Le numéro hommage de « La Vie ouvrière » pour les 70 ans de James Guillaume

vo106-couvertureJe remercie Marianne Enckell pour avoir autorisé la mise en ligne de la version numérisée par le CIRA du numéro 106 de La Vie Ouvrière daté du 20 février 1914.

Suivre ce lien pour télécharger l’intégralité du volume : vo-106_guillaume

François Aurigny a produit une version numérique de ce volume à partir de l’exemplaire numérisé par le CIRA et a accepté sa mise en ligne sur le carnet. Qu’il en soit remercié aussi.

Suivre ce lien pour télécharger cette version numérique qui permet une recherche en plein texte : VieOuvriere70ansGuillaumeVersionComplete

Lire la suite

Perpétuer la mémoire de James Guillaume (1916-1931)

Lucien Descaves s’était engagé à publier le troisième volume des Études révolutionnaires, de Guillaume dans l’hommage qu’il lui rendit dans les colonnes de La Bataille syndicaliste, d’où la présence de ces manuscrits dans les Papiers Descaves de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam. 

Fritz Brupbacher s’était quant à lui chargé de la rédaction de la partie biographique du numéro hommage de La Vie ouvrière paru en 1914, pour les 70 ans de James Guillaume. Les papiers Brupbacher de l’IIHS contiennent de très nombreuses lettres de James Guillaume (1905-1916) mais aussi des pièces de correspondance avec des proches de ce dernier, qu’il s’agisse de sa fille Émilie Chaix, sa sœur Julie Guillaume ou encore son neveu Charles Guillaume (cote ARCH00118.249).

Le 24 novembre 1916, Gustave Jeanneret, ami très proche de Guillaume, écrit à Brupbacher une lettre part laquelle il le charge de la mission de perpétuer la mémoire de leur ami commun après la mort de celui-ci :

Lire la suite

Marc Vuilleumier, « James Guillaume. Sa vie, son œuvre », introduction de « L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) », 1980-1985

guillaume-1Marc Vuilleumier et les éditions Ivrea ont accepté que soit reproduite l’introduction que l’historien avait écrite en 1980 pour L’internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) de James Guillaume (rééditée en 1985). Merci à Marianne Enckell qui a fourni le scan de cette introduction à partir de l’édition genevoise de 1980 chez Grounauer conservée au CIRA de Lausanne et rend ainsi possible cette mise en ligne.

Lire la suite

Biographie de James Guillaume écrite par Max Nettlau et publiée dans la revue Orto (février-mars 1933, n°12-13)

Merci à Marianne Enckell pour avoir fourni une reproduction de cette biographie, à partir des exemplaires conservés au CIRA de Lausanne. Il est intéressant de la comparer avec l’autre biographie de Nettlau, datée de 1935.

Lire la suite

La figure de James Guillaume enseignant dans « Notre samedi soir » de T. Combe

Adèle Huguenin, écrivaine sous le nom de T. Combe, a été l’élève de James Guillaume à l’école industrielle du Locle pendant un an. Elle est restée en contact avec celle qu’elle appelle « mon maître », ce dernier intervenant par exemple auprès de Ferdinand Buisson pour l’édition chez Hachette de l’un de ses ouvrages antialcoolique en 1903 (carte postale de Buisson, AEN, fonds James Guillaume, cote 75.27). 60 ans après avoir fréquenté les cours que Guillaume donnait à l’école industrielle, T. Combe lui rend hommage dans plusieurs articles de son hebdomadaire Notre samedi soir, qu’elle destine à un lectorat féminin.

Lire la suite

Le dossier de naturalisation de James Guillaume

Le dossier de naturalisation de James Guillaume (qui concerne aussi sa femme Élise), est conservé sous le numéro 5528 X85 aux Archives nationales de Paris sous la cote BB/11/1866.

La pièce la plus ancienne est une demande d’admission à résidence en date du 11 septembre 1885. James Guillaume avait manifesté cette même année sa volonté de revendiquer la nationalité française en raison de son attachement à la Révolution. Il adresse le 5 novembre 1885 un courrier au Garde des Sceaux afin de justifier sa demande alors qu’il se présente comme « publiciste » de profession. Il justifie cette autorisation de résider en France par ses travaux intellectuels :

Lire la suite

James Guillaume et la Révolution prolétarienne (1925-1939) : entre hommage et critique

RP117-1931Volume conservé au CEDIAS Musée social. Fruit d’un partenariat avec le CODHOS / CEDIAS Musée social, la Bibliothèque nationale de France a mis en ligne sur Gallica 15 années de ce périodique, soit 303 numéros.

Le dépouillement du périodique permet d’identifier un certain nombre d’articles faisant référence à James Guillaume. Ainsi, le numéro 6 daté de juin 1925 comporte un catalogue des « cahiers du travail » incluant une réédition des Idées sur l’organisation sociale de 1921 préfacée par Marie Guillot. Le numéro 19 de juillet 1926 comporte un article de Fritz Brupbacher intitulé « Pour le cinquantenaire de Bakounine » dans lequel l’auteur fait référence à « notre cher ami James Guillaume » (p. 4). Dans le numéro 34 de mai 1927, Roger Hairius fait la recension d’un ouvrage sur Pestalozzi d’A. Ferrière et cite le Pestalozzi de Guillaume. Dans le numéro 80 (mai 1929), Fritz Brupbacher rend hommage à Max Tobler, décédé. C’est l’occasion d’évoquer une nouvelle fois James Guillaume :

« Ensemble, avec notre ami Pierre Monatte, nous fûmes les grands amis de James Guillaume, du père Guillaume, ainsi que nous l’appelions. Aujourd’hui, Monatte continue dans la Révolution prolétarienne les traditions de l’ancienne Vie Ouvrière. Mais notre père Guillaume est mort en 1916, brisé par la guerre. » (p. 3)

Lire la suite

T. Combe (Adèle Huguenin-Vuillemin) ancienne élève de James Guillaume au Locle

JG et CombePhoto d’un article non référencé conservé aux AEN (fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote II/4).

Le journal reproduit sous la rubrique « à relire » un article de l’écrivaine T. Combe (Adèle Huguenin-Vuilleumin 1856-1933) paru dans son propre périodique Notre samedi soir. La biographie que Caroline Calame a consacrée à cette auteure en 2006 dans la Nouvelle Revue neuchâteloise permet de dater cet article de juin 1930. La biographe insiste sur le souvenir marquant que l’enseignement de James Guillaume a laissé chez la jeune écolière du Locle.

Lire la suite

James Guillaume dans « Philémon, vieux de la vieille » de Descaves (1913)

Descaves Philémon 1913

Page de titre de la seconde édition datée de 1913, numérisé sur Archive.org. La première édition du Philémon date de 1913. Un autre exemplaire numérisé par Gallica date de 1922. Dans son étude sur les proscrits et exilés, Sylvie Aprile qualifie l’ouvrage de Lucien Descaves de « mise en fiction d’archives » (Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS éditions, 2010, p. 267) et le présente comme « l’un des regards les plus aigus sur la proscription de la Commune » (Ibidem).

Lire la suite

La rédaction de la Revue pédagogique rend compte de l’article « Pestalozzi » de James Guillaume (1885)

JG1885RP

« Léonard et Gertrude de Pestalozzi », in La Revue pédagogique, tome VI, janvier-juin 1885, disponible sur archive.org.

[Sous ce titre nous publions, en les rapprochant de manière à en former un ensemble, un certain nombre d’extraits de l’article Pestalozzi, qui paraît en ce moment même dans les livraisons 150 et 151 du Dictionnaire de pédagogie (1), sous la signature de M. J. Guillaume. Cet article, dont l’éditeur a bien voulu nous communiquer les bonnes feuilles, est un travail considérable, puisé aux sources : nous nous abstiendrons de le recommander à nos lecteurs : l’auteur est l’un des plus anciens collaborateurs de la Revue, qui lui doit, depuis le début, la rédaction du Courrier de l’Extérieur.

Lire la suite

« M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare » Jean Jaurès, 1908

Citation

Revue de l’Enseignement Primaire et Primaire supérieur, n°48, 18e année, 23 août 1908. P. 389-390. Volume numérisé par la Bibliothèque Diderot de Lyon

Un livre de M. James Guillaume

James Guillaume vient de publier en un volume : Etudes révolutionnaires, quelques-unes des études critiques qu’il avait données à divers recueils et périodiques sur des points, obscurs ou incertains, de l’histoire de la Révolution française. M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare. Il a des idées générales très vastes, le sens des grands mouvements historiques. C’est un socialiste, un communiste fédéraliste adversaire résolu de la société bourgeoise, adversaire aussi résolu de la forme autoritaire et centraliste du socialisme, ou du moins de ce qui lui apparaît comme tel. Il a un peu connu et beaucoup admiré Bakounine. Il a gardé de la lutte de Bakounine et de Marx de fortes préventions contre celui-ci. Il a raconté dans des volumes intéressants une partie de la vie de l’Internationale, le mouvement de la fédération jurassienne et de la Suisse romande. C’est par la révolte universelle des opprimés et par leur réunion spontanée en petits groupes reliés par de libres et souples fédérations que s’affranchira, selon lui, la pauvre race humaine.

Lire la suite

James Guillaume vu par la police française : un anarchiste sous surveillance

Dossier PP

Archives de la Préfecture de Police. Cote : B A/1111 Guillaume, James Thomas, homme de lettres

Le carton B A/1111 comporte plusieurs chemises dont une consacrée à James Guillaume qui est identifié sur les différents rapports de la Préfecture de police, de la sûreté générale et autres sous la référence « 28.612 ». Elle contient 181 pièces composées entre 1872 et 1916.

Synthèse de la surveillance

Le 14 mars 1872 est votée la loi Dufaure qui punit de 3 mois de prison et d’une amende pouvant atteindre 1000 francs l’appartenance à l’Association internationale des travailleurs. Dès avril 1872 (le premier rapport identifié date du 3 avril) sont régulièrement publiés des rapports de surveillance, écrits par des agents anonymes en Suisse, en Belgique. Ces rapports sont nourris de surveillances directes ou bien d’informations fournis par des indicateurs.

Lire la suite