« M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare » Jean Jaurès, 1908

Citation

Revue de l’Enseignement Primaire et Primaire supérieur, n°48, 18e année, 23 août 1908. P. 389-390. Volume numérisé par la Bibliothèque Diderot de Lyon

Un livre de M. James Guillaume

James Guillaume vient de publier en un volume : Etudes révolutionnaires, quelques-unes des études critiques qu’il avait données à divers recueils et périodiques sur des points, obscurs ou incertains, de l’histoire de la Révolution française. M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare. Il a des idées générales très vastes, le sens des grands mouvements historiques. C’est un socialiste, un communiste fédéraliste adversaire résolu de la société bourgeoise, adversaire aussi résolu de la forme autoritaire et centraliste du socialisme, ou du moins de ce qui lui apparaît comme tel. Il a un peu connu et beaucoup admiré Bakounine. Il a gardé de la lutte de Bakounine et de Marx de fortes préventions contre celui-ci. Il a raconté dans des volumes intéressants une partie de la vie de l’Internationale, le mouvement de la fédération jurassienne et de la Suisse romande. C’est par la révolte universelle des opprimés et par leur réunion spontanée en petits groupes reliés par de libres et souples fédérations que s’affranchira, selon lui, la pauvre race humaine.

Lire la suite

James Guillaume vu par la police française : un anarchiste sous surveillance

Dossier PP

Archives de la Préfecture de Police. Cote : B A/1111 Guillaume, James Thomas, homme de lettres

Le carton B A/1111 comporte plusieurs chemises dont une consacrée à James Guillaume qui est identifié sur les différents rapports de la Préfecture de police, de la sûreté générale et autres sous la référence « 28.612 ». Elle contient 181 pièces composées entre 1872 et 1916.

Synthèse de la surveillance

Le 14 mars 1872 est votée la loi Dufaure qui punit de 3 mois de prison et d’une amende pouvant atteindre 1000 francs l’appartenance à l’Association internationale des travailleurs. Dès avril 1872 (le premier rapport identifié date du 3 avril) sont régulièrement publiés des rapports de surveillance, écrits par des agents anonymes en Suisse, en Belgique. Ces rapports sont nourris de surveillances directes ou bien d’informations fournis par des indicateurs.

Lire la suite

Les biographies de James Guilllaume

Révolution prolétarienne

L’équipe éditoriale de La Vie Ouvrière lui a consacré un numéro hommage : « Pour les 70 ans de James Guillaume », La Vie Ouvrière. Revue syndicaliste bimensuelle, 6ème année, n°106, 20 février 1914.

Note : Fritz Brupbacher s’est chargé de l’article biographique intitulé « Nos héros. James Guillaume » (p. 193-207). Reproduction de la lettre de Ferdinand Buisson à cette adresse : Hommage de Buisson

James Guillaume a publié le premier tome de L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) en 1905 (Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition). C’est une source majeure de renseignements sur la vie de son auteur mais, comme son titre l’indique, les 4 tomes de cette œuvre monumentale ne concernent que la période « suisse ». Il ne consacre que la dernière page du 4ème tome à celle qui a suivi son arrivée à Paris le 1er mai 1878.

Note : Volumes numérisés sur archive.org : volumes 1 et 2 et volumes 3 et 4

 

Lire la suite

James Guillaume par Lucien Descaves dans la Bataille syndicaliste (29 novembre 1916)

Citation

Lucien Descaves, « Aux obsèques de James Guillaume. Les adieux au vieux militant de l’Internationale », La Bataille syndicaliste, 29 novembre 1916

Note : Retranscription de l’article conservé dans les Lucien Descaves papers à l’IISH d’Amsterdam. Cote : ARCH00459.360 Article numérisé

« Je crois bien que j’étais, parmi les personnes réunies hier autour du cercueil de James Guillaume, celle qui la dernière a pu le voir vivant. C’était à Préfargier, près de Neuchâtel. Un de ses vieux amis, Louis Dindy [Note : correction à la main : D barré remplacé par un P], l’un des trois ou quatre anciens membres de la Commune encore existants, m’accompagnait. James Guillaume vint vers nous au bras d’un infirmier et j’eus alors l’impression très nette que je voyais Guillaume pour la dernière fois. Son corps usé n’était qu’une pauvre loque soutenue, traînée, galvanisée par une volonté indomptable, cette volonté d’agir dont Guillaume, au cours de sa vie exemplaire, a donné tant de preuves ! Une ruine : mais dans cette ruine continuait à chanter l’invisible oiseau d’une merveilleuse intelligence !

Lire la suite

James Guillaume par Pierre Kropotkine (1898)

Citation

Pierre Kropotkine, Autour d’une vie. Mémoires d’un révolutionnaire, trad. de la version anglaise par Francis Leray et Alfred Martin; préf. par Georges Brandès, 1898.

Fac-similé par les éditions Scala (1989), conservé à la  BnF et numérisé sur Gallica : Volume numérisé

P. 402 :

« La  Fédération jurassienne comptait parmi ses membres toute une pléiade d’hommes remarquables de différentes nationalités, qui presque tous avaient été des amis personnels de Bakounine. Le rédacteur en chef de notre principal journal, le Bulletin de la Fédération, était James Guillaume, professeur de son métier, qui appartenait à l’une des familles aristocratiques de Neuchâtel. Maigre et sec, il avait quelque chose de la raideur et de l’esprit résolu de Robespierre, et un vrai cœur d’or qui ne s’ouvrait qu’à ses seuls amis intimes ; sa prodigieuse puissance de travail et son activité infatigable en faisaient un vrai meneur d’hommes. Pendant huit ans il lutta contre toutes sortes d’obstacles pour faire vivre le journal, prenant la part la plus active aux moindres détails de la Fédération : finalement il dut quitter la Suisse, où il ne pouvait plus trouver du travail, et il vint s’établir en France où son nom sera cité un jour avec le plus profond respect dans les annales de la réforme anti-cléricale des écoles primaires. »

L’hommage de Ferdinand Buisson dans le Manuel général de l’instruction primaire (09/12/1916)

Manuel général de l’instruction primaire. Journal hebdomadaire des instituteurs et des institutrices. 84e année, n°12, 9 Décembre 1916.

Volume conservé à la Bibliothèque Diderot de Lyon : Volume numérisé

P. 172

« Nécrologie.

M. James Guillaume

Nous venons de rendre les derniers devoirs à un homme qui, malgré sa vie modeste et retirée, n’était pas un inconnu de nos lecteurs. Le nom de James Guillaume leur rappellera surtout le collaborateur principal et le secrétaire de la rédaction du Dictionnaire de pédagogie, qui le fut encore, par une rare fortune, trente ans après, du Nouveau Dictionnaire de Pédagogie. Dans ces deux ouvrages, il avait rédigé, avec une magistrale autorité, tous les articles relatifs à l’instruction publique pendant la Révolution française, tous les articles sur l’étranger d’après des sources originales, plus diverses études, dont celle sur Pestalozzi, qui passe, à bon droit, pour un livre de premier mérite. Pendant une quinzaine d’années, il fut aussi le secrétaire de la rédaction de la Revue pédagogique.

Lire la suite

Biographie de James Guillaume par Max Nettlau (1935).

Biographie manuscrite datée du 9 décembre 1935 et rédigée en anglais

IISH (Amsterdam), Max Nettlau papers. Cote : ARCH01001.2014 Manuscrit original numérisé

Note :

Cette biographie a été rédigée en anglais pour être insérée dans l’hebdomadaire Freie Arbeiter Stimme de New-York, publié en yiddish. En 1935, l’organe de la Yiddish Anarchist Federation, est publié sans interruption depuis 1899. D’après une lettre d’A. Frumkin datée du 5 juillet 1935 et conservée dans les archives Nettlau à l’IISH, cette biographie est une commande puisqu’elle s’insère dans une série de portraits d’anarchistes publiés dans le Freie Arbeiter Stimme. En revanche, Frumkin mentionne des textes de 1500 mots alors que la biographie manuscrite de Guillaume en contient presque dix fois plus, son texte représentant 24 pages manuscrites. Une lettre du 3 novembre suivant accuse réception des premiers « portraits » (en français dans le texte) et en particulier de celui de Cafiero. Dans cette deuxième lettre, Frumkin demande à Nettlau une biographie de James Guillaume pour l’insérer dans la liste des libertaires français (French libertarians) en raison de la méconnaissance de ce dernier (et d’autres) chez les lecteurs du F.A.S.

Les fautes de grammaire et d’orthographe ont été conservées sans que chacune ne soit signalée par un « sic » pour en faciliter la lecture. Les parties illisibles ont été signalées entre crochets.

Lire la suite

James Guillaume (1844-1916)

Mis en avant

James Guillaume (1844-1916), internationaliste suisse, est surtout connu pour avoir été l’un des dirigeants de la Fédération jurassienne avec Bakounine à partir de 1872. Après son départ pour Paris en 1878, il a activement participé à la création de l’école de la Troisième République aux côtés de Ferdinand Buisson. Il s’est imposé comme un passeur de pédagogie par ses travaux de vulgarisation sur l’histoire de l’éducation, publiés notamment dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Voici pourquoi son ami Buisson l’a qualifié, en 1914 « d’éducateur des éducateurs français ». Il fut aussi un historien majeur de l’école de la Révolution française au moment du Centenaire de 1889 et de l’institutionnalisation des études sur la période révolutionnaire aux côtés d’Aulard. Le lien entre toutes les « vies » de James Guillaume est sa croyance en l’émancipation politique par l’instruction.

Titre clé : James Guillaume = ISSN  2494-8187

Lire la suite

Les hommages de Ferdinand Buisson, Alphonse Aulard et Camille Bloch après la mort de James Guillaume (1917)

RF-1917

Volume conservé à la BnF et disponible sur Gallica

La Révolution française. Revue d’histoire moderne et contemporaine. Paraissant le 14 de chaque mois. Publiée par la Société pour l’histoire de la Révolution. Directeur-rédacteur en chef. A. Aulard35e et 36e années. Nos 31-32. Janvier-Février 1917. Tome soixante-dixième

P. 10-15:

 » James Guillaume

J’avais un peu connu James Guillaume à Neuchâtel, de 1867 à 1870, mais beaucoup moins que son père conseiller d’État, c’est-à-dire membre du gouvernement de la « République-et-canton de Neuchâtel ». Celui-ci, qui était un des chefs du parti radical, avait pris parti très vivement avec le savant naturaliste Desor, avec Eugène Borel et Numa Droz, en faveur du protestantisme libéral, lors de la campagne de conférences où se firent entendre Athanase Coquerel, Réville, Pécaut, Steeg.

Lire la suite