Les revenus de James Guillaume (1904-1916)

cimg4806Document conservé aux AEN dans le fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote II/7 consacrée aux testaments. Celui de Jams Guillaume en est toutefois absent. Nous avons choisi de publier cet état des biens (liste des obligations qu’il possédait) pour le croiser avec deux lettres de 1904 dans lesquelles il décrit à sa sœur Julie sa situation financière.

Extraits d’une lettre de James Guillaume du 9 janvier 1904 à sa sœur Julie  (AEN, fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/6).

« Puisque nous parlons affaires, il faut que je te dise un mot, en passant, de ma situation personnelle. Tu sais (il me semble que je t’en ai parlé) qu’à la fin de la présente année 1904, le Bulletin mensuel du Club alpin cessera de paraître et que l’Annuaire aussi sera supprimé. On remplacera ces deux publications par une revue mensuelle illustrée[1]. Or, pas plus tard qu’hier soir, il a été donné lecture, au comité de rédaction, d’un plan et devis pour cette future revue mensuelle, plan aux termes duquel M. Maurice Paillon de Lyon (actuellement rédacteur de la Revue alpine de cette ville) serait nommé rédacteur en chef avec un garçon de bureau pour le seconder ; – par conséquent je serais complètement éliminé. Il est à peu près certain que Paillon sera nommé ; ce serait trop long de t’expliquer pourquoi.

En outre, le Dictionnaire Joanne[2], qui me fournit la moitié de mes ressources, finira cette année ; nous en sommes au mot Vendée. Et quand il sera fini, on ne recommencera plus, chez Hachette, de grandes publications ayant besoin d’un secrétaire de rédaction (on me l’a dit formellement). Par conséquent, à aussi, j’aurai perdu ma situation actuelle, et tout espoir d’en retrouver l’équivalent.

Quand ce moment sera venu (l’an prochain), il ne me restera pour vivre que les intérêts des capitaux que j’ai économisés et placés. Et comme ces intérêts ne représentent qu’une somme minuscule, je serai obligé chaque année de manger une partie du capital. Bien entendu, je réduirai mes dépenses au plus bas ; mais, pour vivre à Paris, il me faut un minimum de 500 f par mois.

Cette perspective n’a rien d’encourageant. Mais j’en prends mon parti, en me disant qu’il ne peut rien m’arriver de pire que les choses par où j’ai déjà passé, et qu’heureusement je ne suis pas immortel. »

 

Le dossier de demande de naturalisation de James Guillaume et de sa femme Élise conservé par les Archives nationales à Paris donne des éléments de comparaison quant à ses revenus (dossier BB/11/1866 demande n° 5228 X85). Une pièce datée de janvier 1889 indique que James Guillaume avait un revenu annuel situé entre 10.000 et 12.000 Francs. Le couple Guillaume (seul le mari travaillait) payait alors 1800 Francs de loyer par an.

 

Extraits d’une lettre à sa sœur Julie du 7 mai 1904 (AEN, fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/6)

« Pour les vacances, je doute que je puisse être libre le 15 juillet : cela dépend du travail du Dictionnaire Joanne, et de l’impression de l’Annuaire du club alpin. Naturellement, je ferai mon possible pour me rendre libre le plus tôt possible ; mais il faut compter avec certaines nécessités – cette année encore. L’année prochaine, si je vis, je ne serai que top libre, puisque je n’aurai plus ni Annuaire, ni Dictionnaire, tout ce qui constitue actuellement mon gagne-pain, va finir cette année, et je n’ai encore rien d’autre en perspective. »

 

[1] Informations tirées du site du Club alpin français (CAF) : « Le 15 janvier 1905 paraît le premier numéro de La Montagne, revue mensuelle du Club Alpin Français. Dans son éditorial, le rédacteur en chef Maurice Paillon fixe le cadre rédactionnel de la revue et évoque une « Chronique alpine » comprenant les explorations nouvelles et les renseignements sur l’état de la montagne. » http://centrenationaldedocumentation.ffcam.fr/chroniquealpine.html

Une lettre du président du Club Alpin français datée du 13 juin 1904 et adressée à James Guillaume revient sur la transformation de la publication en une revue mensuelle illustrée (AEN, fonds James Guillaume, cote 29.16) : « Sachant que vous désirez rester à l’écart de cette combinaison qui nécessitait la nomination d’un rédacteur en chef, nous avons nommé à ces fonctions M. Maurice Paillon. »

[2] Le dictionnaire Joanne est numérisé sur Gallica.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *