« […] Une activité fiévreuse me permet seule d’échapper au vide de mon existence » James Guillaume, 1906

CIMG5352Alors que sa fille Émilie se trouve en Asie et ignore encore le décès de sa mère survenu le 26 décembre 1901, James Guillaume décrit à sa fille les activités qui lui servent de « dérivatifs ». Extraits d’une lettre du 22 janvier 1902 (AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6) :

 » Je ne veux pas m’arrêter sur ces idées, qui m’empêchent d’écrire en me faisant trop cruellement sentir la vanité de tout ce qui me reste de l’existence. Et je vais au contraire te parler de l’emploi de mes journées depuis ma dernière lettre. Tu verras qu’ayant cherché à trouver des dérivatifs, j’en ai trouvé, ces derniers jours, de quoi m’absorber presque tout entier sans me laisser le temps de la réflexion. »

« Je t’ai dit, je crois, que mon intention, depuis quelque temps, était de faire des démarches pour faire rapporter l’arrêté d’expulsion pris contre Kropotkine en 1896 ; afin qu’il puisse venir passer l’hiver en France, ce que son triste état de santé rend nécessaire. Samedi à 8 h, je suis allé à la Petite République, espérant y trouver Jaurès[1] ; mais je n’y ai rencontré que le secrétaire de la rédaction, Edgard Milhaud, un charmant garçon, qui m’a engagé à aller trouver Jaurès à son domicile le lendemain. Le dimanche matin je suis donc allé 7, avenue des chalets, à Passy ; mais Jaurès était sorti ; sa femme m’a fait dire par la bonne qu’il serait à la Petite République à 5 h. ; – en conséquence, le soir, je suis retourné au journal, et j’ai été accueilli on ne peut plus cordialement par Jaurès et Gérault-Richard ; ils ont été très touchés des lettres de K. que je lui ai fait lire, et qui montrent en effet le cœur le plus affectueux. Jaurès m’a permis commencer des démarches tout de suite auprès de Waldeck-Rousseau ; et il a été convenu que nous déjeunerions ensemble chez Buisson le mercredi, pour savoir le résultat. – Nous avons parlé ensuite de toute sorte de choses, entre autre du nouveau volume que Jaurès prépare sur la Révolution, et pour lequel je lui fournirai quelques matériaux ; et aussi de Pestalozzi, qu’il connaît et admire, et auquel il doit faire une place dans le volume en question ; je lui ai promis de lui envoyer mon Pestalozzi pour le renseigner (c’est ce que j’ai fait le lendemain). Et en sortant de là je suis allé chez les Baude ; ils ont été très gentils ; et nous avons écouté au théatrophone quelques airs de Mireille.

Le lundi j’ai confirmé avec Buisson la question du déjeuner ; comme il y avait des empêchements pour le mercredi, nous l’avons fixé à vendredi, et Jaurès a accepté par télégramme. – En outre, Buisson m’a demandé des notes au sujet d’une thèse présentée par M. Vial, professeur de rhétorique et gendre de M. Jacoulet, notes dont il voulait se servir à la soutenance, fixée au mercredi après-midi. Je les ai rédigées et les lui ai remises. »

 

« Le mardi je suis allé l’après-midi au Musée pédagogique, où je n’avais pas mis les pieds depuis bien longtemps (samedi matin aura lieu la séance du conseil d’administration) ; M. Couturier, le directeur, m’a parlé de son budget, on avait, dans le projet [illisible] préparé par la Chambre, augmenté le crédit d’une somme de 8000 fr., qui devait permettre de faire face à certaines dépenses de première nécessité ; puis, au dernier moment, la commission du budget a retranché ce poste ; et on ne sait comment arriver à le faire republier, le ministre Leygues se fichant absolument du Musée. J’ai dit à M. Couturier que je tenterais une démarche auprès de M. Isambert, vice-président de la Chambre, que je connais.

Effectivement, j’y suis allé ce matin. Il demeure tout au bout de la rue de Rome, aux Batignolles, au diable. Il m’a promis de parler au rapporteur de la commission du budget, et m’a donné une carte d’audience, pour que je puisse aller avec lui (Isambert) à la Chambre demain en après-midi. Je n’ai pas eu le temps d’y aller. Je ne suis rentré chez moi qu’à midi et quart ; Eugénie Ouillon [orthographe incertaine] avait (sic) déjà arrivée et m’attendait. – Nous avons déjeuné ensemble ; puis, comme je devais aller à la Sorbonne, à la soutenance Vial, je lui ai proposé de m’y accompagner (elle devait prendre à 7 h. le train du Havre), ce qui a paru l’enchanter. Seulement elle venait du Bon marché, et en rapportait trois paquets ; je l’ai conduite d’abord chez le concierge Henneguy se débarrasser de ses paquets, puis nous sommes entrés dans la nouvelle salle du doctorat, qui est très belle et qui a bientôt été comble. Nous avons entendu parler quelques uns des professeurs, c’était la thèse française sur l’enseignement libéral ; [note : la thèse latine sur Condorcet, venait justement de finir quand nous sommes arrivés et je l’ai regretté] entre autres Croiset et Buisson, Henry Michel et Lintilhac, c’était très intéressant ; quand il a été près de 6 h., il a fallu partir, sans avoir pu entendre Aulard à mon grand regret (j’ai appris ensuite qu’il n’a pas parlé à la thèse française ayant déjà parlé à la latine)[…]. »

 

« Naturellement, à côté de tout cela, j’ai fait ces jours ma besogne ordinaire, correction d’épreuves, etc. ; j’ai aussi continué à relire et classer les vieilles lettres ; et j’ai écrit à droite et à gauche, entre autre pour Hélène (question de la gymnastique). Un sous-inspecteur à qui j’avais écrit pour cette gymnastique est venu cet après-midi en mon absence pour me parler ; il reviendra demain.

Voilà quelle sera la suite de mon programme de la semaine :

Demain matin jeudi, correction des épreuves du Bulletin du C.A.F. ; à 1 h., visite du sous-inspecteur de la gymnastique ; à 4 h : séance de la Société Condorcet à laquelle je viens d’adhérer.

Vendredi, à midi, déjeuner chez Buisson avec Jaurès. – à 4 h., à la Chambre pour trouver Isambert. – a 5 h, au Club Alpin. – Le soir à 8h ½, concert à la Schola Cantorum, rue St Jacques. »

 

« Samedi matin, Conseil administratif du Musée pédagogique. à 9 h., j’assisterai à la conférence Buisson à la Sorbonne, pour faire connaissance avec la salle et les étudiants (c’est là que je ferai la conférence sur Pestalozzi les 15 et 22 février). Après quoi la semaine, passablement chargée, comme tu vois, sera finie, et j’aurai peut-être le temps d’aller, l’après-midi, soit aux Archives, soit à la Bibliothèque. »

 

« Je n’ai pas encore trouvé un moment pour reprendre et achever mon travail sur Pestalozzi, citoyen français, interrompu au milieu de décembre.

Jeudi soir, 23, 8 h ½. Il faut que je termine ma lettre ce soir, car je n’aurai pas un moment demain. Je suis rentré tard de la Société Condorcet, où a eu lieu une discussion très intéressante. Aulard m’a dit que j’avais eu bien tort de n’être pas venu plutôt hier, de façon à entendre le débat sur la thèse sur Condorcet, car, a-t-il dit, « j’ai fait retentir de votre nom les échos de la Sorbonne » (il paraît qu’en effet on a beaucoup parlé de mes publications). – A 1 h., j’avais eu la visite du sous-inspecteur de la gymnastique, à la suite de laquelle j’ai écrit à tante Léopoldine pour lui proposer la combinaison suivante : Hélène viendrait à Paris passer un mois, non pour suivre un cours de gymnastique (il est déjà commencé depuis octobre), mais pour assister, dans 4 écoles communales de filles, aux leçons de gymnastique, comme si elle était une étrangère déléguée en mission par son gouvernement ; les maitresses se mettraient en quatre pour lui donner toutes les explications possibles, et cela lui sera bien plus profitable qu’un cours. Il suffira pour cela que je demande au préfet de la Seine une autorisation que j’obtiendrai facilement. Nous allons voir ce qu’on me répondra de Neuchâtel. »

 

« Jeudi soir 30 janvier. – Ma carte écrite mercredi après-midi (le 24) au Club Alpin t’a dit comment j’ai été empêché de finir ma lettre de la mettre à la poste par Jaurès. J’ai donc déjeuné avec lui vendredi 24, chez M. Buisson ; il y avait là aussi Pierre et Etienne, et la femme de Pierre. [Note : Les démarches concernant Kropotkine n’ont pas encore abouti.] La conversion a roulé presque tout le temps sur l’Internationale et sur Bakounine, et j’ai dû raconter un tas de vieilles histoires, que Jaurès paraissait écouter avec un vif intérêt. Tout ce monde me disait que je devrais absolument écrire mes mémoires sur cette période. A quoi bon ? ceux qui voudraient se renseigner n’ont qu’à lire nos journaux : la collection du Progrès, de l’Egalité, de la Solidarité, du Bulletin leur apprendra tout ce qu’il est utile de savoir. – J’ai fait aussi la connaissance, après le déjeuner, de Lapicque, qui est venu prendre le café : c’est un maître de conférences à la Sorbonne, récemment destitué pour avoir ouvert une souscription en faveur de Hervé. C’est un garçon énergique et intelligent ; il vient de faire une campagne de conférences dans le Vosges ; il nous a dit que rien ne serait plus facile que de faire échouer Méline à Remiremont, en lui jetant un candidat socialiste dans les jambes. – A 2 h., j’ai emmené Jaurès chez moi, et il y est resté, à causer et à examiner mes collections de journaux, jusqu’au moment où j’ai dû aller au Club. »

 

« Samedi après-midi, j’ai assisté à la Sorbonne à la conférence Buisson ; trois étudiants y ont parlé, deux bien et un mal. J’y retournerai après-demain pour m’habituer. J’y ai rencontré Mme Kergomard qui m’a dit que tu lui écrivais à peu près tous les mois.

Lundi matin 27, je suis allé à la mairie m’assurer de mon inscription sur les listes électorales. »

 

« Vendredi 31. Je n’ai pas le temps de fermer ma lettre avant d’aller au Club Alpin. »

 

« Je continue à relire des vieilles lettres et à les classer ; j’ai presque fini le triage des vieux papiers. C’est une occupation qui me fait à la fois du mal et du bien, mais qui en tout cas a pour moi un invincible attrait ; ce passé est bien plus vivant que le présent, – il n’y a pour moi que cela de vivant. »

[1] Sur les relations entre Jaurès et Guillaume, consulter : Marc Vuilleumier, « Notes sur James Guillaume historien de la première internationale et ses rapports avec Max Nettlau et Jean Jaurès », Cahiers Vilfredo Pareto, T. 3, No. 7/8 (1965), pp. 81-109. http://www.jstor.org/stable/40368712

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *