une lettre du 22 janvier 1902 (AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6) :

 » Je ne veux pas m’arrêter sur ces idées, qui m’empêchent d’écrire en me faisant trop cruellement sentir la vanité de tout ce qui me reste de l’existence. Et je vais au contraire te parler de l’emploi de mes journées depuis ma dernière lettre. Tu verras qu’ayant cherché à trouver des dérivatifs, j’en ai trouvé, ces derniers jours, de quoi m’absorber presque tout entier sans me laisser le temps de la réflexion. »

Lire la suite

Le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire sous la direction de F. Buisson

Sources

Les 4 volumes du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire publié sous la direction de F. Buisson et dont J. Guillaume était le secrétaire de rédaction, sont consultables sur Gallica (édition en volumes qui a suivi la parution en livraisons qui dura de février 1878 à février 1887).

Le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, paru en 1911 est quant à lui disponible en version électronique sur le site de l’Institut français de l’éducation (Ifé).

Lire la suite