Compte-rendu du Nouveau dictionnaire de pédagogie par Aulard (La Révolution française, 1911)

Pour la partie historique, j’ai beau chercher une épithète qui ne paraisse pas emphatique, je n’en puis trouver d’autre que celle-ci : admirable. Je n’hésite pas à dire que les articles historiques du Dictionnaire de pédagogie ont renouvelé l’histoire de France depuis 1789, en renouvelant nos connaissances sur ce qu’il y a peut-être de plus important dans cette histoire, c’est-à-dire l’histoire même de l’instruction publique considérée dans le sens le plus large du mot, en tous ses rapports avec le développement politique, et économique, social de notre nation. Comme les autres nations sont étudiées au même point de vue, quoique avec moins de développement, on a, pour la France, d’utiles points de comparaison, et, pour l’humanité civilisée en général, un tableau d’ensemble des principaux faits de son développement intellectuel. Chaque nation, chaque institution, chaque individu ayant quelques rapports avec l’instruction publique a ici son article, avec tous les détails utiles, et un article presque toujours neuf. Je voudrais que tous les étudiants en histoire aient lu l’article France. Tous les articles dont M. J. Guillaume est l’auteur sont excellents. L’article Convention, qu’on lui doit, quand il l’écrivit, il y a près de trente ans, fut une révélation pour les historiens attentifs. Depuis ont paru beaucoup de documents, d’importance capitale, sur la Convention, en particulier le Recueil des actes du Comité d’instruction publique, par M. J. Guillaume lui-même ; il n’y a eu néanmoins que peu de choses à changer dans cet article, dont la nouveauté était si solide. Ces quelques changements, M. Guillaume les a faits avec soin et scrupule.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *