James Guillaume et l’Université populaire du XIVème arrondissement (1904-1914)

cimg3402Extrait d’un rapport contenu dans le rapport de surveillance de la Préfecture de police mentionnant en 1905 ses activités à l’Université populaire du XIVème arrondissement. L’ouvrage fondamental de Lucien Mercier, Les universités populaires : 1899-1914. Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle (éditions ouvrières, 1986) est disponible sur Gallica. L’implication de James Guillaume dans la vie des U.P. du XIVème arrondissement (dont la directrice était Pauline Kergomard) et du XIIIème arrondissement (sous la direction de Ferdinand Buisson) est documentée par des sources variées.

Une lettre destinée à sa sœur Julie datée du 9 janvier 1904 (AEN, Fonds de la famille George-Émile Guillaume, I/6) illustre sa perception de l’orientation anticléricale du mouvement des U.P. En voici un extrait :

« Tu m’envoies le Dr Mathey ; je le verrai avec plaisir. Mais quelle singulière idée tu as eue, de croire que les U.P. pourraient lui inspirer de la sympathie, à lui homme très religieux. Toute la propagande qui se fait dans les U.P. est dirigée contre la religion ; nos adhérents sont tous des militants de la lutte anti-cléricale ; et anti-clérical en France signifie ennemi de toute religion quelconque. »

Dans cet extrait d’une lettre du 25 février 1904 (AEN, Fonds de la famille George-Émile Guillaume, I/6), il expose ses activités au sein des U.P. :

« Ma santé n’a pas été sérieusement ébranlée par la grippe, et pendant tout ce mois j’ai eu une vie très active. En dehors de mon travail habituel, j’ai fait des conférences comme l’hiver dernier. Voici le tableau de cette semaine : dimanche, déjeuné chez L. Descaves ; après-midi, à l’U.P. avec Adhémar Schwitz, qui a dîné chez moi et y est resté jusqu’à minuit ; – lundi soir, conférence par moi à l’U.P., sur l’histoire du calendrier ; – mardi soir, cheval (Obéron, et répétition de la Jurassienne en vue de notre fête du 12 mars) ; – mercredi soir, 3e conférence aux étudiants et étudiantes russes, sur l’histoire de l’Internationale (avec traduction en russe par Mlle Goldsmith), au local de l’U.P. du 13e (Université de M. Buisson) ; – aujourd’hui, visite d’un normalien qui désirait faire ma connaissance ; – demain soir, causerie à la Bourse du travail, sur l’Internationale ; – samedi soir, répétition de chant chez moi pour les solistes (deux dames, deux demoiselles et un mari) ; – dimanche soir, fête musicale et littéraire à l’U.P. »

 

Aux AEN, dans le fonds de la famille George-Émile Guillaume (cote I/6), pourtant essentiellement composé de copies de lettres adressées à ses proches, se trouve une lettre du 15 mai 1904  qui témoigne des tensions qui se font jour dans la vie de l’U.P. du XIVème arrondissement :

 » Cher Monsieur Damien.

A la suite de l’incident de vendredi soir, j’ai réfléchi aux moyens d’éviter le retour de pareils désordres ; j’en ai causé avec plusieurs membres de l’U.P., et en particulier avec M. Rabaud, que j’ai vu hier à une Commission du Congrès dont nous faisons partie tous les deux.

Un des moyens à employer m’a paru être de tâcher de tirer au clair une question de principe et la méthode qui ne semble pas suffisamment élucidée dans l’esprit de quelques personnes. Et pour cela je demande à vous, et au besoin, au Comité de vouloir bien m’inscrire, pour un soir de mois de juin, pour une conférence ou j’exposerai un certain nombre de règles concernant la manière de recherche scientifiquement la vérité et la possibilité d’arriver à la certitude. Mon exposé serait strictement philosophique et scientifique, et aurait pour but de faciliter l’accord de tous nos adhérents sur quelques questions primordiales, sur lesquelles il est très important que l’entente s’établisse entre tous. Quand nous aurons déblayé le terrain, mis les points sur les i, écarté les sophismes, il ne sera plus possible d’appeler intolérance l’attitude de ceux qui croient qu’il est possible de distinguer avec certitude entre la vérité et l’erreur dans le domaine des connaissances démontrables (le seul domaine dans lequel doive s’exercer l’activité d’une U.P.), ni de qualifier de petite Eglise une U.P. qui entend rester laïque et fermer sa porte aux prêtres de toutes les religions.

La conférence serait suivie d’une discussion, ou plutôt d’une conversation amicale, dans laquelle chacun pourrait émettre son avis ; et si le résultat ne devait pas être de constater que nous sommes tous d’accord, au mois aurions-nous nettement établi  [difficilement lisible] les positions de chacun, et mis au grand jour le sophisme de ceux qui baptisent du nom de liberté le prétendu droit qu’ils s’arrogent de dénier les vérités les mieux établies.

Je ne sais pas encore quel titre suffisamment court on pourrait trouver pour cette conférence : mais nous chercherons ensemble.

Veuillez avoir l’obligeance de m’envoyer un mot de réponse ; et si vous croyez que la question doive être soumise au Comité, il n’y aura qu’à le lui soumettre. »

 

Des marques sur le document (deux trous correspondant à un système d’agrafage) montrent que la lettre ci-dessus a été séparée d’une liasse. Or, dans le fonds James Guillaume des AEN la cote 103 correspond aux papiers de l’U.P. du XIVe arrondissement. La cote 103.281 correspond à un carton de Guillaume, non daté mais qui est lié à la lettre du 15 mai 1904 :

« Cher Monsieur, voici le titre que j’envoie à M. Bouteilhe [quasi illisible] pour l’annonce, dans les journaux de ma causerie de mercredi :

« De la liberté des opinions ; de l’intolérance ; la méthode scientifique et le consentement unanime. Exposé, suivi d’un échange d’idées entre les camarades. »

C’est un peu long, mais il ne m’a pas été possible de faire plus court ; et encore ce titre est-il incomplet. – Je vous serais bien obligé de l’écrire ce soir au tableau, puisque le programme mensuel ne sera pas publié à temps. »

 

James Guillaume est surveillé par la police française en 1904 précisément pour sa participation à l’Université populaire du XIVème arrondissement. Dans un rapport daté du 14 novembre 1904, l’agent prénommé Foureur (3ème Brigade du 1er bureau de la Préfecture de police) cite une certaine « Mme Philippe » qui informe la police : « Guillaume qui – paraît-il est très fort en histoire, serait – d’après Mme Philippe – un étranger banni de son pays pour faits révolutionnaires ; il aurait obtenu la naturalisation française. » Le même agent rédige un rapport le 3 février par lequel il indique que Guillaume assistait la veille à une réunion de l’U.P. de la rue de la Sablière pour protester contre les massacres de Russie.

 

Sous la cote 103 du fonds James Guillaume est classée cette lettre du 9 octobre 1905 qui fait référence à Maria Goldsmith et au groupe des étudiants russes évoqué par Guillaume en 1904, et qui est surveillé par la police française :

cimg3296cimg3297

 

Le 30 avril de la même année, un rapport du dénommé Foureur rapporte une visite à Mme Philippe « membre du Comité de l’Université populaire du XIVe » qui lui a signalé un incident impliquant Guillaume dans une soirée familiale (il s’est énervé contre la poésie bourgeoise au sujet de vers de Coppée). Voici la perception de l’implication de Guillaume dans la vie de cette U.P. :

« Guillaume a pris une grande prépondérance à l’université populaire du XIVe et il ne trouve jamais qu’on s’y montre assez révolutionnaire. C’est lui qui y amène l’élément russe, et une jeune étudiante nihiliste, sa protégée, vient parfois y faire des causeries. Il occuperait, parait-il, une assez belle situation, il serait archiviste à la Bibliothèque nationale. »

 

Nous avons identifié un document qui peut illustrer cette implication forte de Guillaume dans la vie de l’U.P., en particulier sur les questions politiques. Aux AEN, dans le fonds Georges-Emile Guillaume, cote II/1 se trouve une liasse de documents avec l’indication suivante : « Archives de l’Université populaire du 14e » (pas de la main de Guillaume). Le document présente les deux trous caractéristiques des documents sur l’U.P. du XIVe arrondissement, la liasse étant dépareillée. Une lettre de Guillaume du 7 février 1906 au Comité de l’Université populaire du 14e arrondissement soulève la question du lien entre les U.P. et la propagande politique :

« Dans l’Humanité d’aujourd’hui, 2e page, 6e colonne, je lis une communication par laquelle j’apprends ceci : la section du 14e arrondissement (de la Fédération de la Seine du Parti socialiste unifié) informe les électeurs qu’elle présente aux élections législatives prochaines les citoyens Bracke et Courtois pour les circonscriptions Plaisance-Montparnasse et Montrouge-Santé : « Elle a constitué un Comité électoral où tous les citoyens qui désirent soutenir les candidatures socialistes sont invités à se faire inscrire. Le comité électoral se réunit les 2e, 3e et 4e jeudi de chaque mois, au siège, 13, rue de la Sablière, à 8h.1/2 du soir. »

Ainsi, voilà le local de notre Université populaire transformé en siège d’un comité électoral.

Ce n’est évidemment pas là ce qu’avait prévu le Comité de l’U.P., lorsqu’il a consenti la location de notre salle au groupe des socialistes unifiés. Il a été dit alors, à ceux de nos membres qui ont demandé des explications, à moi en particulier, qu’il s’agissait de réunions dans lesquelles on discuterait des questions de doctrines, ce qui était conforme au programme de libre discussion scientifique qui est celui de l’Université populaire.

Mais mettre à la disposition d’un parti électoral la salle de l’U.P., pour des réunions dans lesquelles, au lieu de discussions théoriques, on fera de la politique électorale ; laisser faire de cette salle le siège du Comité électoral d’un parti, cela me paraît une violation flagrante du principe inscrit en tête de ses statuts.

Je fois ajouter, pour éviter tout malentendu, qu’en vous signalant ce fait contraire aux statuts de l’U.P., je n’entends pas le moins du monde m’élever, par là, contre la participation des citoyens aux élections : car j’ai l’habitude moi-même, pour empêcher le candidat réactionnaire de passer, d’aller déposer mon bulletin dans l’urne en y inscrivant, au second tour, le nom du candidat, socialiste ou radical, qui a obtenu le plus de voix au premier tour.

Je prie le Comité de l’U.P. de vouloir bien s’occuper le plus tôt possible de la question sur laquelle je prends la liberté d’appeler son attention, et d’examiner s’il n’y a pas lieu de prévenir le groupe des socialistes unifiés, qui est sous-locataire de l’U.P., que celle-ci ne peut pas admettre que sa salle devienne le siège des opérations d’un comité électoral. »

 

Son inscription sur les listes électorales du XIVème arrondissement de Paris est confirmée par un rapport de la police française daté du 9 septembre 1916.

 

 


Une réflexion au sujet de « James Guillaume et l’Université populaire du XIVème arrondissement (1904-1914) »

  1. Ping : Georges Weill, Alphonse Aulard et la « probité historique » de James Guillaume | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *