James Guillaume, André Léo et les communeux et communeuses réfugiés à Neuchâtel

JG léo guerre sociale

Volume numérisé par la BnF sur Gallica.

Extraits d’une lettre à sa femme Élise Golay (Jeudi 27 juillet 1871) Fonds Georges-Émile Guillaume (AEN)

[…] Sois sans inquiétude au sujet de notre lit : mon intention n’a jamais été d’en disposer pour autrui, surtout sans ton consentement. Je t’avoue que je n’aurais pas de répugnance à y mettre Mme André Léo : elle a l’air si bon et si respectable. Elle est encore à Neuchâtel jusqu’à dimanche  [note hors texte : 30 juillet] ; elle va donner des conférences à la Chdfonds, puis à Genève. J’espère que tu la verras  lorsqu’elle repassera par ici.

Lire la suite

« Les vaincus n’ont pas d’histoire. Brisons avec cette iniquité », B. Malon, 1871.

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant, édite La Troisième défaite du prolétariat français de Benoît Malon. La même année Guillaume avait déjà imprimé le témoignage d’un autre communard, Clémence. Malon, communard exilé à Neuchâtel, date sa préface du 31 octobre 1871 et donne sa vision de l’histoire (p. 5-6) :

« Un bourgeois républicain écrivait avec raison il y a quelques années : « Les vaincus n’ont pas d’histoire ». Brisons avec cette iniquité. Mais que les amis et les ennemis le sachent, les vaincus qui peuvent, au nom de la vérité et de la justice, traîner les vainqueurs aux gémonies, sont bien près de la victoire. »

Lire la suite