James Guillaume familier de Ferdinand Buisson

CIMG3224

CIMG3225Photographie d’une pièce conservée aux AEN, fonds James Guillaume, cote 29.28. C’est une lettre de condoléances de Ferdinand Buisson adressée à Émilie Guillaume après le décès de son père. En voici le texte :

« Votre télégramme que je reçois à l’instant confirme les pronostics inquiétants que contenait la dernière lettre de votre père, il y a quelques jours. Nous nous en préoccupions hier précisément en parlant de lui avec M. Aulard. C’est une vie de travail, de courage et de souffrance qui se termine, et nous sommes quelques uns qui, ayant connu de près votre cher père, savons quel esprit et quel cœur c’était, sous des apparences qui cachaient souvent le meilleur de lui-même, sous un mélange de modestie, de fierté et d’impassibilité. J’attends votres lettres, vous pouvez compter sur les amis peu nombreux peut-être, mais sûrs qui gardent sa mémoire avec respect et affection. A bientôt, avec tous mes hommages. »

James Guillaume fut lié professionnellement à Ferdinand Buisson puisque c’est ce dernier qui le poussa à venir à Paris. Les liens professionnels semblent s’être transformés au fil du temps en liens amicaux.

Ainsi, dans une lettre adressée le 25 juillet 1895 à sa femme Élise Guillaume (AEN, fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/6), il raconte :

« Hier soir, nous avons eu la visite de M. Buisson, de son frère Benjamin, et des trois enfants, Olga, Jeanne et Georges, nous avons passé la soirée au jardin avec eux. »

Émilie Guillaume, fille aînée de James était aussi proche de la fille de Ferdinand Buisson, Cécile, qui est mentionnée plus loin dans la lettre de 1895.

Ces liens amicaux expliquent sans doute que Ferdinand Buisson soit le témoin d’Émilie Guillaume lors du mariage de celle-ci en 1897 comme James l’explique dans une lettre à sa sœur Julie le 5 novembre 1897 (AEN, fonds de la Famille Georges-Émile Guillaume, cote I/6). Le mariage a lieu le 15 novembre mais le 11 décembre suivant, la fille cadette de James, Marguerite, décède de maladie à l’âge de 18 ans. Ferdinand Buisson prononce un discours le 13 décembre 1897 lors des obsèques de la fille de Guillaume puis le 28 décembre 1901 lors de l’enterrement d’Élise Guillaume (discours imprimés conservés aux AEN, à la BnF et numérisés sur Gallica). Dans une lettre à sa sœur Julie datée du jour de l’enterrement de sa fille, James Guillaume fait référence à ce discours :

« Nous sommes brisés. Je ne peux te raconter des détails de l’enterrement, sans cérémonie religieuse naturellement, M. Buisson a pris la parole. Ah, nous avons de bons amis, ils ont bien pleuré avec nous. Oh que la vie est cruelle ! » (AEN, fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/6).

Depuis 1899, le couple Guillaume habitait l’immeuble voisin des Buisson, au 164 du boulevard Montparnasse à Paris, grâce à l’intervention de Ferdinand Buisson. Enfin, en janvier 1901, ils avaient été invités au mariage du fils Buisson comme en témoigne un carton d’invitation conservée aux AEN dans le fonds James Guillaume.

Ces liens amicaux se ressentent dans les différents hommages prononcés par Ferdinand Buisson à l’occasion des 70 ans de James Guillaume en 1914 ou bien après son décès en 1916.

Note : La numérisation des deux discours prononcés par Ferdinand Buisson aux obsèques de la fille puis de l’épouse de James Guillaume a été effectuée par la BnF suite à la demande de Mme Martine Brunet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *