James Guillaume, biographe de Pestalozzi

articleDP1

L’article « Pestalozzi » est publié dans la première partie du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaireCette partie est d’après Guillaume lui-même la partie proprement « pédagogique », la plus originale, par opposition à la deuxième partie qualifiée « d’encyclopédie à l’usage des instituteurs. » La parution de l’article s’étend sur les livraisons numérotées 150 à 152 (juin-août 1885). Avec 75 pages sur 2 colonnes, l’article Pestalozzi est le plus long du Dictionnaire. En 1917; Ferdinand Buisson qualifie cet article de « plus importante des savantes monographies » rédigées par Guillaume dans le dictionnaire. Ce sont en fait 14 articles en rapport avec Pestalozzi qui peuvent lui être attribués avec certitude.

Léonard et Gertrude

Toujours en 1885, Guillaume publie l’article « Léonard et Gertrude » dans La Revue pédagogique (1885-I, p. 986), extrait de son article du Dictionnaire de pédagogie. Volume numérisé sur Archive.org.

pestalozzi et maine de biran

En 1890, toujours dans La Revue pédagogique (1890-I, p. 488), James Guillaume fait paraître l’article « Pestalozzi et Maine de Biran. Documents nouveaux.  » Volume numérisé sur Archive.org.

Pestalozzi-couv

Toujours en 1890 parait chez Hachette son ouvrage Pestalozzi, étude biographique. Qui reprend son article du Dictionnaire de pédagogie. Volume numérisé sur Archive.org.

Pestalozzi-préface1

Pestalozzi-préface2

En 1896, Guillaume publie dans La Revue pédagogique (janvier-juin 1896) l’article suivant : « À propos du cent cinquantième anniversaire de Pestalozzi. » Voici comment Guillaume définit Pestalozzi : « Ce n’est pas seulement l’idée de l’école nationale que représente Pestalozzi : c’est en outre celle de l’école neutre et non confessionnelle » (p. 116).

Surtout, la conclusion de l’article pose la question des emprunts faits par la Troisième République aux expériences étrangères :

« Quand, la France, redevenue République pour la troisième fois, a voulu organiser enfin l’instruction primaire sur des bases nouvelles, ce n’est pas à d’autres pays qu’elle est allée demander des modèles. Elle n’en avait pas besoin ; elle trouvait chez elle et dans sa propre histoire, le programme tracé il y a un siècle, et dont la Révolution n’avait pu achever la réalisation. C’est en France, en effet, c’est dans les assemblées de la Révolution qu’on a formulé pour la première fois cette conception que ne connurent ni l’antiquité, ni le moyen âge, ni les réformateurs du XVIe siècle, ni les législateurs des républiques de l’Amérique du Nord : « L’instruction doit être mise par la société à la portée de tous, et par conséquence elle doit former un service public. » La troisième République a repris l’oeuvre de la Révolution au point où celle-ci l’avait laissée ; et elle en a poursuivi, elle en poursuit encore la réalisation avec cette rectitude logique qui est un trait caractéristique de l’esprit français.

Ce n’est donc pas au nom de Pestalozzi, ni d’aucun réformateur particulier de l’éducation, c’est à la Révolution et à la philosophie qui l’a préparée que la France rattache et la création de son système scolaire, et les principes de sa pédagogie contemporaine. Mais nous nous associons volontiers, et avec une sympathie cordiale, à l’hommage rendu par nos voisins à l’homme de grand coeur et de haut esprit dont ils viennent de fêter l’anniversaire. Nous honorons la mémoire de Pestalozzi, comme nous honorons celle du Slave Comenius qui fut, ainsi que lui, un champion de l’intuition et de la méthode naturelle, un ennemi de la routine, un apôtre de l’émancipation intellectuelle et de la fraternité humaine ; et nos coeurs battent à l’unisson avec ceux des fils de la République helvétique, comme avec ceux des descendants du penseur tchèque, sur ce terrain pacifique de l’éducation et du relèvement de l’humanité » (p. 124).

Pestalozzi citoyen français1

Pestalozzi citoyen français2

En 1902, il publie encore dans La Revue pédagogique un article intitulé « Pestalozzi, citoyen français ». Cet article est repris dans la deuxième série de ses Études révolutionnaires parue en 1909. En voici la conclusion :

Pestalozzi citoyen français3

Pestalozzi citoyen français4

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *