L’hommage de Ferdinand Buisson dans le Manuel général de l’instruction primaire (09/12/1916)

Manuel général de l’instruction primaire. Journal hebdomadaire des instituteurs et des institutrices. 84e année, n°12, 9 Décembre 1916.

Volume conservé à la Bibliothèque Diderot de Lyon : Volume numérisé

P. 172

« Nécrologie.

M. James Guillaume

Nous venons de rendre les derniers devoirs à un homme qui, malgré sa vie modeste et retirée, n’était pas un inconnu de nos lecteurs. Le nom de James Guillaume leur rappellera surtout le collaborateur principal et le secrétaire de la rédaction du Dictionnaire de pédagogie, qui le fut encore, par une rare fortune, trente ans après, du Nouveau Dictionnaire de Pédagogie. Dans ces deux ouvrages, il avait rédigé, avec une magistrale autorité, tous les articles relatifs à l’instruction publique pendant la Révolution française, tous les articles sur l’étranger d’après des sources originales, plus diverses études, dont celle sur Pestalozzi, qui passe, à bon droit, pour un livre de premier mérite. Pendant une quinzaine d’années, il fut aussi le secrétaire de la rédaction de la Revue pédagogique.

Puis, un autre travail de bénédictin l’absorba pour de longues années, ce sont les sept gros volumes publiés par l’Imprimerie Nationale dans la Collection des documents inédits sur l’Histoire de France, qui contiennent les Procès-verbaux des Comités d’Instruction publique de la Législative et de la Convention, recueil d’un prix inestimable, qui n’a pu être constitué que grâce à une patience, à une sagacité et à une érudition incomparables.

Et pourtant, ni cette prodigieuse somme de travail, ni cette passion du savoir portée jusqu’au culte de l’exactitude absolue, même dans les moindres détails, n’épuisaient l’activité de James Guillaume.

Il avait mis le meilleur de lui-même dans les convictions politiques et sociales qui avaient été celles de sa première jeunesse et qui l’animèrent jusqu’à sa dernière heure. Avant 1870, il avait joué un rôle considérable avec Bakounine dans la fondation de l’Internationale des travailleurs, où il représentait l’opposition à l’autoritarisme de Karl Marx. Il en a retracé l’histoire au jour le jour en quatre fascicules documentaires d’une grande importance. Et, à la veille même de la guerre, il publiait une brochure : Karl Marx, pangermaniste, où l’on est étonné de voir quelle idée juste il se faisait de l’ambition allemande et des catastrophes qu’elle préparait à l’Europe.

Avec son grand ami Pierre Kropotkine, James Guillaume était de ces socialistes qui, pressentant pour le monde l’obligation de choisir entre l’idéal du militarisme prussien et celui de la Révolution française, avaient d’avance résolument pris parti pour la France et ses Alliés.

F. Buisson. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *