James Guillaume, professeur à l’École industrielle du Locle (1864-1869)

EDT1864

Emploi du temps (tabelle) de James Guillaume, communiqué à ses parents dans une lettre du 15 août 1864. Pièce conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel dans le fonds Georges-Émile Guillaume, cote I-5.

James Guillaume évoque son recrutement au Locle :

Extraits d’une lettre du 12 août 1864 à ses parents (AEN) :

« M. Barbezat, directeur de l’Ecole industrielle du Locle, me quitte à l’instant. Sa visite me laisse une impression agréable : j’ignore si elle est réciproque. Il m’a dit qu’il venait sans mission officielle aucune, simplement pour faire ma connaissance : mais la Commission d’éducation du Locle s’assemble ce soir, et du rapport du directeur dépendra sans doute ma nomination. Si je suis nommé, ce sera pour un an. Le programme scolaire n’est point encore rédigé : je n’ai pu savoir de lui quelle partie de l’histoire et de la géographie j’aurai à enseigner. Tout ce que je sais, c’est qu’il faudra commencer mes leçons après-demain (dans trois jours)… Il m’a fait une petite ouverture au sujet de mes opinions religieuses : il paraît qu’on lui aura amicalement confié que j’étais quelque peu entaché d’hérésie. Il m’a demandé si je voulais prendre l’engagement de ne faire dans mon enseignement aucune attaque directe ou indirecte contre le christianisme ; ajoutant que pour moi personnellement, on ne prétendait restreindre en rien ma liberté de conscience. J’ai répondu qu’à mon jugement, un bon enseignement devait être libre de toute couleur religieuse quelle qu’elle fût, que dans mes leçons d’histoire je me garderais d’attaquer hors de propos le christianisme, parce que ce serait être injuste ; que du reste, quoique ayant des opinions un peu différentes de l’Eglise nationale, j’étais bien loin d’être hostile à la religion du Christ. – Il a paru satisfait de ma déclaration, et nous en sommes restés là. Il ne me garantit point ma nomination, dit-il, mais cas échéant il me le fera savoir demain matin. »

Il évoque ensuite l’organisation de son enseignement :

Extraits d’une lettre du 15 août 1864 à ses parents (AEN) :

« J’aurai 23 h de leçon par semaine, et point de géographie à enseigner. Les Larousse, que j’ai achetés se trouvent être inutiles : on ne s’en sert pas ici, la grammaire adoptée est Poitevin – […] J’ai fait adopter pour l’histoire le manuel de Duperrere. […] Le collège possède une superbe bibliothèque, à laquelle j’ai entrée libre ; je dis superbe pour le Locle. J’y ai trouvé tous les classiques latins et grecs dans la grande édition Firmin Didot, l’Encyclopédie, etc. Les récits qu’on m’a fait hier de l’indiscipline des écoliers ne sont pas très réjouissants. Il paraît qu’ils ont cruellement tourmenté autrefois le pauvre M. Isely. Cependant je me sens bon courage, et j’irai bravement en avant. »

Sa nomination est confirmée en avril 1866 :

Extraits d’une lettre du 26 avril 1866 à ses parents (AEN) :

« Le beau soleil me donne une invincible paresse, et j’ai peine à me résoudre à vous écrire deux lignes pour vous annoncer que la Commission d’éducation m’a confirmé avant-hier d’une manière définitive dans mon poste. […] Je suis bien aise que la chose soit faite : c’est une réponse à certains défenseurs de l’autel, qui disaient bien fort qu’on espérait que la Commission d’éducation m’admonesterait publiquement pour mes hérésies politiques et religieuses, et qu’elle me donnerait mon congé. Dans la même séance, la Commission a fixé les Promotions au 6 juillet, en sorte que j’aurai mes vacances de bonne heure. Les choses vont ici leur petit train monotone. Pour ce qui me concerne, je suis le héros des bavardages de ces demoiselles de l’Ecole industrielle, ce dont je dois être infiniment flatté ; je prie Dieu qu’elles se fatiguent bien vite de s’occuper de moi. »

Il évoque l’année suivante une agression dont il fut victime en classe :

Extrait d’une lettre du 17 octobre 1867 à ses parents (AEN):

«  Je veux être le premier à vous apprendre le guet-apens dont, j’ai été victime, et dont je suis heureusement sorti sain et sauf. Ce matin, entre 11h et midi, le fils Moser entre dans la classe où j’étais, suivi de son laquais, dans l’intention de me donner des coups de cravache. Nous nous sommes colletés. Le laquais avait un pistolet qu’il m’a appliqué sur le front pendant ce moment. Cela a duré une minute. Le monde est arrivé, les filles criaient au secours, et ils sont partis. Sensation immense au Locle. On ne parle que de cet assassinat. La Commission d’éducation a porté plainte pour violation de domicile, et moi pour voies de fait. Je suis assiégé de gens qui viennent leur sympathie. »

 

L’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam possède dans les Guillaume papers un lot de lettres de james Guillaume adressées à Élise Golay (avec qui il se maria en 1869). Ces lettres, quasi-quotidiennes furent écrites entre le 5 janvier 1869 et le 30 octobre 1869 et sont conservées sous la cote ARCH00531.18. James Guillaume y évoque sa vie d’enseignant.

Il raconte ainsi une journée de cours à sa fiancée :

Extraits d’une lettre du 19 janvier 1869 à Élise Golay (IIHS) :

« Comme tu le disais l’autre jour, il est bien possible en effet que tu te fasses une idée tout-à-fait inexacte du monde qui m’entoure, et en particulier de notre Collège. – Après avoir monté 8 étages ce matin à 9 h., j’arrive dans le corridor de l’Ecole industrielle, du côté des garçons : un petit corridor sombre, éclairé par une seule fenêtre au bout, et qui communique avec le corridor des filles par une porte qui nous est réservée. Je dois aller en 1ère année ; la leçon d’allemand du brave père Hornecker n’est pas encore finie, et j’attends quelques minutes dans le corridor ; le coup de cloche qui indique la fin de l’heure a pourtant déjà sonné. Le père Hornecker est un bonhomme qui cumule les fonctions de maître de musique de maître d’allemand, il est de si bonne pâte qu’il lui est absolument impossible de maintenir la discipline ; à ses leçons, les garçons font un tapage épouvantable, ils mettent des petits papiers dans son chapeau, et dessinent sa caricature au tableau. – Enfin, M. Hornecker sort, et me remet les cahiers de deux garçons qu’il a surpris faisant à la leçon d’allemand leurs tâches pour moi. J’annonce aux deux coupables qu’ils auront leur tâche à refaire ; je laisse avoir les élèves deux ou trois minutes dans le corridor, puis chacun prend ses places, et on se met à corriger à haute voix un travail qu’ils doivent faire pour chaque mercredi matin, et que nous appelons en style d’école le devoir, ce sont des phrases qu’ils doivent achever, ou modifier, ou inventer. Cela dure une demi-heure ; après quoi j’examine les cahiers un à un, pendant qu’ils récrivent les phrases mal faites. A dix heures sonnantes, M. Barbezat entre pour donner une leçon ; et moi je passe dans la salle voisine, en 2de année de garçons ; il  n’y a que 5 élèves dans cette classe. On lit d’abord deux compositions, sur lesquelles je fais des remarques ; puis on passe au cours de littérature, et comme nous n’en sommes encore qu’aux généralités dans cette classe, je parle des différents genre de poésies ; et tout en discourant, en écrivant au tableau pour rendre mes démonstrations plus claires, et en menaçant l’élève Netter de le mettre à la porte s’il continue d’être distrait, je pense à mon Elise qui m’écrit. – A 11 h. la cloche sonne, la matinée est finie pour l’école primaire, mais pas pour nous. Je passe d’un corridor dans l’autre par la fameuse porte interdite aux garçons, et je me trouve dans la fourmilière des filles. Mlle Huguenin me parle de la pluie et du beau temps ; M. Bise s’oubliant en 2de année, je l’avertis que l’heure a sonné, et je prends sa place. Un certain nombre de jeunes filles déclament tour à tour une poésie, et pendant ce temps le soleil m’aveugle ; il faut ranger les rideaux d’une fenêtre, mais ils sont trop étroits, et il m’est impossible de me soustraire aux rayons ardents de ce maudit soleil. Cependant je fais remarquer à Marie Sandoz qu’elle ne donne pas à ses vers le ton convenable, à Emilie Renard qu’elle bredouille, à Clémentine Frey qu’elle s’intimide trop facilement. Après quoi on commence une lecture qui dure jusqu’à midi, et ces demoiselles semblent prendre le plus vif intérêt aux aventures du capitaine Renard et de l’amiral Collingwood. Quand midi sonne, je dis, c’est assez, et on lève a séance.

L’après-midi, cela change un peu de caractères, il y a des leçons plus sérieuses ; j’ai à parler aux grandes demoiselles des révolutions de Vienne et de Berlin en 1848 ; mais je ne veux pas te faire assister encore à toutes les péripéties du reste de la journée, car cela n’en finirait pas. »

Il évoque en avril 1869 la période des examens :

Extrait d’une lettre du mardi 7 avril 1869 à Elise Golay (IIHS)

« Au collège, nous repassons de toutes nos forces les cours d’histoire et de littérature, mais sans grand résultat. C’est un vrai tonneau des Danaïdes à remplir que la mémoire de ces demoiselles. Bien peu d’entr’elles ont retenu quelque chose ; elles paraissent en général croire qu’il est bien plus important d’être bien coiffée que de connaître Goethe ou Cicéron : ce n’est pas mon avis. La plupart d’entr’elles, en outre, sont très-occupées d’un maître de dessin qui est arrivé ces jours, et qui a obtenu la permission de donner quelques leçons ici : il leur enseigne un secret pour ombrer d’une manière très-délicate, en trois ou quatre leçons, et ces braves enfants, quand elles ont estompé un fruit ou une fleur, sont en extase devant leur ouvrage et se figurent avoir produit une œuvre d’art. Elles ne rêvent plus qu’à cela, on ne peut plus fixer leur attention sur autre chose que le merveilleux procédé qui permet de faire de jolis dessins sans avoir le talent et sans se donner la peine. Il m’a fallu, ce matin à 9 h., pour les faire venir à la leçon d’histoire, aller les chercher dans la salle où elles dessinaient, et où elles faisaient mine de rester jusqu’à midi. »

Extraits d’une lettre du mercredi 14 avril 1869 à Elise Golay (IIHS)

« Ce matin, je me suis levé de bonne heure pour écrire un article que me demandait la rédaction de l’Egalité, à Genève (sur le droit d’héritage) ; puis je suis allé à notre examen. Mes garçons se sont montrés moins ignorants que je ne l’aurai cru. L’examen vient seulement de finir. Demain sera un jour de répit ; puis vendredi, ce sera la 1ère année des filles, et samedi la 2de et la 3me année. »

« Tu sais qu’il y a des gens ici qui seraient bien contents de me voir les talons, et qui voudraient bien trouver un prétexte de me faire destituer. Ils ne le peuvent pas, la loi ne leur permet pas ; mais en outre, je serai prudent et je tâcherai de ne pas prêter inutilement le flan aux attaques de ces Messieurs. Il faut me maintenir au Locle jusqu’à ce qu’une occasion se présente à Genève ou à Neuchâtel. »

Extraits d’une lettre du samedi 17 avril 1869 à Elise Golay (IIHS)

« Tu ne devinerais pas pour quoi je viens de m’interrompre ici ? J’ai pris un dictionnaire pour y chercher l’orthographe du participe absous. Une discussion que j’ai eue ce matin m’est tout-à-coup revenue à l’esprit. Le participe en question se trouvait dans le thème d’examen, et notre meilleure élève, Cécile Barrelet, l’avait écrit absout : elle prétendait que cette orthographe était autorisée par certains grammairiens. – C’est moi qui ai eu tout le tracas de ces thèmes d’examen, Mlle Huguenin étant toujours indisposée ; il m’a fallu, ces soirs-ci, corriger les thèmes de cinq classes industrielles : il y avait de quoi devenir fou. »

Il raconte la fin de son année scolaire et les festivités qui l’accompagnent :

Extrait d’une lettre du dimanche 11 juillet 1869 à Elise Golay (IIHS)

« Parlons d’autre chose. Notre promenade d’hier a très-bien réussi. Elle devait me servir un peu de baromètre pour juger de ma position au Locle. J’ai été traité, choyé, entouré, comme aux plus beaux jours. Mes collègues se montrent remplis de prévenances ; M. Barbezat lui-même s’est déridé. Les élèves, surtout les filles, montrent pour moi une préférence qui me met souvent mal à l’aise ; je crains que ces Messieurs et surtout Mlle Huguenin n’en soient choqués. Ce n’est pas hier seulement, mais déjà toute la semaine passée : plusieurs fois, au lieu d’avoir une leçon avec moi, elles devaient aller à  un exercice de chant : alors c’était un désappointement général ; on en voulait pas aller chanter, on voulait rester pour la leçon, ou bien on me suppliait de la donner à une autre heure. – De plusieurs côtés, ces derniers jours, des parents, des mères surtout, m’ont fait exprimer leur satisfaction, – et c’est pendant ce temps que ma pauvre mère me croit perdu parce que cette sale Union libérale m’a insulté.

Mais revenons à la promenade. Il a fait bien chaud pour monter ; mais nous étions très gais, et n’avons pas senti la fatigue. On a dîné en plein air, ensuite on a joué à plusieurs jeux, par exemple à Jacques, où es-tu ? Les filles et les garçons avaient fait un grand rond ; M. Bise et moi étions au milieu ; on nous avait bandé les yeux ; j’étais Jacques, et M. Bise me cherchait, ce qui a amené force culbutes et force éclats de rire. – Puis nous avons voulu dormir, mais pas moyen ; comme tout est permis ce jour-là, il y avait toujours quelque fillette qui venait nous faire une niche, nous tirer par le pied ou nous lancer une pigne de sapin sur le nez. – Enfin à 6 h. on s’est remis en route. Un petit accident arrivé à Mlle Huguenin nous a inquiétés un moment, une mouche l’avait piquée à la lèvre, et elle avait pris une crise de nerfs ; mais grâce aux soins paternels de M. Bise et de moi, qui l’avons bien frottée d’alcali, elle s’est assez vite guérie. Nous sommes rentrés au Locle à 9 h., au milieu d’une foule accourue pour nous voir et nous entendre : c’était un très joli cortège ; on avait mis au bout de quelques bâtons des mouchoirs rouges ou blancs qu’on portait en têt, d’autres avaient des branches vertes, de grands bouquets de fougère et de gentiane ; tous les chapeaux étaient enguirlandés de fleurs et de verdure ; et la troupe chantait à gorge déployée. Devant le Collège on nous a licenciés, et il a fallu encore nous autres professeurs, aller souper chez M. Hornecker, notre maître de musique ; nous y sommes restés jusqu’à minuit, à faire de beaux projets pour l’an prochain. »

Le 5 août suivant, le pasteur Comtesse lui demande, au nom de la Commission d’éducation, de donner sa lettre de démission ce qu’il fait deux jours plus tard. Guillaume reproduit le contenu de la lettre dans l’Internationale. Documents et souvenirs (deuxième partie, chapitre X, p. 178) :

démission

Il revient en septembre sur cet épisode. :

Extrait d’une lettre du vendredi 3 septembre 1869 à Elise Golay (IIHS)

« J’envoie au Novelliste les lignes suivantes :

« Monsieur le rédacteur

« Dans un de vos derniers numéros, vous mentionnez la manière dont j’ai dû cesser mes fonctions de professeur à l’Ecole industrielle du Locle ; mais votre récit incomplet, mis sous les yeux de lecteurs qui ne sont pas au fait de ce qui s’est passé, a pu les induire en erreur d’une manière très-fâcheuse pour moi. Vous ne dites pas que c’est uniquement en ma qualité de rédacteur du journal Le Progrès que je me suis vu l’objet d’un vote de non-confiance ; qu’une minorité de la Commission d’éducation a protesté énergiquement contre cette mesure ; que si je n’ai pas voulu recourir à l’intervention du Conseil d’Etat pour faire respecter mes droits, c’est par un scrupule peut-être exagéré, mon père étant directeur de l’Instruction publique ; que la Commission d’éducation m’a délivré un certificat très honorable ; enfin, que le président de cette commission, M. Alfred Dubois, juge de paix du Locle, a blâmé publiquement la décision de ses collègues et m’a écrit sur-le-champ, en ces termes : « Votre manière noble d’agir dans une circonstance où vous êtes en butte à des attaques que j’envisage comme injustes, etc. (jusqu’à la fin) ».

 

Certificat

Un témoignage tardif sur le passage de Guillaume à l’École industrielle (pièce conservée aux AEN) :

CIMG3198


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *