James Guillaume et le syndicalisme enseignant

Etudes revolutionnaires3-école

Sommaire de la quatrième partie du manuscrit de la troisième série des Études révolutionnaires de James Guillaume (pièce conservée à l’IIHS, cote ARCH00531.31).

Ce document illustre les liens entre Guillaume et la presse syndicale enseignante. Dans le premier article, il livre une étude historique sur Lavoisier parue dans l’École rénovée le 30 janvier 1909. Un rapport de la police française du 19 décembre 1908, conservé dans le dossier de surveillance de James Guillaume mentionne sa participation à une réunion au cours de laquelle Grandjouan fait l’éloge de l’École rénovée de Ferrer :

CIMG3397-conférence 1908

Comme l’a montré Frédéric Mole dans « « L’École rénovée » : une revue d’éducation nouvelle entre anarchisme et syndicalisme (1908-1909) », Carrefours de l’éducation 1/2011 (n° 31) , p. 9-22 (URL : www.cairn.info/revue-carrefours-de-l-education-2011-1-page-9.htm), l’article de Guillaume correspond au moment du déménagement de la revue à Paris. L’article intitulé « Les idées de Lavoisier sur l’éducation sociale de l’enfance » fait référence à un texte de 1907 sur Lavoisier reproduit dans la première série des Études révolutionnaires. Guillaume rédigea en 1911 la notice inédite de Lavoisier dans le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Après avoir présenté un mémoire de Lavoisier et surtout son « Projet de décret concernant l’instruction nationale » (publié en août 1793), voici comment Guillaume conclut son article :

« Ces pages de Lavoisier, malgré quelques formes surannées et une conception sociale qui est celle de l’époque et du milieu où vivait l’auteur, ne referment-elles pas l’essentiel de nos idées actuelles sur l’éducation de l’enfance ? Ceux qui se croient les plus modernes, les plus novateurs, ont-ils trouvé mieux, de nos jours, que ce que le grand chimiste exposait il y a cent quinze ans, de façon si simple et si claire ? »

Sa participation à l’aventure éditoriale de l’École rénovée a apparemment été limitée puisque Guillaume n’apparaît pas dans les collaborateurs de la revue dans la base Bianco : 100 ans de presse anarchiste. En revanche, il y a croisé la trajectoire de M. T. Laurin, alias Marius Tortillet, dont le parcours a été retracé par Frédéric Mole dans l’article « Marius Tortillet (M.-T Laurin, 1876-1930), l’instituteur syndicaliste et la pédagogie du travail » (article paru dans Le Cartable de Clio, n°5, 2005). Tortillet a relayé l’hommage paru pour les 70 ans de James Guillaume (Vie ouvrière, 1914), dans la Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur (n°28 du 5 avril 1914) :

Tortillet-guillaume1

Tortillet-guillaume2

Exemplaire numérisé par la bibliothèque Diderot de Lyon.

En 1927, à l’occasion d’un article sur Pestalozzi, Tortillet rend encore hommage à James Guillaume en le présentant comme « un des derniers représentants du fédéralisme libertaire des ouvriers jurassiens » :

Tortillet-guillaume3

Exemplaire numérisé par la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Parmi les documents manuscrits conservés à l’IIHS se trouve aussi un article intitulé « Lettre à l’Ecole émancipée » publié dans L’École émancipée le 5 octobre 1912 d’après James Guillaume. Voici le texte de cette lettre qui permet de faire le lien entre les réflexions éducatives de l’AIT et de la Fédération jurassienne et le syndicalisme enseignant du début du XXe siècle :

« Paris, 28 septembre 1912.

A la rédaction de l’Ecole émancipée

Chers camarades,

Par une lettre du 25 courant, vous me demandez – en ce moment où, comme vous le dites « radicaux et conservateurs se sont réconciliés sur votre dos » – de faire acte de solidarité à votre égard en m’inscrivant au nombre des collaborateurs de l’Ecole émancipée. C’est avec une véritable joie que je réponds à votre appel, destiné, dans votre pensée, « à montrer que vous ne renoncez pas aux traditions du syndicalisme et de la vieille Internationale. » Ma collaboration à votre vaillant organe ne pourra être que très intermittente ; mais je tiens à vous dire sur l’heure et publiquement, à vous et à vos amis, que toute ma sympathie est acquise à vos efforts.

Dès 1868, à son Congrès général de Bruxelles, l’Internationale avait posé et discuté la question de l’instruction intégrale. Aujourd’hui, vous, les instituteurs de France, les éducateurs des enfants des travailleurs, reconnaissant qu’il n’est pas possible d’organiser, dans la société capitaliste, une mode d’enseignement véritablement satisfaisant et rationnel, vous vous êtes décidés à joindre votre action à celle des syndicats d’ouvriers et paysans pour conquérir, par une union qui vous rendra invincibles, l’émancipation du travail et l’émancipation de la pensée humaine, inséparables l’une de l’autre.

Ceux qui, comme moi, ont pris part, depuis bientôt un demi-siècle, aux luttes de l’Internationale contre la coalition de toutes les puissances du passé, saluent votre énergique attitude et vous crient, avec un espoir indéfectible : l’avenir appartient au travail émancipé et à l’école émancipée ; et « l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes » !

Salut et solidarité, James Guillaume. »

Le manuscrit des Études révolutionnaires comportent dans la partie consacrée au syndicalisme, un article paru dans l’École émancipée le 19 octobre 1912 et intitulé « Le but final du syndicalisme. »

école émancipée-1912

Cet article posait la question du syndicalisme chez les fonctionnaires en général et chez les instituteurs en particulier. Pour montrer l’importance du développement du syndicalisme enseignant, Guillaume cite l’article d’Émile Glay : « Syndicats d’instituteurs » dans le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction publique sous la direction de F. Buisson.

Voici la conclusion de l’article de Guillaume : « Les instituteurs, de leur côté, luttent avec sérénité et courage, au jour le jour, pour la conquête des libertés primordiales ; mais ils savent bien, eux aussi, ce que l’avenir réserve à leurs efforts : c’est le triomphe  complet de l’école émancipé, c’est l’émancipation tout entière. »

En novembre 1912, James Guillaume publie une série de trois articles relatifs aux instituteurs et à leurs organisations syndicales. Le 4 novembre 1912 paraît dans La Bataille syndicaliste (intégralement numérisée par la BnF et disponible sur Gallica) un article intitulé « Chez les instituteurs. La « tyrannie syndicaliste. » Il y fait une critique de l’Union Pédagogique Française de tendance nationaliste. Toujours dans La Bataille syndicaliste, paraît le 8 novembre 1912 un article intitulé : « Droits et devoirs. La résistance à l’oppression. » Il s’agit d’une réfutation d’une déclaration du président du Conseil, Raymond Poincaré, qui fait primer les devoirs du citoyen sur ses droits. Voici la conclusion de cet article qui fait le lien entre réaction thermidorienne et actualité (p. 7) :

« Ce fut la réponse du peuple – de ce qui s’appelle aujourd’hui la C.G.T – à la monstrueuse politique des auteurs de la Déclaration des Devoirs et de la constitution bourgeoise qui prétendait instaurer le gouvernement des meilleurs (en grec : aristocratie), c’est-à-dire des propriétaires.

Aujourd’hui, la C.G.T – « ce qu’on appelait le peuple il y a soixante ans » (F. Buisson) – répond aux ministres par la voix de l’Union des Syndicats de la Seine :

« Laisserez-vous, camarades, attaquer les instituteurs ? Non, vous les défendrez, ces instituteurs courageux qui sont venus grossir les rangs de la C.G.T dans un désir de justice et dans  un élan de fraternité ! Défendez-les, c’est un devoir, un devoir sacré, le devoir de solidarité auquel vous n’avez jamais failli ! »

Enfin, le 21 novembre 1912 parait l’article suivant : « L’école doit être indépendante du pouvoir politique. Lettre adressée au meeting des instituteurs et institutrices de l’Ardèche, réunis au Teil le 7 novembre 1912 » dans La bataille syndicaliste. Il est repris dans le numéro de novembre-décembre 1912 de l’Émancipation, bulletin des instituteurs et institutrices syndiquées de l’Ardèche. Il défend toujours dans La bataille syndicaliste les instituteurs dans un article intitulé « M. Clemenceau et les instituteurs. » Citant Condorcet et Romme, Guillaume réaffirme la nécessité de l’indépendance des instituteurs face au pouvoir politique, notamment dans la conclusion de l’article :

« Les instituteurs syndicalistes, on ne saurait le crier trop haut, sont dans la ligne de la Révolution française et en représentent l’esprit, tandis que ceux qui prétendent continuer à asservir l’école au nom d’une soi-disant discipline universitaire, tournent le dos à la Révolution, et ne peuvent se réclamer que de l’ancien-régime et du despotisme napoléonien qui en a ressuscité la tradition. »

James Guillaume participe à la polémique relative à l’unification scolaire dans une réponse au projet de loi de son ami Ferdinand Buisson parue dans La bataille syndicaliste du 30 janvier 1913. Frédéric Mole a mis en contexte ces débats dans son ouvrage L’école laïque pour une République sociale. Controverses pédagogiques et politiques (1900-1914) (PUR, 2010, p. 305). L’auteur indique que cet article a été repris par L’École émancipée le 12 avril 1913. Ce texte de Guillaume avait fait l’objet d’une réponse dans les colonnes des Temps nouveaux (intégralement disponibles sur Gallica en partenariat avec le Codhos) et Guillaume répondit donc par une lettre publiée dans ce journal le 8 mars 1913 :

Polémique TN 1913

Le ralliement de James Guillaume à l’Union sacrée en 1914 a eu des conséquences sur ses liens avec l’École émancipée, en témoignent trois lettres conservées aux AEN (fonds James Guillaume, cote 63). La lettre suivante d’octobre 1914, bien que cordiale, traduit une certaine gêne de Lafosse quant à l’article envoyé par Guillaume :

EE 1914 1

EE 1914 2

Un témoignage de Louis Bouët illustre alors l’ampleur des divergences entre Guillaume et les militants de l’École émancipée :

 » En ce qui concerne la Fédération et l’Ecole Emancipée, mes souvenirs sont très précis. Dans les trois premiers numéros de la revue (octobre 1914), on avait publié successivement des articles de Rebeyrol (de la Gironde), de James Guillaume et de Laisant, que nous considérions comme l’anéantissement de notre oeuvre. L’article de Loriot (à part une ou deux phrases, celles que Renaudel lui rappelait par la suite) était plus acceptable. Ce n’était pas pour cette besogne que nous faisions vivre l’Ecole Emancipée, rédigeant la « Vie scolaire » à quelques-uns. Nous avons aussitôt, ma femme et moi, envoyé une réponse un peu vive, rappelant à Laisant et à James Guillaume leur passé, déclarant que nous ne les comprenions plus, et que nos chemins seraient désormais divergents.  »

Ce témoignage est extrait d’Alfred Rosmer, Le mouvement ouvrier pendant la guerre. De l’Union sacrée à Zimmerwald, (Paris, Librairie du travail, 1936) consultable à cette adresse.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *