Entrer dans l’intimité de James Guillaume (lettre du 7 avril 1889)

CIMG4832Lettre de James Guillaume à sa sœur Émilie, datée du 7 avril 1889 et conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel (fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/5).

Le choix d’éditer cette lettre en particulier vise à éclairer la personnalité de James Guillaume en croisant sa vie familiale avec les événements de cette année 1889 si marquante dans l’histoire de la Troisième République et de l’histoire personnelle de James Guillaume.

CIMG4160-familleL’inventaire sommaire du fonds de la famille Georges-Émile Guillaume comporte un arbre généalogique qui détaille la composition de cette photographie de famille conservée aux AEN. L’aîné de la fratrie, James, était particulièrement lié à sa sœur Émilie avec qui il correspond régulièrement. L’intérêt de cette lettre parmi tant d’autres est le mélange  entre des considérations d’ordre privé et des remarques sur la situation politique en France au moment du Centenaire de la Révolution française. De plus, l’importance de cette lettre est soulignée par la remarque suivante inscrite en haut à gauche de la première des 10 pages de la lettre : « Je désire que papa lise cette lettre d’un bout à l’autre. »

Une partie très importante de la lettre concerne son frère Édouard et sa conjointe (qui n’est jamais nommée) dont il a un enfant. Jacques Petitpierre a consacré en 1955 un article à la famille Guillaume : « La famille Guillaume », Patrie Neuchâteloise, volume 4, 1955, p. 181-217 (article téléchargeable à cette adresse). Petitpierre rappelle dans cet article la carrière d’éditeur du frère de James (ce dernier critiquant d’ailleurs les « relations bohèmes » de son frère) et surtout ses fiançailles rompues avec Gertrude Schack von Wittnau. Il se maria ensuite avec Nina Nacamilli de Venise. C’est d’elle dont parle James Guillaume :

« Quant à ce qui concerne Édouard, c’est bien plus compliqué. Je ne vous ai pas dit toute la vérité, et il a failli vous faire commettre des fautes irréparables. Il est nécessaire que je vous dise tout ce que je sais, et que je vous mette en garde. J’ajoute que ce que je sais, je le tiens de notre frère Charles, qui n’aime pas beaucoup à parler de ces choses-là et qui répugnerait à vous les écrire, mais qui, sur ma demande expresse, s’est décidé à m’expliquer la situation. Je dois dire pour commencer que j’ignorais qu’Édouard eût un enfant. C’est vous qui me l’avez appris ; lui ne m’en avais jamais soufflé un mot. Cette découverte m’a fait beaucoup de chagrin : il ne manquait plus que cela ! J’ai interrogé Charles qui m’a dit que cet enfant était né vers 1880. »

« Car voilà l’obstacle à toute régularisation, qu’Édouard ne vous a pas dit : cette femme est mariée, et son mari est vivant, quelque part en Amérique. Cette prétendue nécessité d’aller à Venise chercher des papiers est une de ces fables dont Édouard est coutumier. »

« Charles m’a confirmé ce qu’Édouard vous a dit, qu’il fait passer cette personne pour sa femme ; il a loué, paraît-il, une maison qu’il a meublée avec une luxe extravagant (c’est Charles qui le dit) ; il y invite des gens qui forment sa cour de flatteurs et d’admirateurs, car il a besoin d’avoir une cour qui l’entoure (je continue à répéter les paroles de Charles), et dans ce cercle hétéroclite la personne joue à la maîtresse de maison : mais il manque quelque chose à sa dignité, et elle a formé le projet de se faire accepter par la famille. Et voilà qu’Édouard est assez toqué pour vous proposer de vous prêter à une indigne comédie, consistant à faire semblant de croire qu’il est marié quand vous savez qu’il ne l’est pas ! Véritablement, c’est de l’aliénation mentale. »

« Je désire m’expliquer sur le fait du mariage. Ce que je reproche à Édouard, ce n’est pas du tout l’irrégularité de sa situation, c’est le choix de la personne. »

« Par contre, si la personne nous avait convenu, nous l’aurions traitée en belle-sœur quand même elle n’eut pas été mariée. Les filles d’Élisée Reclus ne sont pas mariées, nous aurions parfaitement admis qu’un de nos frères eut aussi l’idée de se passer de la cérémonie. Vous me direz peut être : « Mais puisque c’est à la personne que vous faîtes des objections, il faut lui tenir compte de sa conduite depuis dix ans ; une enquête faite sans préventions vous prouverait qu’elle est digne d’estime. » Il ne s’agit pas d’estime, il s’agit d’éducation, de naissance. Un Maure changerait-il sa peau ? – Si j’avais épousé une négresse, j’aurais trouvé très naturel que vous refusiez de l’admettre dans la famille. C’est cette même antipathie de race qui fait que jamais je ne permettrai que ma femme et mes filles se trouvent au contact de cette rastaquouère.

J’espère que ces explications suffiront à vous éclairer, à vous empêcher de faire des bêtises qui amèneraient dans la famille une désunion irréparable. Si vous receviez cette femme chez vous, nous devrions cesser d’y aller ; si vous entriez en correspondance avec elle, nous ne pourrions pas continuer à correspondre avec vous ; si vous veniez à Paris en consentant à la voir, nous serions obligés de vous prier de ne pas venir chez nous. Réfléchissez bien , et ce n’est pas que moi seul qui vous parle ainsi ; notre frère Charles signerait des deux mains ce que je vous écris ; et Charles-Édouard pense de même sur cette liaison.

Une chose qui me contrarie tout particulièrement à ce propos est celle-ci : Nous voulions inviter papa à venir à l’Exposition ; nous aurions tâché, avec le concours d’Édouard et de Charles, de lui payer le voyage et je lui aurais offert mais maintenant que cette absurde question est posée, papa voudra peut-être, pour montrer qu’il est sans préjugé, aller voir Édouard chez lui ; d’ailleurs, comme le dit l’Évangile, on a toujours plus de tendresse pour l’enfant prodigue que pour ceux qui sont raisonnables. »

Dans la suite de sa lettre, James Guillaume évoque les études de ses filles, Émilie et Marguerite (surnommée Zizi) :

« Je passe à d’autres sujets, en regrettant d’avoir dû traiter celui-là si longuement. Vous me parlez de l’examen d’Émilie. Nous avons renoncé à le lui faire passer, pour plusieurs raisons. Voici celle qui a été décisive : Mlle Fleury, la directrice de son cours, a eu tout à coup sa sœur et sa nièce malade de la scarlatine ; elle a tout quitté pour aller s’enfermer auprès d’elles. »

« Nous avons été très fâchés d’abord ; puis nous nous sommes dit que c’était en quelque sorte providentiel : en effet, Émilie avait une peur bleue de l’examen, ses nerfs étaient dans une surexcitation continuelle, elle ne dormait déjà plus ; et si cela eût dû continuer encore six mois comme cela elle n’y aurait pas résisté, elle serait tombée malade : c’eût été là, au lieu du brevet supérieur, le couronnement de tout ce surmenage. – Et puis je me disais que moi, qui ai mené une campagne contre le surmenage des jeunes filles, je devais avoir le courage de prêcher l’exemple. Le brevet élémentaire, c’est bon, mais le programme du brevet supérieur est quelque chose de si indigeste, de si déraisonnable, que pour s’y préparer il faut sacrifier la véritable instruction, les véritables études littéraires et scientifiques, à un bourrage insensés de mots et de minuties ridicules. – Donc nous avons résolu, il y a déjà trois mois environ, qu’Émilie ne passera pas ce fameux examen et depuis ce moment-là, tout va mieux. Elle a commencé à se mettre au ménage – elle a beaucoup plus de disposition pour la cuisine, les confitures, et la confection des robes, que pour les mathématiques et la psychologie – et j’espère qu’elle sera pour sa mère une aide efficace. Quant à Zizi, comme ce n’est pas mademoiselle Fleury qui donne les leçons dans la division inférieure du cours, il n’y a pas eu d’interruption pour elle : c’est une bonne petite élève, très consciencieuse, qui rapporte chaque fois « 2 parfaitement et 0 fautes », ce qui en jargon d’écolière parisienne exprime le nec plus ultra des succès possibles. »

Dans son curriculum vitae écrit en 1906, James Guillaume insiste sur l’éducation de ses filles : « Une seconde fille m’était née en 1879, et prit une place très grande dans notre existence. L’éducation de mes filles devint une préoccupation majeure » (p.18).

La conclusion de la lettre mêle des sujets aussi fondamentaux que ses liens avec le Ministère de l’Instruction publique, le Boulangisme ou encore l’Exposition universelle. James Guillaume évoque un jeune homme recommandé par ses sœurs pour une question d’équivalence en faculté de médecine :

« Quand vous me signalerez des jeunes gens de talent, capables de faire un livre de valeur, ou simplement un bon article (mais je suis très difficile sur l’emploi du qualificatif bon), et que ces jeunes gens, ne pouvant trouver de travail en Suisse, voudront en obtenir à Paris, je crois que je pourrai leur être utile ; mais en dehors de cela, je ne puis guère rendre de services. Surtout ne me présentez pas aux gens comme étant au ministère de l’instruction publique. Je n’ai aucune espèce de position officielle, si je siège dans diverses commissions consultatives, c’est comme simple particulier ; et les relations que j’ai avec divers fonctionnaires sont exclusivement personnelles. Ce malentendu sur ma situation pourrait, à l’occasion, amener des conséquences fâcheuses. »

Encore une fois, ces informations sont à croiser avec le texte autobiographique de 1906 cité plus haut :

« En 1887, une Commission dont je fis partie – quoique étranger – fut nommée par le ministre de l’Instruction publique pour publier les documents d’archives sur la Révolution française, d’après le plan que j’avais élaboré ; et j’eus pour ma part le Comité d’instruction publique. Un volume sur le Comité de la Législative parut à l’Imprimerie nationale en 1889 , et cette année-là je me fis naturaliser français « (p.19).

Enfin, James Guillaume décrit à sa sœur la situation politique de 1889 :

« – Maintenant que voici le printemps et que Boulanger a pris le train de Bruxelles, les choses iront mieux à tous les points de vue, pour vous et pour nous, espérons-le. La santé de chacun va s’améliorer. – J’ai tellement rempli de pages qu’il ne me reste pas même une ligne pour vous parler de la tour Eiffel, elle me plaît, cette tour ; sa silhouette aérienne nous salue à tous les coins de rue, comme un minaret de la religion nouvelle, les menaces de ce triste hiver se dissipent comme un mauvais rêve, et nous recommençons à croire à l’avenir de la République. »

CIMG3824Un dernier document permet d’effectuer une comparaison avec la lettre de 1889, il s’agit des « Annales » : deux petits cahiers bleus conservés aux AEN dans le fonds de la famille Georges-Emile Guillaume. Ces souvenirs reconstruits par James Guillaume s’étendent de 1844 à 1915 alors qu’il est hospitalisé à Marin en 1915-1916.

La page de l’année 1889 débute par la référence à l’Exposition universelle : «  Exposition universelle. Tour Eiffel. Oncle Samuel à Paris. David Perret aussi. Les « fontaines lumineuses. »

Ensuite, James Guillaume essaie de suivre l’ordre chronologique :

« 17 janvier. – Boulanger élu à Paris.

Mai. – Ouverture de l’Exposition universelle. Trottoirs roulants, galerie des machines.

Mai ou juin. – Inauguration de l’exposition de la Révolution française aux Tuileries. Sadi Carnot y est présent avec sa mère, Mme veuve Hippolyte Carnot, née Dupont-White ; j’y assiste avec Elise. »

Dans un article intitulé « Du centenaire de la Révolution Française à la Première Guerre mondiale » (Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 353 | juillet-septembre 2008, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 21 juillet 2016. URL : http://ahrf.revues.org/11117), Jacqueline Lalouette évoque cette exposition qui se tient pendant l’Exposition universelle.

La question de la naturalisation est reprise dans les « Annales* de James Guillaume, ainsi que l’effacement de la menace boulangiste :

« – Cette année-là, je suis naturalisé français. J’avais été admis à domicile cinq ans auparavant, en 1884.

– Les élections sont un grand triomphe de la République sur ses ennemis, boulangistes et monarchistes. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *