James Guillaume et la Révolution prolétarienne (1925-1939) : entre hommage et critique

RP117-1931Volume conservé au CEDIAS Musée social. Fruit d’un partenariat avec le CODHOS / CEDIAS Musée social, la Bibliothèque nationale de France a mis en ligne sur Gallica 15 années de ce périodique, soit 303 numéros.

Le dépouillement du périodique permet d’identifier un certain nombre d’articles faisant référence à James Guillaume. Ainsi, le numéro 6 daté de juin 1925 comporte un catalogue des « cahiers du travail » incluant une réédition des Idées sur l’organisation sociale de 1921 préfacée par Marie Guillot. Le numéro 19 de juillet 1926 comporte un article de Fritz Brupbacher intitulé « Pour le cinquantenaire de Bakounine » dans lequel l’auteur fait référence à « notre cher ami James Guillaume » (p. 4). Dans le numéro 34 de mai 1927, Roger Hairius fait la recension d’un ouvrage sur Pestalozzi d’A. Ferrière et cite le Pestalozzi de Guillaume. Dans le numéro 80 (mai 1929), Fritz Brupbacher rend hommage à Max Tobler, décédé. C’est l’occasion d’évoquer une nouvelle fois James Guillaume :

« Ensemble, avec notre ami Pierre Monatte, nous fûmes les grands amis de James Guillaume, du père Guillaume, ainsi que nous l’appelions. Aujourd’hui, Monatte continue dans la Révolution prolétarienne les traditions de l’ancienne Vie Ouvrière. Mais notre père Guillaume est mort en 1916, brisé par la guerre. » (p. 3)

Surtout le numéro 116 du 5 avril 1931 comporte l’article « L’autobiographie de James Guillaume » qui inclut un « curriculum vitae » de James Guillaume rédigé par celui-ci en 1906 à l’attention de Brupbacher. Voici la présentation de ce document par la rédaction de la Révolution prolétarienne :

« L’approche du cinquantenaire de l’Ecole laïque a ramené l’attention sur James Guillaume. Comment cela ? Quel rapport peut-il y a avoir avec le militant de la Ire Internationale, plus tard son historien ? Guillaume fut l’un des proches collaborateurs de Ferdinand Buisson, dans la période de fondation de l’Ecole laïque. Buisson a d’ailleurs écrit à son sujet : « Une place est due, et une des plus grandes, dans l’histoire de notre éducation nationale…à cet homme qui, au rebours des autres, a mis son point d’honneur dans le silence, dans le travail et dans l’obscurité voulue, à ce grand et modeste éducateur des éducateurs français. » Nous choisissons ce moment pour publier l’autobiographie qu’il avait écrite en 1906 à l’intention de notre ami Fritz Brupbacher, et dans les conditions indiquées par la lettre qui l’accompagnait. » (p. 16)

 

C’était une sorte d’introduction au numéro suivant de la Révolution Prolétarienne, le 117 du 5 mai 1931 avec un très long article d’Antoine Richard (syndicaliste enseignant qui a activement participé à la rédaction de la Nouvelle histoire de France éditée par l’Ecole émancipée en 1927) intitulé « Le cinquantenaire des lois laïques. » Le sous-titre est le suivant : « La mystique de 1881 et la réalité de 1931. » Une sous-partie de l’article porte le titre suivant : « L’éducateur prêtre laïque. » Richard y traite de l’ouvrage de Félix Pécaut  L’Education publique et la Vie nationale (1904) et fait la remarque suivante :

« N’est-il pas à craindre, en effet, que ce besoin entretenu par le livre d’une vie intérieure, qui ne saurait être qu’excellent s’il faisait contrepoids à une vie active, devienne stérile et paralysant et détache l’éducateur des réalités du monde social (1) » ( p. 11).

Voici la note 1 qui fait référence à James Guillaume :

« (1) Dans son Autobiographie, James Guillaume, qui fut aussi de cette génération, a montré avec netteté comment il renonça, pour son compte, à ce culte exclusif de la perfection morale individuelle pour devenir l’homme d’une classe : « Je dois à Bakounine, au point de vue moral, ceci : auparavant, j’étais stoïcien, préoccupé du développement moral de ma personnalité, m’efforçant de conformer ma vie à un idéal : sous l’influence de Bakounine, je renonçai à cette perfection personnelle individuelle ; et résolution (sic) de me consacrer à l’action collective, en cherchant la base et la garantie de la moralité dans la conscience collective d’hommes étroitement unis pour travailler à une œuvre commune de propagande et de révolution. » (R.P. du 5 avril 1931, p. 18)

Un peu plus loin Richard rappelle le rôle de Guillaume au moment de la mise en place de l’école laïque (p. 15) :

« Il faut ajouter la création d’un personnel enseignant bien supérieur à celui dont disposait l’école publique il y a demi-siècle. D’une part, le mouvement de laïcisation a refoulé les congréganistes incapables suppléés même autrefois par quelques vieilles filles sans instruction et aptes tout au plus à tenir des garderies, à faire faire de la dentelle aux fillettes (les béates de Haute-Loire). D’autre part, la multiplication des Ecoles Normales qui remplacèrent les anciens cours normaux de fortune, permit d’avoir un personnel d’instituteurs homogène et instruit. […] Ce personnel enseignant nouveau devait disposer d’une technique pédagogique notablement améliorée. Le progrès vint surtout d’en haut, des apôtres officiels de la laïcité, dont la plupart appartenaient à l’enseignement supérieur. On ne saurait, par exemple, oublier les créations de Ferdinand Buisson qui reçut l’aide efficace mais trop oubliée de James Guillaume. Celui-ci édita les papiers révolutionnaires relatifs à l’Instruction publique et fut secrétaire de la rédaction de la Revue pédagogique et du Dictionnaire de pédagogie dont les deux éditions successives sont une véritable encyclopédie de la laïcité. L’Ecole primaire enseigna de moins en moins mal des matières sans cesse plus nombreuses. Elle eut même parfois le tort de gonfler son enseignement d’un contenu livresque parfois sans intérêt, réplique au rabais de l’enseignement secondaire. »

Richard conserve une posture critique comme le montre la sous-partie intitulée « les tares de l’école » qui contient le paragraphe suivant :

« L’enthousiasme à l’égard de l’enseignement primaire officiel serait une source dangereuse d’illusions. C’est encore et ce sera jusqu’à la Révolution un enseignement de classe. Notre devoir est de défendre la laïcité dont il s’inspire, étape nécessaire et encore insuffisante vers l’école syndicaliste. Mais ce n’est pas en la compagnie des laïques tarés que nous le ferons les jours de fête et de discours officiels, c’est tous les jours de nos luttes où la plupart des laudateurs de Ferry, amis trop incertains ou ennemis camouflés de la laïcité, auront fait le vide autour de nous. Aimer la laïcité, c’est avant tout montrer les insuffisances de l’école laïque et travailler et y porter remède. Nous ne pouvons ici les développer longuement, mais l’expérience de ses usagers suppléera largement à notre brièveté. »

Surtout, l’auteur fait écho aux débats de 1913 entre Guillaume et Buisson sur la question de l’unification de l’enseignement primaire (p. 16) :

« Enseignement de classe, mais aussi enseignement de classes dont le cloisonnement est la réplique de la structure sociale elle-même. Déjà, l’enseignement primaire est donné aux pauvres à la laïque et aux riches dans les classes élémentaires des lycées et collèges. Plus tard, il y a bifurcation des uns vers le lycée, des autres vers l’école primaire supérieure, tandis que la masse aborde directement l’apprentissage ou le métier. L’on sait que cette prétendue sélection des plus aptes dans l’école unique ne saurait, en régime bourgeois, que mieux assurer le renouvellement de la classe dirigeante par les plus intelligents des jeunes prolétaires. Mais ne nous attardons pas à disserter sur ce qui n’est qu’une promesse. »

Enfin, Richard pose la question de la célébration des lois laïques dans la sous-partie intitulée « Le syndicalisme et l’école » (p. 17) :

« Les instituteurs et professeurs soucieux de ne pas déshonorer le syndicalisme se refuseront à participer aux fêtes du cinquantenaire. L’école que l’on doit fêter n’échappe pas à leurs critiques et ils sont loin d’être éblouis par ses mérites : aussi ne s’abaisseront-ils pas à mendier avec elle les hommages du Français moyen que l’on convie à l’apothéose de Ferry. […] Ce n’est pas au surplus les jours de fête, au milieu d’un enthousiasme factice qu’on défend la laïcité : c’est dans l’action quotidienne, en appelant à son secours non pas des politiciens tarés mais la classe ouvrière consciente. Aussi devons-nous montrer à celle-ci le progrès que représente l’école actuelle sur l’école du passé puis, en revanche, ce qui lui manque pour répondre aux aspirations du prolétariat, et enfin les services que peut lui rendre le syndicalisme. »

 

Le numéro 216 de la Révolution prolétarienne du 10 février 1936 est un témoignage sur La Vie Ouvrière en 1914 et les tensions qui traversent les mouvements libertaires et syndicaux lors du déclenchement de la guerre. Il s’agit des bonnes feuilles de l’ouvrage d’Alfred Rosmer, Le mouvement ouvrier pendant la guerre : (p. 1)

« Monatte et moi, nous n’étions pas mobilisables. Nous partîmes à la recherche des hommes. Notre première visite fut pour James Guillaume. La Vie Ouvrière n’avait pas d’ami plus dévoué ; il était toujours prêt à l’aider de toutes les façons, se chargeant même de ces travaux obscurs de traduction pour lesquels il n’y a jamais beaucoup de volontaires. C’était une visite sans espoir. La haine solide qu’il avait vouée à la social-démocratie, ses rancunes tenaces remontant à l’époque de la Première Internationale devaient l’entraîner dans la guerre contre le militarisme prussien. Il nous le dit. Pour lui, il fallait choisir entre les belligérants et son choix était fait ; il ne pouvait pas hésiter. Comme il ne faisait rien à demi, cette position devait l’entraîner loin, jusqu’à dénoncer l’acte héroïque de Liebknecht comme une manœuvre social-démocrate. »

 

Enfin, le numéro 219 de la Révolution prolétarienne de mars 1936 rend hommage à Marie Guillot décédée. La rédaction publie en particulier ses lettres adressées à Pierre Monatte au moment du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Une de ces lettres datée du 14 novembre 1914 évoque à deux reprises l’article de James Guillaume paru en octobre 1914 dans l’Ecole Emancipée :

« Notre pauvre Ecole émancipée, comme vous le dites, a manqué de tenue, et quand je traçais son programme – blanchi par la censure – je lui voyais une autre tenue. Cependant, j’ai eu sous les yeux l’article de Maillan qui a fait suspendre l’E.E. C’était une raillerie adressée à dame Censure et où il faisait revenir au jour tout ce qu’on lui avait barré au n°3 ; ce n’était point trop mal – et c’est bien pourquoi ce fut supprimé. Ils auraient dû se débattre plus habilement : quand on vous égorge, il faut hurler et ruer, c’est le seul et dernier moyen de se sauver. Ils le feront peut-être. J’ai bien dit à Mme Audoye (une intelligence) que ce n’était pas ça : j’ai quasi hurlé en lisant Rebeyrol, notre pauvre vieux J. Guillaume et Laisant. […] Lisez-vous l’Humanité ? Elle commence à se refaire. Mais, il y a un moment, je faisais comme en lisant l’Ecole émancipée, j’en sautais et j’en grognais tout fort : ce pauvre Vaillant ! Je me suis demandée, en lisant ensuite Laisant, Guillaume, Jouhaux, quel vent soufflait à Paris. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *