Entrer dans l’intimité de James Guillaume (lettre du 7 avril 1889)

CIMG4832Lettre de James Guillaume à sa sœur Émilie, datée du 7 avril 1889 et conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel (fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/5).

Le choix d’éditer cette lettre en particulier vise à éclairer la personnalité de James Guillaume en croisant sa vie familiale avec les événements de cette année 1889 si marquante dans l’histoire de la Troisième République et de l’histoire personnelle de James Guillaume.

Lire la suite

Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris

La tentation de l’exil (1871)

James Guillaume a envisagé de partir à Paris dès février 1871, ceci à l’invitation de Ferdinand Buisson.

Lettre à sa sœur Emilie du 27 février 1871 (AEN)

« Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années. »

Lire la suite

Le jugement de James Guillaume sur la guerre de 1870 et la Commune de Paris

CIMG4273

Les échos de la Guerre de 1870 et de la Commune de Paris de 1871 dans la correspondance privée de James Guillaume. Fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/V (Extraits)

Lettre à sa femme Elise du 10 août 1870

« De la guerre, pas de nouvelles. A Paris, cela va bien. Le ministère Ollivier est renversé et remplacé on ne sait trop par qui. Le député Kératry a osé demander la déchéance de l’empereur… C’est le premier acte de la révolution. A Neuchâtel, tout est parfaitement calme. Je suis bien fâché de ne pas pouvoir t’écrire une lettre à tête reposée. »

Lire la suite