James Guillaume et les distinctions honorifiques (1901-1907)

Gréard JG 1901Pièce conservée aux AEN, fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/6. Ce dossier de correspondance contient pour l’année 1901 un petit dossier nommé par Guillaume lui-même « palmes académiques » et qui est constitué d’une enveloppe, de deux lettres reçues dont une d’Octave Gréard et de deux brouillons de lettres envoyées.

Le 2 février 1901, Guillaume reçoit à son domicile un courrier de la mairie du 14e arrondissement qui le convoque de la sorte : « J’ai l’honneur de vous inviter à vous rendre à la MAIRIE le 4 février de 2 hr à 4 hr, bureau du s-chef pour affaire qui vous concerne : Demande de palmes d’officier d’académie. » L’imprimé est signé par le maire.

Le dossier contient le brouillon d’une lettre de Guillaume en date du 2 février 1901, adressée au maire et par laquelle il s’étonne de cette convocation. Il annonce qu’il ne se rendra pas à celle-ci en donnant les arguments suivants :

« Je ne puis concevoir ce qui a pu motiver l’envoi de cette missive : car je n’ai jamais sollicité et ne solliciterai jamais les palmes académiques ni aucun ruban ou décoration quelconque. Je pense sur cette question, comme pensaient les hommes de la Révolution, dont l’œuvre forme, depuis de longues années, l’objet principal de mes études. »

Ne pouvant se rendre au rendez-vous car Guillaume s’occupe de sa femme malade (elle mourut le 26 décembre 1901), il demande des explications sur l’origine de cette proposition. Le dossier ne contient pas la réponse de la mairie mais dans le brouillon d’une lettre du 9 février, Guillaume mentionne une réponse positive quant à son refus d’obtention des palmes. Un brouillon renvoie à une lettre adressée cette fois-ci au recteur qui fait là-aussi référence à l’obtention des palmes. Guillaume s’adresse en fait à Octave Gréard, vice-recteur de l’académie de Paris en 1901, avec qui il a fait un voyage pour le congrès de Stockholm en 1881 :

« Je reçois une lettre de convocation qui m’invite, en votre nom, à me rendre lundi matin à la Sorbonne pour y remettre entre les mains de M. Bompard, inspecteur d’académie, une notice relatant « les titres qui justifient la demande de palmes ». Déjà, il y a quelques jours, j’ai reçu une convocation semblable du maire de mon arrondissement (le 14e), et j’ai dû lui écrire qu’il m’était impossible de concevoir ce qu’avait pu motiver l’envoi de sa missive, car je n’ai jamais sollicité et ne solliciterai jamais les palmes académiques ni aucun ruban ou décoration quelconque : d’ailleurs, si j’avais voulu le faire, il serait vraiment un peu tard pour commencer. J’espérais que l’affaire en resterait là, la mairie m’en avait donné l’assurance. Mais puisque la Sorbonne s’en mêle aussi, j’ai recours à vous, monsieur le recteur, pour vous prier d’avoir l’extrême bonté de mettre fin au malentendu. Vous connaissez de longue date, je le crois, – depuis le voyage de Stockholm, mes idées en la matière, ensorte (sic) que je n’ai plus besoin de vous dire que je suis complètement étranger à la proposition qui paraît avoir été faite à mon insu, j’ignore par qui. Mais je tiens à ajouter, quelles que soient mes opinions personnelles à l’égard des palmes et des croix, que j’ai garde de ne pas apprécier comme il doit l’être ce sentiment bienveillant qui a dicté cette demande d’un inconnu, quoique ce sentiment se manifeste sous une forme que je ne puis accepter. Si l’initiative émane, comme il me paraît probable, de quelque bureau du ministère, je voudrais, par votre obligeant intermédiaire, exprimer à qui de droit, toute ma gratitude, et prier en même temps qu’aucune suite ne soit donnée à la proposition. Ce serait me mettre en fâcheuse posture que de me placer dans la nécessité – moi qui ai horreur de m’afficher – de refuser publiquement la distinction honorifique dont il s’agit, si elle venait à m’être décernée. »

Comme dans la lettre précédente, James Guillaume signe « Secrétaire de la Commission de publication des documents inédits de la Révolution. »

Le 12 février, Octave Gréard lui répond ceci :

« C’est la direction de l’enseignement supérieur (5e bureau), qui avait demandé une enquête au sujet d’une distinction honorifique qu’elle se proposait de vous attribuer. Je viens d’informer officiellement M. le Ministre que vous décliniez toute récompense de cette nature. »

 

Cet échange de lettres reflète le sentiment de James Guillaume vis-à-vis de toute reconnaissance officielle et de toute publicité sur sa personne. Il est intéressant de le comparer avec le fait que James Guillaume a reçu en 1907 le prix Alphonse Peyrat décerné pour la première fois pour son édition des Procès-verbaux des comités d’instruction publique. Voici comment Alphonse Aulard annonce cette distinction dans la revue La Révolution française (tome 54, janvier-juin 1908) :

« La Commission chargée de décerner le prix Alphonse Peyrat s’est réunie pour la première fois à la Sorbonne, le 7 septembre 1907, et a choisi pour président M. Gabriel Monod. Elle a décidé qu’elle ne provoquerait aucune candidature et qu’aux termes de la fondation faite par Mme la marquise Arconati-Visconti elle examinerait les ouvrages imprimés en français dans ces trois dernières années et relatifs à l’histoire de France depuis 1774. Dans une seconde séance, tenue le 21 décembre 1907, elle a accordé le prix à un ouvrage dont l’auteur n’avait posé aucune candidature et qui ne se doutait même pas qu’il pût être question de lui. Cet ouvrage, ce sont les Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, publiés et annotés par M. J. Guillaume. Ce n’est pas ici le lieu de faire l’éloge de notre cher et savant secrétaire général adjoint. Je dirai seulement – et aucun de mes collègues ne m’en voudra de violer en cela le secret de nos délibérations – que le vote de la Commission en faveur de M. Guillaume (au scrutin secret) a été unanime. Je rappellerai aussi que ce recueil est une œuvre originale, non seulement par l’interprétation des documents, mais aussi par ces magistrales introductions historiques que l’auteur a placées en tête de chaque volume, et dont le rapprochement formerait un beau livre d’histoire. Enfin, la Commission a été heureuse de couronner non seulement un ouvrage, mais toute une vie si noblement consacrée à la science. La seule personne qui ait été surprise de cette décision, c’est M. Guillaume lui-même. Je suis sûr que tous ses concurrents connus et inconnus s’inclineront devant notre choix, qui vraiment s’imposait. Puissent d’autres Commissions et d’autres Sociétés suivre l’exemple que nous leur avons donné d’éviter aux auteurs l’embarras d’une candidature, d’aller chercher le mérite sans lui imposer aucune démarche et de le trouver sans qu’il ait même à faire un signe d’appel quelconque ! Je crois que notre Revue ne pouvait avoir une meilleure manière d’annoncer le tome VI de M. Guillaume, qui a paru en 1907, et qui achève la Convention. On sait que l’auteur prépare la suite de ce recueil pour la période du Directoire exécutif. » P. 68-69

Dans le même volume est reproduit le discours de Camille Bloch, secrétaire général de la Société de l’histoire de la Révolution, lors de l’assemblée générale annuelle de celle-ci qui a eu lieu le 8 mars. Rappelons que J. Guillaume était alors secrétaire général adjoint de cette société. Camille Bloch évoque le prix Peyrat :

« En terminant, je vais vous dire une chose réconfortante. Un acte de justice a été accompli, dont un des nôtres a bénéficié. Pour la première fois, au mois de décembre, le Prix Triennal Alphonse Peyrat a été décerné. Le lauréat désigné par le vote unanime du jury a été notre collègue M. James Guillaume, auteur de la publication que vous connaissez bien : Les procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Législative et de la Convention. Je n’hésite pas à violer le secret des confidences reçues : que le résultat de la délibération fut proclamé, M. Guillaume fut avisé par une lettre particulière d’un membre de la Commission (dont plusieurs de nos collègues faisaient partie). Il répondit en demandant : « comment cela s’était fait ? » le lauréat ignorait même l’existence du prix. Ne désespérons pas, messieurs ; il existe encore des hommes désintéressés et il y a aussi des hommes justes ; soyons fiers ce qu’il s’en trouve précisément parmi nous. » P. 298-299

 

Marc Vuilleumier, dans la présentation de la réédition de L’Internationale, documents et souvenirs, évoque ce prix qui permit à Guillaume de financer la parution de l’Internationale dont la premier volume était paru en 1905 :

« Sa situation financière personnelle s’améliora quand, le 30 décembre 1907, il reçut pour son recueil des Procès-Verbaux du Comité de l’Instruction publique de la Convention le prix Alphonse Peyrat, nouvellement créé par la marquise Arconati Visconti en mémoire de son père pour récompenser des ouvrages portant sur l’histoire de France à partir de 1774. Décernée par le Conseil de l’Université sur rapport d’un jury où siégeaient quelques-uns des plus grands historiens : Aulard, Seignobos, Gustave Monod, cette distinction n’était pas seulement honorifique, elle rapporte 3.000 francs que Guillaume envisagea aussitôt de consacrer à « l’Internationale » : il proposa de verser immédiatement les 500 francs encore dus pour le tome II et 2000 francs pour les tomes III et IV, car son ouvrage avait pris une nouvelle ampleur et il fallait envisager un quatrième volume. […] » P. XXXVII

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *