James Guillaume et le souvenir de Pestalozzi dans les années 1890

CIMG4849Extrait d’une lettre adressée par James Guillaume à ses sœurs le 5 juillet 1890 conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5). Il fait référence à l’inauguration d’une statue de Pestalozzi à Yverdon-les-Bains le 5 juillet 1890.

 » Je reprends la plume avec moins d’agitation que l’autre jour, mon Pestalozzi ayant enfin paru. Et à ce propos je répondrai à Emilie que je suis parfaitement au courant de ce qui se passe à Yverdon : on m’a même nommé membre du Comité d’honneur, et invité expressément à la fête. Bien plus, c’est cette fête qui a engagé la librairie Hachette à avancer la publication de mon livre, qui, à l’origine, devait paraître sans date fixe. On en a expédié jeudi un ballot à Yverdon, et envoyé un exemplaire à tous les journaux de la Suisse française. Et à la suite de cet envoi, je vous serais obligé de me dire s’il paraît des articles (les journaux neuchâtelois qui l’ont reçu sont : Suisse libérale, Feuille d’avis de Neuchâtel, Réveil de [illisible], National Suisse, Feuille d’avis des Montagnes, Courrier du Val de Travers ; de plus, à Bienne, le journal qui paraît chez Gassmann (Journal du Jura), à St Imier le Jura Bernois, à Delémont le Démocrate, à Porrentruy le Jura, à Fribourg, le Confédéré). – Je ne vous parle pas des journaux vaudois et genevois. – Je vous en ai adressé hier un exemplaire et un à papa. »

James Guillaume a alors acquis le statut de biographe de Pestalozzi depuis la parution d’un article dans le Dictionnaire de pédagogie de F. Buisson. Cet article de 1885 est le plus long du dictionnaire avec 150 colonnes de textes (75 pages).

Le biographe a eu l’occasion d’évoquer de nouveau Pestalozzi en 1896 à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance du pédagogue. Voici une sélection d’extraits tirés de l’article intitulé « A propos du cent cinquantième anniversaire de Pestalozzi » publié en janvier-juin 1896 dans La Revue pédagogique, tome XXVIII, p. 113-124. Il y évoque en particulier la différence de perception de l’héritage pédagogique pestalozzien entre la Suisse, l’Allemagne et enfin la France :

« La Suisse vient de célébrer, avec une grande solennité, le cent cinquantième anniversaire de la naissance de Pestalozzi. »

« […] Une reproduction du monument de Pestalozzi à Yverdon a été tirée à grand nombre pour être distribuée dans toutes les écoles. »

« Le samedi 11 et le dimanche 12 janvier, – après que la distribution de la Festschrift et de la gravure eut été faite dans les écoles, – un public nombreux s’est rassemblé, soit dans les église, soit dans les théâtres, les salles de concert ou autres locaux disponibles, pour entendre les orateurs et les chants, ou assister à l’exécution des Festspiele composés pour la circonstance. La Suisse presque entière s’est associée à la célébration de l’anniversaire du passionné philanthrope et du grand éducateur, de l’ami des pauvres et des enfants. »

« Notons cependant, que dans le canton de Schwytz, le gouvernement cantonal a interdit la distribution dans les écoles de la gravure représentant le monument de Pestalozzi. »

« En Allemagne, l’anniversaire de Pestalozzi a été également fêté : tous les journaux scolaires ont publié à cette occasion le portrait du grand pédagogue, ou lui ont au moins consacré des articles chaleureux ; de nombreuses sociétés d’instituteurs ont commémoré, dans des assemblées spéciales, le souvenir de Pestalozzi et des services qu’il a rendus à l’école allemande. »

« On s’est demandé de divers côtés, en France, comment le souvenir de Pestalozzi avait pu rester si vivant chez nos voisins de Suisse et d’Allemagne, et y soulever un si grand enthousiasme, pourquoi, à mesure que la figure du pauvre rêveur de Neuhof et de Stanz s’éloigne dans le passé, loin de s’obscurcir, elle semble briller d’un plus vif éclat ; pourquoi son nom, presque oublié chez nous aujourd’hui, est devenu si populaire au delà du Jura et du Rhin ? C’est qu’après avoir été mêlé, de son vivant, il y a bientôt un siècle, aux luttes ardentes des partis, Pestalozzi se trouve encore aujourd’hui l’allié de deux qui combattent le bon combat contre les défenseurs des vieux abus ; c’est que son nom, en Suisse et en Allemagne, est devenu un mot d’ordre et un drapeau. En Suisse, Pestalozzi représente avant tout l’idée de l’école nationale. On sait que lorsqu’en 1798 les patriotes renversèrent avec l’aide de la France, les anciennes oligarchies, et instituèrent la République helvétique, Pestalozzi fut un des plus ardents champions du nouveau régime démocratique. »

« Les succès de Pestalozzi, bien courts et incomplets, sont, autant que son œuvre propre, l’œuvre de la Révolution helvétique : il triomphe et il succombe avec elle ; et quand la réaction, après trois ans de luttes, l’emporte définitivement, Pestalozzi, dénigré, impuissant, vieilli, fourvoyé dans une entreprise étrangère à sa nature et à ses véritables aspirations (l’institut d’Yverdon), ne nous offre plus que l’image d’un vaincu, du martyr d’une destinée manquée « ramant sur son banc de galérien » ».

« Ce n’est pas seulement l’idée de l’école nationale que représente Pestalozzi : c’est en outre celle de l’école neutre et non confessionnelle. »

« En Allemagne, et particulièrement en Prusse, le nom de Pestalozzi éveille aussi des souvenirs restés chers aux éducateurs du peuple. […] C’est donc selon la méthode de Pestalozzi que furent réorganisées les écoles normales de la Prusse d’abord, puis du reste de l’Allemagne, ainsi que les écoles primaires. L’esprit pestalozzien en éducation a eu pour plus illustre représentant Diesterweg, directeur de l’école normale de Berlin de 1832 à 1847, et chef de l’école pédagogique libérale dans l’Allemagne contemporaine. On le voit, les Allemands doivent beaucoup à Pestalozzi et ils ont raison de se montrer reconnaissants envers sa mémoire. »

« En France, l’influence de Pestalozzi a été nulle ou à peu près. Pourquoi ? Nous allons essayer de répondre brièvement à la question. »

« Il sera permis de répondre, d’abord, qu’offrir à la France de la Révolution des idées sur l’instruction et l’émancipation du peuple, c’eût été vraiment apporter de l’eau à la mer. Puis, malgré tous les mérites du philanthrope de Neuhof, il faut reconnaître qu’il y avait entre la tournure d’esprit du peuple de France et le génie particulier, si personnel et si local, de Pestalozzi, des différences profondes, une véritable incompatibilité qui eut empêché ce dernier d’exercer à Paris une influence sérieuse. »

« Ainsi Pestalozzi, bien que son nom eût acquis une célébrité européenne, resta pour la France un étranger. Nul de ceux qui, en France, on écrit de nos jours sur l’éducation, ne s’est inspiré directement de lui. Non seulement on l’a généralement ignoré, mais souvent, quand on a voulu parler de lui, on n’a su donner, de sa personne et de sa doctrine, qu’une caricature. Cette doctrine – il n’est peut-être pas inutile de le dire ici – n’est autre chose que l’énoncé de quelques vérités incontestables et incontestées, aussi vieilles que la nature humaine, et qui font partie du patrimoine commun de la sagesse des nations : à savoir que l’éducation doit se conformer à la marche naturelle de l’évolution des facultés ; qu’il existe un certain ordre dans lequel les facultés se développent spontanément ; que nous avons à découvrir cet ordre et à le suivre. »

« Quand, la France, redevenue République pour la troisième fois, a voulu organiser enfin l’instruction primaire sur des bases nouvelles, ce n’est pas à d’autres pays qu’elle est allée demander des modèles. Elle n’en avait pas besoin ; elle trouvait chez elle et dans sa propre histoire, le programme tracé il y a un siècle, et dont la Révolution n’avait pu achever la réalisation. C’est en France, en effet, c’est dans les assemblées de la Révolution qu’on a formulé pour la première fois cette conception que ne connurent ni l’antiquité, ni le moyen âge, ni les réformateurs du XVIe siècle, ni les législateurs des républiques de l’Amérique du Nord : « L’instruction doit être mise par la société à la portée de tous, et par conséquence elle doit former un service public. » La troisième République a repris l’œuvre de la Révolution au point où celle-ci l’avait laissée ; et elle en a poursuivi, elle en poursuit encore la réalisation avec cette rectitude logique qui est un trait caractéristique de l’esprit français. Ce n’est donc pas au nom de Pestalozzi, ni d’aucun réformateur particulier de l’éducation, c’est à la Révolution et à la philosophie qui l’a préparée que la France rattache et la création de son système scolaire, et les principes de sa pédagogie contemporaine. Mais nous nous associons volontiers, et avec une sympathie cordiale, à l’hommage rendu par nos voisins à l’homme de grand cœur et de haut esprit dont ils viennent de fêter l’anniversaire. Nous honorons la mémoire de Pestalozzi, comme nous honorons celle du Slave Comenius qui fut, ainsi que lui, un champion de l’intuition et de la méthode naturelle, un ennemi de la routine, un apôtre de l’émancipation intellectuelle et de la fraternité humaine ; et nos cœurs battent à l’unisson avec ceux des fils de la République helvétique, comme avec ceux des descendants du penseur tchèque, sur ce terrain pacifique de l’éducation et du relèvement de l’humanité »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *