« M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare » Jean Jaurès, 1908

Citation

Revue de l’Enseignement Primaire et Primaire supérieur, n°48, 18e année, 23 août 1908. P. 389-390. Volume numérisé par la Bibliothèque Diderot de Lyon

Un livre de M. James Guillaume

James Guillaume vient de publier en un volume : Etudes révolutionnaires, quelques-unes des études critiques qu’il avait données à divers recueils et périodiques sur des points, obscurs ou incertains, de l’histoire de la Révolution française. M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare. Il a des idées générales très vastes, le sens des grands mouvements historiques. C’est un socialiste, un communiste fédéraliste adversaire résolu de la société bourgeoise, adversaire aussi résolu de la forme autoritaire et centraliste du socialisme, ou du moins de ce qui lui apparaît comme tel. Il a un peu connu et beaucoup admiré Bakounine. Il a gardé de la lutte de Bakounine et de Marx de fortes préventions contre celui-ci. Il a raconté dans des volumes intéressants une partie de la vie de l’Internationale, le mouvement de la fédération jurassienne et de la Suisse romande. C’est par la révolte universelle des opprimés et par leur réunion spontanée en petits groupes reliés par de libres et souples fédérations que s’affranchira, selon lui, la pauvre race humaine.

Lire la suite

James Guillaume vu par la police française : un anarchiste sous surveillance

Dossier PP

Archives de la Préfecture de Police. Cote : B A/1111 Guillaume, James Thomas, homme de lettres

Le carton B A/1111 comporte plusieurs chemises dont une consacrée à James Guillaume qui est identifié sur les différents rapports de la Préfecture de police, de la sûreté générale et autres sous la référence « 28.612 ». Elle contient 181 pièces composées entre 1872 et 1916.

Synthèse de la surveillance

Le 14 mars 1872 est votée la loi Dufaure qui punit de 3 mois de prison et d’une amende pouvant atteindre 1000 francs l’appartenance à l’Association internationale des travailleurs. Dès avril 1872 (le premier rapport identifié date du 3 avril) sont régulièrement publiés des rapports de surveillance, écrits par des agents anonymes en Suisse, en Belgique. Ces rapports sont nourris de surveillances directes ou bien d’informations fournis par des indicateurs.

Lire la suite

« L’école doit être indépendante du pouvoir politique » James Guillaume, La Bataille syndicaliste, 1912.

Citation

Note : Retranscription à partir de manuscrits conservés à l’IIHS dans les James Guillaume papers : cote ARCH00531.32

« L’école doit être indépendante du pouvoir politique. Lettre adressée au meeting des instituteurs et institutrices de l’Ardèche, réunis au Teil le 7 novembre 1912 », La Bataille syndicaliste et dans l’Émancipation, bulletin des instituteurs de l’Ardèche

P. 1

« Chers camarades,

Les initiateurs de cette réunion m’ont demandé de vous envoyer quelques mots exprimant la sympathie qu’éprouvent tous les amis de la véritable instruction et de la réelle liberté humaine à l’égard de votre admirable mouvement, à la fois mouvement de vérité pour le perfectionnement de l’école populaire, et mouvement de résistance à l’oppression qui menace la liberté et la dignité du personnel enseignant. En vous adressant ce témoignage de cordiale sympathie et de fraternelle solidarité, je tiens à insister particulièrement sur ce point, que c’est vous, vous seuls, qui marchez dans la ligne de la Révolution française et qui représentez l’esprit, tandis que vos adversaires, ceux qui vous frappent et vous persécutent au nom d’une prétendue discipline universitaire, tournent le dos à la Révolution ; ils ont beau se dire républicains, ils sont des continuateurs de l’ancien régime et de l’Université napoléonienne avec sa tyrannie centralisatrice. »

Lire la suite

Les objectifs de l’éducation dans les Idées sur l’organisation sociale (1876)

Citation

Idées sur l'organisation sociale

Idées sur l’organisation sociale par James Guillaume, membre de l’Internationale, La Chaux-de-Fonds, imprimerie Courvoisier, 1876. Exemplaire disponible sur Gallica.

P. 39 : « L’enfant n’est la propriété de personne, il s’appartient à lui-même ; et pendant la période dans laquelle il est encore incapable de se protéger lui-même, et où par conséquent il peut être exposé à l’exploitation, c’est à la société à le protéger et à lui assurer la garantie de son libre développement. C’est à la société aussi à se charger de son entretien : en subvenant à sa consommation et aux diverses dépenses que nécessitera son éducation, la société ne fait qu’une avance, que l’enfant lui remboursera par son travail lorsqu’il sera devenu un producteur. »

Lire la suite

Les biographies de James Guilllaume

Révolution prolétarienne

L’équipe éditoriale de La Vie Ouvrière lui a consacré un numéro hommage : « Pour les 70 ans de James Guillaume », La Vie Ouvrière. Revue syndicaliste bimensuelle, 6ème année, n°106, 20 février 1914.

Note : Fritz Brupbacher s’est chargé de l’article biographique intitulé « Nos héros. James Guillaume » (p. 193-207). Reproduction de la lettre de Ferdinand Buisson à cette adresse : Hommage de Buisson

James Guillaume a publié le premier tome de L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) en 1905 (Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition). C’est une source majeure de renseignements sur la vie de son auteur mais, comme son titre l’indique, les 4 tomes de cette œuvre monumentale ne concernent que la période « suisse ». Il ne consacre que la dernière page du 4ème tome à celle qui a suivi son arrivée à Paris le 1er mai 1878.

Note : Volumes numérisés sur archive.org : volumes 1 et 2 et volumes 3 et 4

 

Lire la suite

La Jurassienne. Paroles de Charles Keller, musique de Jacques Glady alias James Guillaume (1874)

jurassienne01 jurassienne02

Partitions présentées sur le site Jacques Turbin (Charles Keller) ou la révolution en chanson

Ouvrier, la faim te tord les entrailles
Et te fait le regard creux,
Toi qui, sans repos ni trêve, travailles
Pour le ventre des heureux.
Ta femme s’échine, et tes enfants maigres
Sont des vieillards à douze ans ;
Ton sort est plus dur que celui des nègres
Sous les fouets abrutissants.

Lire la suite

Compte-rendu du Nouveau dictionnaire de pédagogie par Aulard (La Révolution française, 1911)

Citation

Pour la partie historique, j’ai beau chercher une épithète qui ne paraisse pas emphatique, je n’en puis trouver d’autre que celle-ci : admirable. Je n’hésite pas à dire que les articles historiques du Dictionnaire de pédagogie ont renouvelé l’histoire de France depuis 1789, en renouvelant nos connaissances sur ce qu’il y a peut-être de plus important dans cette histoire, c’est-à-dire l’histoire même de l’instruction publique considérée dans le sens le plus large du mot, en tous ses rapports avec le développement politique, et économique, social de notre nation. Comme les autres nations sont étudiées au même point de vue, quoique avec moins de développement, on a, pour la France, d’utiles points de comparaison, et, pour l’humanité civilisée en général, un tableau d’ensemble des principaux faits de son développement intellectuel. Chaque nation, chaque institution, chaque individu ayant quelques rapports avec l’instruction publique a ici son article, avec tous les détails utiles, et un article presque toujours neuf. Je voudrais que tous les étudiants en histoire aient lu l’article France. Tous les articles dont M. J. Guillaume est l’auteur sont excellents. L’article Convention, qu’on lui doit, quand il l’écrivit, il y a près de trente ans, fut une révélation pour les historiens attentifs. Depuis ont paru beaucoup de documents, d’importance capitale, sur la Convention, en particulier le Recueil des actes du Comité d’instruction publique, par M. J. Guillaume lui-même ; il n’y a eu néanmoins que peu de choses à changer dans cet article, dont la nouveauté était si solide. Ces quelques changements, M. Guillaume les a faits avec soin et scrupule.