James Guillaume, historien de l’Internationale (1903-1916)

internationale-1Couverture du premier volume de l’Internationale numérisée sur Archive.org.

À partir de 1903, le nombre d’articles publiés par James Guillaume dans la revue La Révolution française tend à diminuer. La période encadrée par la parution du tome V des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale en 1904 et celle du sixième et dernier tome en 1907 se caractérise par une réorientation de l’activité historique de Guillaume. Il continua de travailler sur ce qu’il considérait comme son œuvre principale mais il se lance aussi à cette période dans son histoire de l’Internationale. James Guillaume mobilise alors la méthode historique acquise dans ses travaux sur l’histoire de l’école de la Révolution pour rédiger ce qui sera L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) dont le premier tome paraît justement en 1905.

Il y a été encouragé en 1902 par Jean Jaurès et Ferdinand Buisson et en 1903 il déclare à Langhard qu’il « s’occupe alors de réunir quelques matériaux » pour rédiger une telle histoire. James Guillaume préparait alors une longue étude intitulée « Pages d’histoire socialiste » qui parut dans le journal La Sentinelle à la fin de l’année 1903 et au début de l’année 1904. En janvier 1903, dans la lettre à Langhard citée plus haut, Guillaume mentionne son refus de collaborer avec Max Nettlau :

« Déjà, un historien socialiste autrichien, Nettlau, l’auteur d’une biographie de Michel Bakounine, m’avait demandé de lui communiquer des détails personnels. Je m’y suis refusé. »

Une lettre adressée à Max Nettlau par Guillaume le 1er décembre 1903 (IIHS, papiers Max Nettlau, cote ARCH01001.555) traduit un changement d’attitude après de multiples refus de collaborer :

 » Mais, malgré mes réserves, je converserai volontiers avec vous quand vous viendrez à Paris en janvier ; je recevrai avec plaisir les renseignements que vous voudrez bien me communiquer, et je pourrai de mon côté vous en donner quelques-uns sur des points relatifs à l’histoire de l’Internationale. »

Cette évolution peut s’expliquer d’une part par le fait que Guillaume ait alors entamé l’écriture de son histoire de l’Internationale et qu’il ait besoin des travaux de Nettlau.

Marc Vuilleumier a fait l’histoire des relations entre James Guillaume et Max Nettlau dans son article intitulé « Notes sur James Guillaume historien de la première internationale et ses rapports avec Max Nettlau et Jean Jaurès », Cahiers Vilfredo Pareto, T. 3, No. 7/8 (1965), pp. 81-109 (http://www.jstor.org/stable/40368712)

Le 7 mai 1904, dans une lettre à sa sœur Julie Guillaume (AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6), James précise le calendrier de rédaction de L’Internationale :

» Je dois écrire cette année un ouvrage en deux volumes, intitulé L’Internationale dans le Jura suisse, souvenirs et documents ; je dois livrer le manuscrit du 1er volume en juillet, celui du 2e à la fin de l’année. Les deux premiers chapitres sont écrits ; Lucien Herr, qui les a lus, m’a dit que c’est excellent : j’accepte le compliment pour m’encourager à continuer. J’y ai fait une longue place aux souvenirs personnels ; j’y donne beaucoup d’extraits de mes lettres à Elise en 1868 et 1869. »

Dans l’article cité plus haut, Marc Vuilleumier précise que Lucien Herr proposa le 22 décembre 1903 à James Guillaume de publier L’Internationale à la Société nouvelle de librairie et d’édition (p. 89).

Le 7 juillet 1905, James Guillaume annonce à Jean Grave la parution de l’ouvrage (lettre conservée à l’Institut français d’histoire sociale). Il en précise le format, le prix, le plan et surtout détaille son projet :

img_20150127_120552(Photographie de la lettre prise par Federico Ferretti lors de la première année de la recherche FNS sur James Guillaume et la pédagogie libertaire).

 

Il est intéressant de comparer la vision que James Guillaume a eu de son travail historique sur l’Internationale avec celle de Max Nettlau, les relations entre les deux historiens ayant connu des tensions. Pour ce faire, la biographie (en anglais) que l’historien autrichien consacra en 1935 à l’internationaliste suisse est très utile.

Nettlau commence par présenter l’œuvre historique de Guillaume en insistant sur le fait qu’il s’agisse d’un document indispensable pour connaître l’Internationale :

« Many years later, from 1905 to 1910, Guillaume composed L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) [Documents and Recollections], 4 volumes in great 8°, closely printed, some 1380 pages combining reprints of documents and articles with comments, recollections, explanations: this is the Internationalist student’s very first and definite handbook, by which – if I may venture to advise him – he will first familiarize himself with the ideology, the facts, the personalities, the problems of the Old International. Next, however, he must rise from this basis to the study of much other literature and by this I do not so much refer to publications on the Marxist side – these he will have learned to look at critically and well-informed, when he knows Guillaume’s volumes, – but I mean other libertarian documentary publications, such which refer to Bakunin, Malatesta, the Spanish International, Kropotkine, the early Russian activities and the Netchaev-problem, the Paris Commune, early German libertarian beginnings etc. Only then such a student will see a little clearer and feel able to see Guillaume’s statements in a fuller light. For although his memory was excellent, when he began to work on the new volumes in 1903-1904, he did not dispose of many materials which he had to hand in 1866-78 and there were, inevitably, many materials which he had not seen at all nor had cared to investigate at the time, as his hands were always full with work. »

Dans cette biographie, Nettlau revient aussi sur ses relations houleuses avec Guillaume et sur la raison pour laquelle celui-ci accepte finalement de le rencontrer en 1904 :

« When I began to study Bakunin’s life, in 1892, I visited Guillaume in Paris, even with a good introduction, but he discouraged me absolutely. A few years later, when Elisée Reclus encouraged me in everyway and Guillaume knew this, he alluded to the 1873-74 period, to a document in his keeping by Bakunin’s hand which no one should ever see, and in 1898, being very ill, he burned that document and many other papers. In 1899 an unexpected copy of that very document was shown to me and I made full use of it in my biography of 1900. I sent that biography in humbles to Guillaume, to make him my first reader. He burned them or did not look at them and once his sisters in Neuchâtel handed back quite an armful to me. But sometime he did open one or two and then he happened to see the copious extracts from the important document which he had himself burned. I have no doubt, that from that instant he disliked me more than ever, but he did now consider that he ought to speak himself about everything and then he borrowed permanently Grave’s copy of my biography, and examined it most carefully – in fact he invited me in the beginning of 1904 to explain a number of details to him. Then I had the first serious talk about Bakunin with him. »

Max Nettlau explique que c’est la lecture des mémoires de Kropotkine qui poussa James Guillaume à se replonger dans l’histoire de l’Internationale :

« There he happened to see a boarding lady read the German translation of Kropotkin’s Memoirs, 1900. That moment gave us the renewed Guillaume who from then or soon later worked in his old way (1865-1878) up 1915 when he broke down physically. He had no idea that such a book existed, he was not even curious to see it and read it only when he returned to Paris and had borrowed there the English original edition from Peter Lavrov’s library. »

Enfin, Nettlau date la rédaction de L’Internationale de 1903 et la publication du premier volume de novembre 1905 :

« In any case either frequent amiable invitations from Kropotkin in his letters, or the desire to re-state the position of the International in neat distinction as well from the claims of Marxism, as from the ideology of communist anarchism (Reclus and Kropotkin) induced Guillaume to plan a historical work and soon, when he had discovered French Syndicalism, his purpose became to inform the syndicalist of the real work and spirit of the International as, unknown to most of them, they were in Guillaume’s opinion, its direct continuators. He first intended simply to reprint his principal articles in the old papers (1868-1878), adding explanatory notes. But soon he outstepped several initial stages and in 1903 wrote the draft of the final text, the first volume published in November 1905. He had been revisiting the Jura in the summer of 1903, being eager now to see again the few old workers who were his nearest comrades up to 1878 and with whom until then, in all the years intervening, he had not wished have any contact at all. When one of them used to cross his way in Neuchâtel or Geneva and was saluting him joyfully, Guillaume used to stare at him with freezing coldness, saying about: yes, I [Illisible] to remember you, how are you – good morning. But 1903 he treasured them again and tried to galvanize them, to make friends with their sons, to start them going again on the old lines, as if 25 years had not been interrupting all the old ties. He did not wish to see this. He explained collectivism once more in Pages of socialist history in the socialist Sentinelle of Chaux-de-Fonds, reprinted as The Collectivism of the International, a very concise pamphlet (Neuchâtel, 1904, 52 p., in-16°). He had before that published precise statements on collectivism in Paris (1902). These were received with interest in intellectual milieu, as he was so well known now as a competent student of the French Revolution and as a specialist on paedagogics, whilst all ignored or knew but as a dim legend his connection with the International and with Bakunin. »

Surtout, Nettlau insiste sur l’identification de Guillaume à l’Internationale à partir de 1903 et sur ses efforts pour en raviver non seulement le souvenir mais aussi tenter de la faire revivre :

« Meanwhile, from 1903-4 onward, he was “an International” (eine Internationale) by himself, entering into contact with the most suitable elements which he could find, trying to make them work together and like a spider, whose webs are almost constantly destroyed in part, he was undismayed by failure, always patched up the webs, but it told upon his nerves, he became bitter and in 1914 the open struggle by him against anarchism, as expressed by men like Bertoni and Malatesta was only averted by great efforts of Kropotkin, as we know by letters which are published, whilst the printed texts exist in the papers and reviews of those years. I refer to the Bataille syndicaliste, the Vie ouvrière, the Réveil-Risveglio, Volontà (of Ancona), Les Temps Nouveaux, etc. »

 

En 1895, Max Nettlau avait édité le premier volume des Oeuvres de Michel Bakounine. Les 5 volumes suivants parurent de 1907 à 1913, cette fois-ci avec des notes et une introduction de James Guillaume.

 

Pour une présentation approfondie de l’Internationale : documents et souvenirs, se reporter à l’introduction de 57 pages de Marc Vuilleumier qui accompagne la réédition de 1985 par G. Lebovici.

L’historien indique notamment comment James Guillaume a financé la parution de son ouvrage (P. XXXVII) :

« Sa situation financière personnelle s’améliora quand, le 30 décembre 1907, il reçut pour son recueil des Procès-Verbaux du Comité de l’Instruction publique de la Convention le prix Alphonse Peyrat, nouvellement créé par la marquise Arconati Visconti en mémoire de son père pour récompenser des ouvrages portant sur l’histoire de France à partir de 1774. Décernée par le Conseil de l’Université sur rapport d’un jury où siégeaient quelques-uns des plus grands historiens : Aulard, Seignobos, Gustave Monod, cette distinction n’était pas seulement honorifique, elle rapporte 3.000 francs que Guillaume envisagea aussitôt de consacrer à « l’Internationale » : il proposa de verser immédiatement les 500 francs encore dus pour le tome II et 2000 francs pour les tomes III et IV, car son ouvrage avait pris une nouvelle ampleur et il fallait envisager un quatrième volume […] ».

Le dossier AB/XIX/367 des Archives nationales de Paris contient une lettre de James Guillaume à Jean Grave en date du 18 avril 1907 dans laquelle il détaille justement sa situation financière avant d’avoir obtenu le prix Peyrat :

« J’ajoute que j’ai à verser, fin avril, à la Société Nouvelle, 1000 f pour ma subvention pour le tome II. La vente du tome Ier n’a pas produit jusqu’à présent, comme je l’avais espéré, de quoi me rembourser, au moins en partie, ma première subvention de 1000 f, en sorte qu’il me faut faire un second versement effectif, tandis que j’avais pensé que, dans l’intervalle, entre la publication du t. Ier et celle du t. II, ma première subvention m’aurait été remboursée. J’ai donc été obligé de contracter un emprunt pour faire face à la situation. »


2 réflexions au sujet de « James Guillaume, historien de l’Internationale (1903-1916) »

  1. Ping : James Guillaume, auteur majeur du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire | James Guillaume

  2. Ping : Georges Weill, Alphonse Aulard et la « probité historique » de James Guillaume | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *