James Guillaume, auteur majeur du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire

Ferdinand Buisson a rappelé à plusieurs reprises le rôle central joué par James Guillaume dans l’aventure éditoriale du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1878-1887). Il fit appel à lui pour en être le secrétaire de rédaction et Guillaume assura l’essentiel de la direction à partir de la nomination de Buisson à la direction de l’instruction primaire en 1879. Buisson rend hommage au travail de Guillaume dans l’avertissement qui conclut le deuxième tome de la première partie du Dictionnaire (février 1887) :

« En terminant, j’ai un autre devoir de gratitude à remplir : c’est de reconnaître publiquement les inappréciables services dont le Dictionnaire est redevable au secrétaire de la rédaction, qui en a secondé d’abord, puis souvent dirigé en fait la publication depuis le jour où j’ai été appelé à des fonctions publiques qui ne laissent guère de loisirs. Tous nos collaborateurs savent avec quel soin scrupuleux, avec quelle étendue et quelle solidité de compétence, avec quelle infatigable vigilance M. J. Guillaume s’est acquitté de la tâche qu’il avait acceptée. Je suis heureux de lui rendre ici un témoignage auquel les éditeurs de cet ouvrage tiennent à s’associer. »

Lire la suite

James Guillaume, biographe de Pestalozzi

articleDP1

L’article « Pestalozzi » est publié dans la première partie du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaireCette partie est d’après Guillaume lui-même la partie proprement « pédagogique », la plus originale, par opposition à la deuxième partie qualifiée « d’encyclopédie à l’usage des instituteurs. » La parution de l’article s’étend sur les livraisons numérotées 150 à 152 (juin-août 1885). Avec 75 pages sur 2 colonnes, l’article Pestalozzi est le plus long du Dictionnaire. En 1917; Ferdinand Buisson qualifie cet article de « plus importante des savantes monographies » rédigées par Guillaume dans le dictionnaire. Ce sont en fait 14 articles en rapport avec Pestalozzi qui peuvent lui être attribués avec certitude.

Lire la suite

Le Dictionnaire, Pestalozzi et le Boulangisme (lettre de James Guillaume du 28 avril 1888)

Pestalozzi-portraitPestalozzi-couv

Lettre conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds de la famille George-Émile Guillaume, cote I/5. La page de couverture du Pestalozzi de Guillaume provient de l’exemplaire numérisé sur Archive.org. Le Dictionnaire de pédagogie est disponible en ligne.

Lire la suite

Le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire sous la direction de F. Buisson

Sources

Les 4 volumes du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire publié sous la direction de F. Buisson et dont J. Guillaume était le secrétaire de rédaction, sont consultables sur Gallica (édition en volumes qui a suivi la parution en livraisons qui dura de février 1878 à février 1887).

Le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, paru en 1911 est quant à lui disponible en version électronique sur le site de l’Institut français de l’éducation (Ifé).

Lire la suite

Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris

La tentation de l’exil (1871)

James Guillaume a envisagé de partir à Paris dès février 1871, ceci à l’invitation de Ferdinand Buisson.

Lettre à sa sœur Emilie du 27 février 1871 (AEN)

« Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années. »

Lire la suite

Compte-rendu du Nouveau dictionnaire de pédagogie par Aulard (La Révolution française, 1911)

Citation

Pour la partie historique, j’ai beau chercher une épithète qui ne paraisse pas emphatique, je n’en puis trouver d’autre que celle-ci : admirable. Je n’hésite pas à dire que les articles historiques du Dictionnaire de pédagogie ont renouvelé l’histoire de France depuis 1789, en renouvelant nos connaissances sur ce qu’il y a peut-être de plus important dans cette histoire, c’est-à-dire l’histoire même de l’instruction publique considérée dans le sens le plus large du mot, en tous ses rapports avec le développement politique, et économique, social de notre nation. Comme les autres nations sont étudiées au même point de vue, quoique avec moins de développement, on a, pour la France, d’utiles points de comparaison, et, pour l’humanité civilisée en général, un tableau d’ensemble des principaux faits de son développement intellectuel. Chaque nation, chaque institution, chaque individu ayant quelques rapports avec l’instruction publique a ici son article, avec tous les détails utiles, et un article presque toujours neuf. Je voudrais que tous les étudiants en histoire aient lu l’article France. Tous les articles dont M. J. Guillaume est l’auteur sont excellents. L’article Convention, qu’on lui doit, quand il l’écrivit, il y a près de trente ans, fut une révélation pour les historiens attentifs. Depuis ont paru beaucoup de documents, d’importance capitale, sur la Convention, en particulier le Recueil des actes du Comité d’instruction publique, par M. J. Guillaume lui-même ; il n’y a eu néanmoins que peu de choses à changer dans cet article, dont la nouveauté était si solide. Ces quelques changements, M. Guillaume les a faits avec soin et scrupule.