La réforme de l’éducation par James Guillaume (1871)

almanach du peuple 1871alamanach du peuple 1871-4e couv

Article recopié sur l’exemplaire conservé aux AEN.

Almanach du peuple pour 1871. Saint-Imier, Propagande socialiste.

La réforme de l’éducation (non signé) (p. 22-27)

« Il n’y a pas encore, à l’heure qu’il est, une seule nation dans le monde où l’éducation populaire soit organisée d’une manière satisfaisante. Chez les peuples que l’on regarde comme les plus civilisés, on se glorifie, comme d’un résultat merveilleux, de ce que tout le monde sait lire et écrire. Mais la lecture et l’écriture constituent-elles vraiment une éducation ? suffit-il qu’un peuple sache lire et écrire pour qu’il puisse s’appeler véritablement instruit ? Non certes : car la véritable instruction favorise la liberté ; tandis que, comme l’Allemagne vient de le prouver dans la guerre actuelle, les connaissances acquises à l’école par les jeunes Allemands n’ont servi qu’à en faire des instruments plus dociles et mieux disciplinés du despotisme militaire et monarchique.

Pour qu’une bonne éducation mérite ce nom, il faut qu’elle fasse naître chez l’enfant l’amour de la liberté, qu’elle lui donne le sentiment de sa propre dignité ; et en outre, qu’elle lui fournisse les connaissances qui lui seront plus tard nécessaires comme travailleur, comme membre actif d’une société où chacun doit produire pour vivre. On ne peut pas dire que les écoles actuelles réalisent ce programme. Elles ne forment pas le caractère de l’enfant : au contraire, elles lui apprennent à trembler sous un maître souvent brutal et injuste, et elles le corrompent par la fréquentation de mauvais camarades ; aussi beaucoup de parents hésitent-ils, et avec raison, à confier leurs enfants à nos établissements d’instruction publique. En outre, dans nos écoles, nos enfants sont exercés très-minutieusement sur la grammaire, les thèmes, le catéchisme, etc. ; mais ils ne reçoivent pas cette instruction pratique professionnelle, qui leur faciliterait plus tard l’apprentissage de leurs métiers. Un autre reproche qu’on peut faire à nos écoles, c’est qu’elles ne tiennent pas assez compte de ce que demande la santé de l’enfant. Les jeunes élèves, entassés dans des salles mal aérées, mal chauffées, courbés tout le jour sur des tables, ne prenant que peu ou point d’exercice, sont dans les plus mauvaises conditions pour le développement de leurs forces physiques. Et cependant il faudrait que l’école contribuât à fortifier la santé en même temps qu’elle fortifierait l’intelligence. Un homme de cœur, un pédagogue distingué, Froebel, a cherché de nos jours, en créant des jardins d’enfants, à remédier à quelques-uns de ces inconvénients. Dans les jardins d’enfants, la santé des élèves est la première préoccupation de l’éducation. On ne demande plus au jeune enfant de longs travaux de tête ou de plume ; on cherche à l’instruire en le récréant ; on lui fournit de nombreuses occasions d’exercer ses forces corporelles, par le jardinage, les promenades, la gymnastique, etc. Plus de cette discipline sévère qui gâte les caractères ; l’ordre parmi les élèves se maintient grâce à l’affection qu’ils ont pour celui qui les enseigne. Enfin plus de ces leçons longues et rebutantes qui faisaient prendre la science en dégoût ; l’élève apprend non par les livres mais par les yeux, par les objets intéressants que le musée de l’école lui offre, et dont le maître lui explique l’origine et l’emploi : aussi l’école n’est plus un lieu d’ennui, mais un lieu plein d’attrait, où l’élève se rend avec joie et curiosité. Il existe des jardins d’enfants à Lausanne et à Genève. Mais la réforme de Froebel, malgré l’excellente intention qui l’a dictée, est loin d’être complète. Voici les deux principales objections que lui font des hommes compétents en matière d’éducation :

1° Le système n’a été appliqué jusqu’ici qu’à des enfants très-jeunes, âgés de quatre à six ans en moyenne ; c’est-à-dire que le jardin d’enfants peut remplacer très-avantageusement nos écoles enfantines actuelles ; mais on n’a rien créé encore qui remplace l’école proprement dite ; et cependant, c’est là surtout ce qu’il faudrait, c’est-à-dire des établissements d’éducation qui puissent être fréquentés par des élèves de 10 à 14 ans.

2° Les frais d’installation d’un jardin d’enfants sont considérables, en sorte que les élèves ont à payer un écolage assez élevé. De cette façon il n’y a que les classes riches qui puissent y envoyer leurs enfants, et les classes pauvres, qui sont celles dont les enfants auraient le plus besoin d’une réforme scolaire, sont précisément celles qui ne peuvent pas en profiter.

Nous pensons que tout homme qui a réfléchi, sera persuadé de la nécessité de réformer les méthodes d’éducation publique actuellement en usage ; aussi n’insistons-nous pas davantage là-dessus. Que l’on adopte le système de Froebel, modifié selon ce que l’expérience enseignera, et complété par l’adjonction de degrés supérieurs pour les élèves les plus âgées ; – ou bien que l’on essaie de quelque autre système ; peu importe, pourvu que l’école produise les résultats suivants : développer l’intelligence de l’enfant tout en fortifiant sa santé ; lui donner des connaissances pratiques qui lui faciliteront l’apprentissage d’un métier ; former son caractère en éveillant le sentiment de sa dignité ainsi que l’amour de la liberté et de l’égalité.

Mais qui accomplira la réforme scolaire ? L’Etat, diront les uns ? – A cela nous répondrons : Qu’est-ce que l’Etat, sinon l’ensemble des citoyens ? où prend-il les ressources dont il dispose, sinon dans la poche des travailleurs, qui seuls paient véritablement l’impôt pour tout le monde ? Ce que l’Etat fait, il le fait avec l’argent des travailleurs. Il ne faut donc pas s’habituer à le regarder comme une espèce de millionnaire qui n’a qu’à puiser dans ses coffres pour semer une pluie d’or sur le peuple reconnaissant. Non, l’Etat n’a rien que ce que nous lui donnons : il est donc inutile de rien lui demander, puisque, pour nous donner ce que nous lui demanderons, il commencera par nous le prendre à nous-mêmes. Les citoyens riches et généreux, disent les autres – Nous ne pensons pas qu’il s’en trouve qui soient disposés à donner leurs écus pour le bien du peuple. Mais s’en trouvât-il quelques-uns, il ne pourrait jamais en résulter que des améliorations purement locales, qui n’auraient pas d’effet sur l’ensemble de la société. – Et puis, ne répugne-t-il pas à notre dignité de recevoir l’aumône d’un Crésus ? Nous dirons, nous, ceci : Il faudrait que les travailleurs s’associent pour créer eux-mêmes les institutions dont ils ont besoin. Au lieu de donner leur argent à l’Etat dans ce but, qu’ils emploient cet argent eux-mêmes ; au moins ils seront sûrs qu’il sera bien employé. Nous croyons que c’est au moyen de l’association qu’on parviendra à réaliser toutes les réformes, la réforme scolaire comme les autres. – Mais, nous dira-t-on, sera-t-il réellement possible aux travailleurs de trouver chez eux-mêmes les ressources financières dont ils auraient besoin pour cela ? pourront-ils prélever sur leurs maigres salaires des ressources suffisantes pour créer toutes les institutions qui doivent régénérer la société ? – Non, sans doute, répondrons-nous ; ce serait une chimère que de le croire ? – Alors comment se procureront-ils les ressources indispensables à leur œuvre de réforme sociale ? – Ils ne pourront le faire que d’une seule manière : en transformant radicalement les bases de la société, en supprimant les abus et les privilèges qui existent aujourd’hui, en remplaçant le monopole et l’exploitation par la propriété collective et l’égal-échange. Et quel sera le levier assez puissant pour opérer cette révolution gigantesque et soulever le monde ? C’est l’Association internationale des travailleurs. »


Une réflexion au sujet de « La réforme de l’éducation par James Guillaume (1871) »

  1. Ping : Les débats éducatifs au sein de l’AIT et de la Fédération jurassienne (1869-1876) | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *