James Guillaume décrit sa vie d’homme de lettres à sa soeur Emilie (1891)

Extraits d’une lettre conservée dans le fonds de la famille Georges-Emile Guillaume des Archives de l’Etat de Neuchâtel (cote I/5). Lettre du 25 octobre 1891 adressée à sa sœur Émilie au sujet d’un séjour de sa sœur Julie à Paris.

“Ta lettre nous met dans un grand embarras. Si Julie est aussi malade que tu le dis, et si son séjour à Paris devait la guérir, il serait certainement de notre devoir de faire tout notre possible pour réaliser la chose. Mais n’y-a-t-il pas exagération dans ton jugement, et le remède que tu as inventé est-il bien le meilleur ? En tout cas, sa mise en pratique se heurte à des difficultés réelles, peut-être insurmontables, que je vais t’exposer.”

“Au point de vue de l’agrément que peut offrir un séjour dans notre maison, tu te trompes beaucoup. Depuis quelques semaines , Élise et Émilie ont été reprises de leurs névralgies (retour d’influenza) ; cela les prend chaque nuit vers 3 hr., et dure toute la matinée, quelquefois même jusqu’au soir ; notre maison est un vrai hôpital, on n’entend que des gémissements.”

“Si Julie vient, nous la recevrons de notre mieux ; nous éviterons les sujets de conversation pénibles ; nous tâcherons qu’elle oublie l’existence de votre pensionnat, sans quoi elle n’aurait pas de repos d’esprit ; elle vivra avec nous de cette existence laborieuse et monotone, où le seul plaisir est le travail ; elle veillera avec nous autour de la lampe, à la table où je travaille tous les soirs, avec défense de parler ; se couchera à 10 h. comme nous, sans [illisible] ; elle pourra aller quelquefois avec Zizi [Élise, fille de Guillaume] à son cours, ou avec moi aux archives m’aider à copier des documents : ce sont les seuls distractions que nous pourrions lui offrir. Ce ne sera pas très amusant, mais ça la changera du bruit de votre maison ; et elle se fera une idée exacte de ce qu’est la vie de Paris pour la famille d’un homme de lettres.”

“Voilà bien des pages, qui ont l’air, quand je les relis, d’être un long témoignage de mauvais vouloir de ma part ; tandis qu’au contraire, je suis plein de bonne volonté, et voudrais de tout mon cœur trouver un moyen de vous obliger. J’aime beaucoup Julie, j’aurais du plaisir à l’avoir ici. Pourquoi faut-il que tout cela soit si compliqué ?”

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.