La famille Guillaume était liée à la famille Proudhon dans les années 1880-1890

CIMG4844Extraits d’une lettre de James Guillaume à ses sœurs datée du 24 avril 1890 et conservée aux AEN (fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/5).

« Je ne sais pas si Elise [épouse de James Guillaume] vous a parlé quelquefois d’une dame qu’elle connaît depuis plusieurs années et avec laquelle elle s’est beaucoup liée, s’étant sentie attirée par une sympathie toute particulière pour elle. Elle s’appelle Mme Henneguy : son mari est professeur à l’Ecole des hautes études (au laboratoire d’anthropologie), sa fille va dans le même cours que Zizi [Marguerite, fille cadette de Guillaume] dont c’est la meilleure amie. Eh bien, il y a environ un mois, j’ai découvert à ma profonde stupéfaction que Mme Henneguy n’est autre… – je vous le donne en cent – que la fille de Proudhon, Catherine Proudhon, qui était venue à Neuchâtel en visite chez le père Beslay, quand nous résidions dans la même maison que lui. J’ai fait cette découverte par pur hasard, et parce que Mme Henneguy était venue pour faire une visite à Elise, qui était absente, c’est moi qui l’ai reçue. Elise aurait bien pu causer cent ans avec elle, elles n’auraient parlé que cuisine et enfants et nous n’aurions jamais rien su ; tandis qu’au bout de cinq minutes de conversation, j’apprenais de Mme Henneguy qu’elle avait passé son enfance à Bruxelles, à cause de l’exil de son père, et que son père s’appelait Proudhon. – Pierre-Joseph ? me suis-je écrié. – Lui-même ! – Vous pouvez juger quel saut j’ai fait. Nous voilà maintenant comme de vieux amis, grâce à cette espèce de parenté. Mme Proudhon la mère, vit encore ; dimanche, à la matinée annuelle musicale des élèves de Mme Bernard, où elle accompagnait ses petites-filles [Louise née en 1879 et Suzanne née en 1882], et où Zizi a joué un morceau à 4 mains, et Emilie [fille aînée de Guillaume] chanté 2 airs, elle était assise à côté d’Elise. C’est drôle tout de même, n’est-ce pas ? Et penser que nous nous étions liés avec ces gens-là, sans savoir qui c’était, et parce qu’ils nous paraissaient les plus comme il faut parmi tous les parents d’élèves : cela fait honneur au goût de ma chère femme ! […] »

 

James Guillaume a relaté la visite de la femme et de la fille de Proudhon à Neuchâtel dans L’Internationale. Documents et souvenirs :

Souvenirs de Mme Proudhon

Arbre généalogique de la famille Proudhon numérisé sur le site Mémoire vive, patrimoine numérisé de la ville de Besançon.

B250566101_Proudhon_2918_000001Portrait de Mme Proudhon par Courbet conservé au Musée d’Orsay et son célèbre portrait intitulé Pierre-Joseph Proudhon et ses enfants en 1853 conservé au Petit Palais.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *