James Guillaume dans « Philémon, vieux de la vieille » de Descaves (1913)

Descaves Philémon 1913

Page de titre de la seconde édition datée de 1913, numérisé sur Archive.org. La première édition du Philémon date de 1913. Un autre exemplaire numérisé par Gallica date de 1922. Dans son étude sur les proscrits et exilés, Sylvie Aprile qualifie l’ouvrage de Lucien Descaves de « mise en fiction d’archives » (Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS éditions, 2010, p. 267) et le présente comme « l’un des regards les plus aigus sur la proscription de la Commune » (Ibidem).

Lire la suite

« L’éducation et la Bible » par André Léo dans l’Almanach du peuple pour 1872

1872-couv1872-4e couv

Exemplaire conservé à la Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds (Suisse).

Almanach du peuple pour 1872. 2e année. Articles par A. Schwitzguébel, M. Bakounine, André Léo, G. Lefrançais, B. Malon. Deuxième édition. Saint-Imier, Propagande socialiste.

L’éducation et la Bible (p. 22-26)

« Supposons un homme élevé par ses parents dans un lieu désert, avec peu de livres, ayant étudié surtout la nature et les sciences exactes. Il sait comment se fait la pluie, d’où vient le tonnerre, combien de milliers d’années la terre a mis à se former, combien elle a produit déjà de genres de plantes, d’animaux et d’hommes qui ont disparu, remplacés par d’autres. Il sait que les lois de la nature sont invariables dans leur diversité, c’est-à-dire qu’un fait découle toujours naturellement de faits de même ordre, ou d’ordre correspondant. Il sait que deux et deux font quatre, non pas seulement en arithmétique, mais en toutes choses – connaissances moins communes qu’on ne pense.

Lire la suite

James Guillaume, André Léo et les communeux et communeuses réfugiés à Neuchâtel

JG léo guerre sociale

Volume numérisé par la BnF sur Gallica.

Extraits d’une lettre à sa femme Élise Golay (Jeudi 27 juillet 1871) Fonds Georges-Émile Guillaume (AEN)

[…] Sois sans inquiétude au sujet de notre lit : mon intention n’a jamais été d’en disposer pour autrui, surtout sans ton consentement. Je t’avoue que je n’aurais pas de répugnance à y mettre Mme André Léo : elle a l’air si bon et si respectable. Elle est encore à Neuchâtel jusqu’à dimanche  [note hors texte : 30 juillet] ; elle va donner des conférences à la Chdfonds, puis à Genève. J’espère que tu la verras  lorsqu’elle repassera par ici.

Lire la suite

« Les vaincus n’ont pas d’histoire. Brisons avec cette iniquité », B. Malon, 1871.

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant, édite La Troisième défaite du prolétariat français de Benoît Malon. La même année Guillaume avait déjà imprimé le témoignage d’un autre communard, Clémence. Malon, communard exilé à Neuchâtel, date sa préface du 31 octobre 1871 et donne sa vision de l’histoire (p. 5-6) :

« Un bourgeois républicain écrivait avec raison il y a quelques années : « Les vaincus n’ont pas d’histoire ». Brisons avec cette iniquité. Mais que les amis et les ennemis le sachent, les vaincus qui peuvent, au nom de la vérité et de la justice, traîner les vainqueurs aux gémonies, sont bien près de la victoire. »

Lire la suite

Les devoirs d’un proscrit. Adolphe Clémence exilé en Suisse après la Commune (1871)

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant depuis 1869, publie plusieurs témoignages de proscrits écrits immédiatement après la Semaine Sanglante. Parmi ces ouvrages, celui d’Adolphe Clémence est intitulé De l’antagonisme social, ses causes et ses effets et comporte une préface portant sur la proscription et l’exil. L’ouvrage est numérisé sur Galllica.

Lire la suite

Le jugement de James Guillaume sur la guerre de 1870 et la Commune de Paris

CIMG4273

Les échos de la Guerre de 1870 et de la Commune de Paris de 1871 dans la correspondance privée de James Guillaume. Fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/V (Extraits)

Lettre à sa femme Elise du 10 août 1870

« De la guerre, pas de nouvelles. A Paris, cela va bien. Le ministère Ollivier est renversé et remplacé on ne sait trop par qui. Le député Kératry a osé demander la déchéance de l’empereur… C’est le premier acte de la révolution. A Neuchâtel, tout est parfaitement calme. Je suis bien fâché de ne pas pouvoir t’écrire une lettre à tête reposée. »

Lire la suite

James Guillaume par Lucien Descaves dans la Bataille syndicaliste (29 novembre 1916)

Citation

Lucien Descaves, « Aux obsèques de James Guillaume. Les adieux au vieux militant de l’Internationale », La Bataille syndicaliste, 29 novembre 1916

Note : Retranscription de l’article conservé dans les Lucien Descaves papers à l’IISH d’Amsterdam. Cote : ARCH00459.360 Article numérisé

« Je crois bien que j’étais, parmi les personnes réunies hier autour du cercueil de James Guillaume, celle qui la dernière a pu le voir vivant. C’était à Préfargier, près de Neuchâtel. Un de ses vieux amis, Louis Dindy [Note : correction à la main : D barré remplacé par un P], l’un des trois ou quatre anciens membres de la Commune encore existants, m’accompagnait. James Guillaume vint vers nous au bras d’un infirmier et j’eus alors l’impression très nette que je voyais Guillaume pour la dernière fois. Son corps usé n’était qu’une pauvre loque soutenue, traînée, galvanisée par une volonté indomptable, cette volonté d’agir dont Guillaume, au cours de sa vie exemplaire, a donné tant de preuves ! Une ruine : mais dans cette ruine continuait à chanter l’invisible oiseau d’une merveilleuse intelligence !

Lire la suite