James Guillaume, « cheville ouvrière » de la Revue pédagogique (1879-1898)

CIMG4980Lettre envoyée par James Guillaume à son ami David Perret au sujet d’un déplacement en Suisse en relation avec son père. Lettre datée du 27 juin 1893 et conservée aux AEN fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5.

« Mais sur le point spécial dont il s’agit, je ne puis pas répondre autrement que je n’ai déjà fait : il m’est impossible d’aller à Neuchâtel à la date indiquée ; je ne pourrai y aller qu’après avoir donné le bon à tirer de la Revue pédagogique, c’est-à-dire aux environs du 15 juin. Mon numéro est à faire en entier (96 pages) [Note : Les numéros de la Revue pédagogique étaient datés du 15 de chaque mois. Les dates de la lettre sont incohérentes mais le numéro 7 du tome XXII du 15 juillet fait 96 pages] ; je me trouve déjà retardé d’une semaine, parce que mon comité, qui n’a pas pu se réunir lundi dernier, qui était jour férié, ne se réunira qu’après-demain ; en outre, M. Buisson et M Steeg sont absents, je suis complètement seul et ne puis abandonner mon poste. Cela m’est aussi impossible, qu’à toi de ne pas obéir à la consigne militaire qui va te faire aller à St-Chamond. Si je me rendais coupable de cette désertion, le ministre de l’instruction publique, qui m’a nommé de concert avec l’éditeur Delagrave, à cet emploi, serait en droit de me révoquer ; et comme il ne manque pas de gens qui convoitent ma place, je m’empresserais très certainement à la perdre. Ainsi, n’en parlons plus. »

« Je veux toutefois essayer une chose : c’est, en l’absence de M. Buisson, d’aller parler de cette affaire à M. Gréard, lui expliquer le besoin qu’on a de moi à Neuchâtel pour un jour, et tâcher d’obtenir de lui, recteur et président du Comité, une autorisation qui mette ma responsabilité à couvert. »

RP1882-1Exemplaire numérisé sur Archive.org. Ce numéro correspond au premier de la nouvelle série liée au rattachement de la Revue pédagogique au Musée pédagogique. C’est à partir de ce moment là que James Guillaume en devint secrétaire de rédaction.

Éléments de contextualisation :

Les activités éditoriales de Guillaume vues par la police française (Extraits d’un rapport du 1er bureau de la 2e brigade de Recherches de la préfecture de police en date du 4 juin 1892) :

« Sa qualité de secrétaire de la « Revue Pédagogique » et les nombreuses relations qu’il a dans le monde des lettres font qu’il est en relations avec les savants de tous pays. Son érudition est connue ; il est notamment réputé comme faisant autorité en matière d’enseignement. C’est un matérialiste et ses opinions sont acquises au parti socialiste indépendant éclectique, mais de là aux théories anarchistes il y a loin et ce n’est pas ses relations d’antan avec Bakounine et ses correspondances actuelles avec les Kropotkine et Elisée Reclus qui peuvent faire supposer que c’est un adepte de l’anarchie. »

Le rapport qualifie Guillaume de « secrétaire particulier de Mr. Buisson »

 

« J. Guillaume historien » par Maurice Dubois publié dans La Vie ouvrière pour les 70 ans de James Guillaume (1914) :

P. 238 : « En même temps que chargé du dictionnaire, il avait été, à partir de janvier 1879, dans la Revue Pédagogique, prié de remplir une rubrique nouvelle : Le Courrier de l’extérieur. Tant que la Revue fut l’organe du Musée Pédagogique, il utilisa sa connaissance des langues et des milieux étrangers pour exposer mois par mois ce qui se passait à l’extérieur dans le domaine de l’enseignement. On chercherait vainement à l’heure actuelle, dans la presse pédagogique française, si pauvre de renseignements et si démunie d’idées, un travail analogue à celui que Guillaume fit pour la Revue dont il était en même temps le secrétaire de la rédaction. »

 

Nécrologie de James Guillaume par Buisson dans le Manuel général de l’instruction primaire (1916)

P. 172 «  Pendant une quinzaine d’année, il fut aussi le secrétaire de la rédaction de la Revue pédagogique. »

 

Note

En plus de ses activités éditoriales décrites dans la lettre présentées, il a publié près de 70 articles et compte-rendus (dont 27 liés à la Révolution française) sans compter l’intégralité de la rédaction du Courrier de l’extérieur de 1879 à 1898. Après le décès de sa fille cadette Marguerite le 11 décembre 1897 Guillaume cesse de rédiger la rubrique du Courrier de l’extérieur qui est remplacée par des monographies par pays.

En 1894 il se charge aussi de la publication de la Table des matières de la Revue pédagogique, qui correspond aux tables dans lesquelles il indique qu’il avait débuté le Courrier de l’extérieur en janvier 1879.

Le tout premier texte de Guillaume dans la revue est le compte-rendu du Paedagogium du Dr Fr. Dittes (1878-II, p. 566). Il est signé « J. Guillaume-Golay  » ce qui s’explique par l’exil incognito de Guillaume en France le 1er mai 1878.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *