Entrer dans l’intimité de James Guillaume (lettre du 7 avril 1889)

CIMG4832Lettre de James Guillaume à sa sœur Émilie, datée du 7 avril 1889 et conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel (fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/5).

Le choix d’éditer cette lettre en particulier vise à éclairer la personnalité de James Guillaume en croisant sa vie familiale avec les événements de cette année 1889 si marquante dans l’histoire de la Troisième République et de l’histoire personnelle de James Guillaume.

Lire la suite

James Guillaume décrit sa vie d’homme de lettres à sa soeur Emilie (1891)

Extraits d’une lettre conservée dans le fonds de la famille Georges-Emile Guillaume des Archives de l’Etat de Neuchâtel (cote I/5). Lettre du 25 octobre 1891 adressée à sa sœur Émilie au sujet d’un séjour de sa sœur Julie à Paris.

« Ta lettre nous met dans un grand embarras. Si Julie est aussi malade que tu le dis, et si son séjour à Paris devait la guérir, il serait certainement de notre devoir de faire tout notre possible pour réaliser la chose. Mais n’y-a-t-il pas exagération dans ton jugement, et le remède que tu as inventé est-il bien le meilleur ? En tout cas, sa mise en pratique se heurte à des difficultés réelles, peut-être insurmontables, que je vais t’exposer. »

Lire la suite

James Guillaume et les distinctions honorifiques (1901-1907)

Gréard JG 1901Pièce conservée aux AEN, fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/6. Ce dossier de correspondance contient pour l’année 1901 un petit dossier nommé par Guillaume lui-même « palmes académiques » et qui est constitué d’une enveloppe, de deux lettres reçues dont une d’Octave Gréard et de deux brouillons de lettres envoyées.

Lire la suite

James Guillaume et la Révolution prolétarienne (1925-1939) : entre hommage et critique

RP117-1931Volume conservé au CEDIAS Musée social. Fruit d’un partenariat avec le CODHOS / CEDIAS Musée social, la Bibliothèque nationale de France a mis en ligne sur Gallica 15 années de ce périodique, soit 303 numéros.

Le dépouillement du périodique permet d’identifier un certain nombre d’articles faisant référence à James Guillaume. Ainsi, le numéro 6 daté de juin 1925 comporte un catalogue des « cahiers du travail » incluant une réédition des Idées sur l’organisation sociale de 1921 préfacée par Marie Guillot. Le numéro 19 de juillet 1926 comporte un article de Fritz Brupbacher intitulé « Pour le cinquantenaire de Bakounine » dans lequel l’auteur fait référence à « notre cher ami James Guillaume » (p. 4). Dans le numéro 34 de mai 1927, Roger Hairius fait la recension d’un ouvrage sur Pestalozzi d’A. Ferrière et cite le Pestalozzi de Guillaume. Dans le numéro 80 (mai 1929), Fritz Brupbacher rend hommage à Max Tobler, décédé. C’est l’occasion d’évoquer une nouvelle fois James Guillaume :

« Ensemble, avec notre ami Pierre Monatte, nous fûmes les grands amis de James Guillaume, du père Guillaume, ainsi que nous l’appelions. Aujourd’hui, Monatte continue dans la Révolution prolétarienne les traditions de l’ancienne Vie Ouvrière. Mais notre père Guillaume est mort en 1916, brisé par la guerre. » (p. 3)

Lire la suite

T. Combe (Adèle Huguenin-Vuillemin) ancienne élève de James Guillaume au Locle

JG et CombePhoto d’un article non référencé conservé aux AEN (fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote II/4).

Le journal reproduit sous la rubrique « à relire » un article de l’écrivaine T. Combe (Adèle Huguenin-Vuilleumin 1856-1933) paru dans son propre périodique Notre samedi soir. La biographie que Caroline Calame a consacrée à cette auteure en 2006 dans la Nouvelle Revue neuchâteloise permet de dater cet article de juin 1930. La biographe insiste sur le souvenir marquant que l’enseignement de James Guillaume a laissé chez la jeune écolière du Locle.

Lire la suite