Lettre de Ferdinand Buisson à James Guillaume (1916)

Citation

Extrait d’une lettre datée du 26 avril 1916 conservée dans le Fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel.

« Qu’il y ait des libres penseurs à qui le mot Dieu ou ne dise rien, ou inspire une colère amusante, c’est trop naturel. La métaphysique est comme tous les romans, il y a des esprits qu’elle passionne, d’autres qu’elle laisse froids, d’autres qu’elle irrite véhémentement. Quand on pense que le genre humain a passé des siècles à s’égorger pour des théories de ce genre-là, pour ou contre la trinité, la messe l’iota d’homoousios ou la communion sous les deux espèces, cela fait réfléchir. »

Note: Transcription par Martine Brunet-Giry dans Ferdinand Buisson & les socialistes libertaires, 2014, p. 255.

La réforme de l’éducation par James Guillaume (1871)

Citation

almanach du peuple 1871alamanach du peuple 1871-4e couv

Article recopié sur l’exemplaire conservé aux AEN.

Almanach du peuple pour 1871. Saint-Imier, Propagande socialiste.

La réforme de l’éducation (non signé) (p. 22-27)

« Il n’y a pas encore, à l’heure qu’il est, une seule nation dans le monde où l’éducation populaire soit organisée d’une manière satisfaisante. Chez les peuples que l’on regarde comme les plus civilisés, on se glorifie, comme d’un résultat merveilleux, de ce que tout le monde sait lire et écrire. Mais la lecture et l’écriture constituent-elles vraiment une éducation ? suffit-il qu’un peuple sache lire et écrire pour qu’il puisse s’appeler véritablement instruit ? Non certes : car la véritable instruction favorise la liberté ; tandis que, comme l’Allemagne vient de le prouver dans la guerre actuelle, les connaissances acquises à l’école par les jeunes Allemands n’ont servi qu’à en faire des instruments plus dociles et mieux disciplinés du despotisme militaire et monarchique.

Lire la suite

James Guillaume par Lucien Descaves dans la Bataille syndicaliste (29 novembre 1916)

Citation

Lucien Descaves, « Aux obsèques de James Guillaume. Les adieux au vieux militant de l’Internationale », La Bataille syndicaliste, 29 novembre 1916

Note : Retranscription de l’article conservé dans les Lucien Descaves papers à l’IISH d’Amsterdam. Cote : ARCH00459.360 Article numérisé

« Je crois bien que j’étais, parmi les personnes réunies hier autour du cercueil de James Guillaume, celle qui la dernière a pu le voir vivant. C’était à Préfargier, près de Neuchâtel. Un de ses vieux amis, Louis Dindy [Note : correction à la main : D barré remplacé par un P], l’un des trois ou quatre anciens membres de la Commune encore existants, m’accompagnait. James Guillaume vint vers nous au bras d’un infirmier et j’eus alors l’impression très nette que je voyais Guillaume pour la dernière fois. Son corps usé n’était qu’une pauvre loque soutenue, traînée, galvanisée par une volonté indomptable, cette volonté d’agir dont Guillaume, au cours de sa vie exemplaire, a donné tant de preuves ! Une ruine : mais dans cette ruine continuait à chanter l’invisible oiseau d’une merveilleuse intelligence !

Lire la suite

James Guillaume par Pierre Kropotkine (1898)

Citation

Pierre Kropotkine, Autour d’une vie. Mémoires d’un révolutionnaire, trad. de la version anglaise par Francis Leray et Alfred Martin; préf. par Georges Brandès, 1898.

Fac-similé par les éditions Scala (1989), conservé à la  BnF et numérisé sur Gallica : Volume numérisé

P. 402 :

« La  Fédération jurassienne comptait parmi ses membres toute une pléiade d’hommes remarquables de différentes nationalités, qui presque tous avaient été des amis personnels de Bakounine. Le rédacteur en chef de notre principal journal, le Bulletin de la Fédération, était James Guillaume, professeur de son métier, qui appartenait à l’une des familles aristocratiques de Neuchâtel. Maigre et sec, il avait quelque chose de la raideur et de l’esprit résolu de Robespierre, et un vrai cœur d’or qui ne s’ouvrait qu’à ses seuls amis intimes ; sa prodigieuse puissance de travail et son activité infatigable en faisaient un vrai meneur d’hommes. Pendant huit ans il lutta contre toutes sortes d’obstacles pour faire vivre le journal, prenant la part la plus active aux moindres détails de la Fédération : finalement il dut quitter la Suisse, où il ne pouvait plus trouver du travail, et il vint s’établir en France où son nom sera cité un jour avec le plus profond respect dans les annales de la réforme anti-cléricale des écoles primaires. »

L’hommage de Ferdinand Buisson dans le Manuel général de l’instruction primaire (09/12/1916)

Manuel général de l’instruction primaire. Journal hebdomadaire des instituteurs et des institutrices. 84e année, n°12, 9 Décembre 1916.

Volume conservé à la Bibliothèque Diderot de Lyon : Volume numérisé

P. 172

« Nécrologie.

M. James Guillaume

Nous venons de rendre les derniers devoirs à un homme qui, malgré sa vie modeste et retirée, n’était pas un inconnu de nos lecteurs. Le nom de James Guillaume leur rappellera surtout le collaborateur principal et le secrétaire de la rédaction du Dictionnaire de pédagogie, qui le fut encore, par une rare fortune, trente ans après, du Nouveau Dictionnaire de Pédagogie. Dans ces deux ouvrages, il avait rédigé, avec une magistrale autorité, tous les articles relatifs à l’instruction publique pendant la Révolution française, tous les articles sur l’étranger d’après des sources originales, plus diverses études, dont celle sur Pestalozzi, qui passe, à bon droit, pour un livre de premier mérite. Pendant une quinzaine d’années, il fut aussi le secrétaire de la rédaction de la Revue pédagogique.

Lire la suite

Biographie de James Guillaume par Max Nettlau (1935).

Biographie manuscrite datée du 9 décembre 1935 et rédigée en anglais

IISH (Amsterdam), Max Nettlau papers. Cote : ARCH01001.2014 Manuscrit original numérisé

Note :

Cette biographie a été rédigée en anglais pour être insérée dans l’hebdomadaire Freie Arbeiter Stimme de New-York, publié en yiddish. En 1935, l’organe de la Yiddish Anarchist Federation, est publié sans interruption depuis 1899. D’après une lettre d’A. Frumkin datée du 5 juillet 1935 et conservée dans les archives Nettlau à l’IISH, cette biographie est une commande puisqu’elle s’insère dans une série de portraits d’anarchistes publiés dans le Freie Arbeiter Stimme. En revanche, Frumkin mentionne des textes de 1500 mots alors que la biographie manuscrite de Guillaume en contient presque dix fois plus, son texte représentant 24 pages manuscrites. Une lettre du 3 novembre suivant accuse réception des premiers « portraits » (en français dans le texte) et en particulier de celui de Cafiero. Dans cette deuxième lettre, Frumkin demande à Nettlau une biographie de James Guillaume pour l’insérer dans la liste des libertaires français (French libertarians) en raison de la méconnaissance de ce dernier (et d’autres) chez les lecteurs du F.A.S.

Les fautes de grammaire et d’orthographe ont été conservées sans que chacune ne soit signalée par un « sic » pour en faciliter la lecture. Les parties illisibles ont été signalées entre crochets.

Lire la suite

James Guillaume (1844-1916)

Mis en avant

James Guillaume (1844-1916), internationaliste suisse, est surtout connu pour avoir été l’un des dirigeants de la Fédération jurassienne avec Bakounine à partir de 1872. Après son départ pour Paris en 1878, il a activement participé à la création de l’école de la Troisième République aux côtés de Ferdinand Buisson. Il s’est imposé comme un passeur de pédagogie par ses travaux de vulgarisation sur l’histoire de l’éducation, publiés notamment dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Voici pourquoi son ami Buisson l’a qualifié, en 1914 « d’éducateur des éducateurs français ». Il fut aussi un historien majeur de l’école de la Révolution française au moment du Centenaire de 1889 et de l’institutionnalisation des études sur la période révolutionnaire aux côtés d’Aulard. Le lien entre toutes les « vies » de James Guillaume est sa croyance en l’émancipation politique par l’instruction.

Titre clé : James Guillaume = ISSN  2494-8187

Lire la suite

Les hommages de Ferdinand Buisson, Alphonse Aulard et Camille Bloch après la mort de James Guillaume (1917)

RF-1917

Volume conservé à la BnF et disponible sur Gallica

La Révolution française. Revue d’histoire moderne et contemporaine. Paraissant le 14 de chaque mois. Publiée par la Société pour l’histoire de la Révolution. Directeur-rédacteur en chef. A. Aulard35e et 36e années. Nos 31-32. Janvier-Février 1917. Tome soixante-dixième

P. 10-15:

 » James Guillaume

J’avais un peu connu James Guillaume à Neuchâtel, de 1867 à 1870, mais beaucoup moins que son père conseiller d’État, c’est-à-dire membre du gouvernement de la « République-et-canton de Neuchâtel ». Celui-ci, qui était un des chefs du parti radical, avait pris parti très vivement avec le savant naturaliste Desor, avec Eugène Borel et Numa Droz, en faveur du protestantisme libéral, lors de la campagne de conférences où se firent entendre Athanase Coquerel, Réville, Pécaut, Steeg.

Lire la suite

« La Marseillaise de la paix. » Chanson interprétée à l’orphelinat de Cempuis (1892)

Marseillaise

Texte de la Marseillaise de la paix conservé à la BnF et disponible sur Gallica

James Guillaume était proche de Paul Robin et ami de Ferdinand Buisson qui nomma ce dernier à la tête de l’orphelinat de Cempuis (Oise). Le texte original est de Martin paschoud, pasteur pacifiste qui l’aurait écrite en 1882. La chanson est reprise dans l’Almanach de la paix en 1892, date à laquelle elle fut retravaillée et interprétée par les élèves du pédagogue anarchiste.

« De l’universelle patrie

Puisse venir le jour rêvé
De la paix, de la paix chérie
Le rameau sauveur est levé (bis)
On entendra vers les frontières
Les peuples se tendant les bras
Crier : il n’est plus de soldats !
Soyons unis, nous sommes frères.

Lire la suite

James Guillaume « La liberté de l’enseignement. À propos d’un discours d’Albert de Mun », La Révolution française, mai-juin 1901, p. 398.

Citation

« Il y a ici un malentendu qu’il faut dissiper. La Révolution n’a pas voulu, en organisant l’instruction publique, faire œuvre d’éducation. Quelques hommes, il est vrai, politiques imbus sur ce point des anciennes idées, ont pensé, ont dit qu’il fallait par l’éducation s’emparer de la jeunesse, qu’il fallait jeter la génération nouvelle dans le moule républicain ; ils ont cru que l’éducation serait l’instrument propre à façonner l’esprit du peuple. Ils se trompaient. L’instrument qui, entre les mains des jésuites, prépare si bien les hommes à la servitude, ne saurait convenir à des républicains. On n’éduque pas un peuple à la liberté. Écoutons Condorcet dissertant sur les remèdes aux « trois causes générales des maux du genre humain » ; il nous dira que que ce n’est pas d’éducation républicaine ni d’institutions spéciales que les hommes ont besoin pour être libres, mais de savoir. […] »

 

James Guillaume

Ce carnet présente les recherches menées sur James Guillaume dans le cadre d’un projet interdisciplinaire financé par le Fonds national suisse pour la recherche scientifique (FNS) intitulé « Géographie, école républicaine, éducation publique, pédagogie libertaire ». Celui-ci, conçu à l’origine avec Federico Ferretti, est mené sous la responsabilité de Charles Heimberg, professeur de didactique de l’histoire, en collaboration avec Anne Sgard, professeure de didactique de la géographie. Nora Köhler, assistante candoc, dont la recherche est financée par le FNS, prépare un doctorat en sciences de l’éducation. Jean-Charles Buttier a été recruté comme collaborateur scientifique pour poursuivre les travaux entamés en 2014-2015 par Federico Ferretti. Mené au sein de l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (Édhice) de l’Université de Genève (Unige), ce projet concerne la pédagogie libertaire et les transferts internationaux qui s’opèrent autour de celle-ci au tournant des XIXème et XXème siècle. L’approche historico-didactique est centrale dans la mesure où se rencontrent une histoire de la pensée pédagogique libertaire et une étude de son héritage dans l’enseignement contemporain. Ce carnet croise donc deux recherches disciplinaires : une histoire de l’engagement politico-pédagogique de James Guillaume au service d’une émancipation populaire par l’éducation et la comparaison, dans une perspective didactique, de la pensée pédagogique libertaire et républicaine en France avec les pratiques pédagogiques contemporaines et les problèmes affrontés par des enseignants de Suisse romande.