Les hommages de Ferdinand Buisson, Alphonse Aulard et Camille Bloch après la mort de James Guillaume (1917)

RF-1917

Volume conservé à la BnF et disponible sur Gallica

La Révolution française. Revue d’histoire moderne et contemporaine. Paraissant le 14 de chaque mois. Publiée par la Société pour l’histoire de la Révolution. Directeur-rédacteur en chef. A. Aulard35e et 36e années. Nos 31-32. Janvier-Février 1917. Tome soixante-dixième

P. 10-15:

 » James Guillaume

J’avais un peu connu James Guillaume à Neuchâtel, de 1867 à 1870, mais beaucoup moins que son père conseiller d’État, c’est-à-dire membre du gouvernement de la « République-et-canton de Neuchâtel ». Celui-ci, qui était un des chefs du parti radical, avait pris parti très vivement avec le savant naturaliste Desor, avec Eugène Borel et Numa Droz, en faveur du protestantisme libéral, lors de la campagne de conférences où se firent entendre Athanase Coquerel, Réville, Pécaut, Steeg.

James Guillaume, alors jeune professeur au collège du Locle, ne suivit pas son père dans ce mouvement qu’il jugeait insuffisant. Il était partisan, lui, d’une réforme beaucoup plus profonde : la question sociale lui faisait dédaigner la question religieuse, qu’il résolvait par l’athéisme. Il était déjà à la tête d’un petit groupe de jeunes qui ne concevaient pas la République sans le socialisme, ni le socialisme sans une organisation internationale de la classe ouvrière.

Il a retracé lui-même dans sa vieillesse, en des pages très intéressantes ou plutôt profondément émouvantes, les débuts de ce petit cénacle de travailleurs dont il était l’âme. Il avait gardé une haute estime de la probité, de la valeur morale, de l’idéalisme social, du beau désintéressement qu’il avait trouvés dans ce milieu de simples ouvriers dont quelques-uns furent en effet de belles et originales figures. J’ai souvent regretté depuis de ne les avoir pas connus. Ils se tenaient à l’écart d’une controverse qui leur semblait encore trop bourgeoise. « Affranchissons le travail » écrivait Guillaume dans son petit journal, « et la religion s’en ira toute seule. »

Il n’eut pas de peine à enrôler ses amis dans l’Internationale, dont il fonda la première ou l’une des premières sections en Suisse. Il venait de faire la connaissance du grand proscrit russe, l’anarchiste Bakounine, dont il devint vite l’ami et le collaborateur très précieux.

Ayant quitté Neuchâtel, le 4 septembre 1870, je le perdis de vue quelques temps. Je sus qu’il avait joué un rôle marquant dans l’Internationale, qu’il y avait soutenu une lutte très vive contre Marx, qu’enfin au Congrès de la Haye il avait été exclu avec Bakounine, l’influence de Marx ayant triomphé. Déjà antérieurement il avait dû renoncer au professorat en raison de ses opinions réputées subversives ; il s’était fait typographe avec un de ses frères : c’est chez lui que parut le Manifeste du christianisme libéral et notre journal l’Émancipation. Puis il prit une part active à diverses manifestations de sa chère « Fédération jurassienne », qui lui valurent poursuites et emprisonnement. Sa situation matérielle était précaire. Marié, père de famille, il décida de reprendre sa qualité de Français : sa famille en effet descendait de réfugiés de la Révocation.

En 1877, à la suite de mes rapports sur les expositions de Vienne et de Philadelphie, je proposai à la librairie Hachette la publication d’un grand Dictionnaire de pédagogie. C’était un travail considérable et de longue haleine. Pour m’aider à le mener à bonne fin, je songeai à James Guillaume, dont je savais l’instruction étendue autant que profonde et dont j’avais bien des fois entendu louer, même par ses plus violents adversaires politiques, le noble caractère, la probité d’esprit, le savoir solide, les merveilleuses facultés de travail. Je lui demandai s’il voudrait venir à Paris travailler avec moi comme secrétaire de la rédaction du Dictionnaire. Il accepta, et ainsi commencèrent nos longues années de collaboration.

Quand j’y songe à présent, quand je me représente ce que fut ce travail, ces livraisons paraissant par quinzaine sans interruption ni irrégularité pendant neuf années, cette correspondance formidable avec la France et avec l’étranger, ces innombrables recherches dans les Bibliothèques et ce labeur de rédaction et de correction dont il eut presque toute la charge, j’ai peine à comprendre qu’il ait pu suffire à la tâche.

Si du moins il l’avait entendue, cette tâche, comme tout autre l’eût conçue à sa place, avec un peu de laisser-aller et de résignation aux erreurs inévitables ! Mais tous ceux qui l’ont connu, tous ceux qui ont eu affaire à lui ne fût-ce que pour un manuscrit, ont remarqué, parfois avec impatience, l’extrême rigueur, la passion, pour ne pas dire la manie de l’exactitude absolue qu’il y apportait. Que de fois lui ai-je reproché de perdre une demi-journée pour vérifier un point de détail, un chiffre, un texte, une allégation ! Que de fois aussi n’ai-je pas entendu les collaborateurs du Dictionnaire, à commencer par des hommes comme Gréard, Pécaut, Ravaisson, Paul Bert, Rambaud, Jacoulet, pour ne parler que des morts, dire combien ils admiraient cette conscience, cette religion de la vérité, jusque dans les plus petites choses ?

Secrétaire de la rédaction, il s’était de plus réservé dans le Dictionnaire deux séries de travaux personnels où il faisait œuvre originale.

L’une était l’analyse des législations scolaires des pays étrangers qui, à l’époque où elle parut (1878-1887), était un travail sans précédent et sans égal, où il avait mis toute sa précision ordinaire. On peut y joindre quelques savantes monographies, dont la plus importante est celle sur Pestalozzi.

L’autre série se composait d’études de première main sur l’histoire scolaire de la Révolution. Quelques-uns de ses articles, Convention par exemple, sont des morceaux historiques dont la valeur n’a pas été contestée.

Ce fut précisément la longue suite de recherches où il s’engagea ainsi qui me fit penser que nul ne serait plus capable que lui de publier les textes, encore si peu connus, des Comités d’instruction publique de la Révolution. Et j’en fis la proposition au ministre. Mais c’est une page que je laisse écrire à M. Aulard.

Pour terminer ma contribution à la biographie de James Guillaume, il me reste à dire, sans pouvoir m’y étendre, les services qu’il a rendus à la Revue pédagogique, dont il fut le secrétaire et pour la partie étrangère le principal rédacteur pendant une quinzaine d’années, et dont il publia la très utile Table des matières.

Plus tard il fut attaché à d’autres publications, au grand Dictionnaire géographique de Joanne, à l’Annuaire du Club alpin.

Enfin, de 1907 à 1911, j’eus la rare bonne fortune de pouvoir entreprendre avec lui une seconde édition du Dictionnaire ou plus exactement, comme le titre l’indique, le Nouveau Dictionnaire de pédagogie. À trente ans d’intervalle, c’était le même homme avec plus d’expérience, plus d’ampleur dans les vues, plus de sérénité dans les jugements, mais la même inspiration ferme, nette, précise, le même besoin de clarté et de rigueur, la même conscience intraitable et la même foi au progrès pour la liberté.

Il ne m’appartient pas de suivre James Guillaume dans les travaux qui furent la consolation de ses dernières années, attristées par la perte de sa femme et d’une fille chéries. Il avait retrouvé dans la Confédération générale du Travail une sorte de famille sociale qui lui rappelait toutes les espérances et toutes les ardeurs de sa jeunesse. Le syndicalisme ouvrier lui paraissait la réalisation de l’idéal qu’il avait toujours poursuivi et contre les partis bourgeois et contre l’autoritarisme marxiste et même contre le socialisme parlementaire. Lucien Descaves a promis de réunir en un volume les articles que Guillaume donnait volontiers en ces derniers temps à la Bataille syndicaliste et à la Vie ouvrière. Plusieurs sont des pages admirables, celle par exemple qu’il a consacrée à son grand ami Pierre Kropotkine. Mais ce que l’on ne pourra pas faire revivre, c’est la figure de James Guillaume au milieu de ce groupe d’ouvriers et de familles ouvrières où il se plaisait dans l’Université populaire du XIVe, où il répandait des trésors de bonté, d’affection fraternelle, d’esprit républicain et d’ardente foi démocratique.

Il est mort comme il a vécu, fidèle à ses principes, droit et sincère envers lui-même et envers les autres. Dans les dernières semaines, il mesurait avec une exactitude minutieuse les progrès du mal qui devait l’emporter. J’étais allé le voir au commencement de 1916 dans sa retraite près de Neuchâtel. Je le retrouvai toujours préoccupé des mêmes grands problèmes, toujours au-dessus des petitesses et des soucis égoïstes. Depuis, il m’adressa plusieurs lettres où l’on voyait que, si le corps était mortellement atteint, l’esprit n’avait rien perdu de sa lucidité ni de sa force. La dernière, qui me parvint moins de quinze jours avant sa fin et qui me parlait de différents travaux littéraires, se terminait par ces lignes : « Je ne sais ce qui va advenir de moi dans les semaines qui vont suivre : je pense – et j’espère – que le dénoûment n’est pas éloigné.  »

Ferdinand Buisson

P. 15-18

 » M. Buisson m’a demandé de compléter cette notice, où sa modestie ne voit qu’une ébauche, et où nos lecteur verront un chef-d’œuvre de vérité et d’amitié. James Guillaume revit tout entier dans ces pages, et c’est bien ainsi qu’il aurait voulu être représenté, en serviteur de la vérité et en ami des ouvriers.

Ajoutons deux dates. James Guillaume est né à Londres le 16 février 1844, d’un père suisse et d’une mère anglaise (famille de réfugiés français de la Révocation). Il est mort le 20 novembre 1916, à Marin, près Neuchâtel (Suisse).

Sa contribution à l’histoire de la Révolution a été très importante, capitale. J’ai rendu compte, dans cette Revue, de son grand recueil des procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Législative et de la Convention nationale. L’épithète de monumentale, dont on abuse, est celle qui convient à cette construction si haute, si large, si solide.

On sait que les procès-verbaux, courts et secs, n’en forment qu’une faible partie. Comme annexe ou éclaircissements aux procès-verbaux, Guillaume a publié toute sorte de documents, rapports, opinions, discours, extraits du procès-verbal de la Législative ou de la Convention, extraits de journaux ou de brochures. C’est là, dans son livre, la principale matière et la plus  utile. Guillaume a intelligemment choisi et disposé en bon ordre les documents les plus utiles pour l’histoire de la législation de l’instruction publique et du mouvement d’opinion d’où est sortie cette législation. Mais ce n’est pas seulement l’instruction publique pendant la Révolution que ce recueil nous fait connaître : ce sont d’importantes parties d’histoire artistique, littéraire, morale et même sociale de la Révolution française. Car le Comité d’instruction publique, surtout le Comité de la Convention, a appliqué son mandat dans un sens très large, et s’est occupé de tout ce qui concerne l’éducation d’un peuple. En réalité, il n’est presque aucun aspect de l’histoire de la Révolution qui ne reçoive une lumière des documents réunis par James Guillaume.

Buisson a parlé de son amour de la vérité, de sa passion de l’exactitude. Cet amour et cette passion ont donné comme un cachet de perfection à ce travail. S’il y a des erreurs, elles ont été, jusqu’ici, invisibles, et je suis convaincu que celles qui paraîtront peut-être ne seront que de détail et insignifiantes. Commissaire responsable pour les derniers volumes (on sait que c’est une publication du ministère de l’Instruction publique), j’ai suivi de près l’élaboration de la dernière partie, j’ai vu à l’œuvre ce maître ouvrier, sa méthode, son application, sa probité vigilante, ses scrupules, que je trouvais infinis, mais qui, en réalité, amélioraient sans retarder.

Dans ce recueil même, Guillaume a fait œuvre d’historien, aux préfaces dont il a muni chaque volume. Il y résume, chaque fois, les principales matières en forme de tableau ou de récit. La réunion de ces préfaces en un volume formerait presque une histoire de l’instruction publique pendant la Révolution.

Notre ami avait une singulière horreur du mensonge et des menteurs en histoire. Fanatique du vrai, c’était, dans ses polémiques d’historien, un Alceste. Des peccadilles, des légèretés, des concessions au goût académique ou mondain, quand c’était au dépens de la stricte exactitude, même s’il ne s’agissait que d’un détail, le mettaient en colère. Nos lecteurs connaissent ses indignations, dont plus d’une fois, comme directeur de cette Revue, j’ai vainement essayé d’en tempérer l’éclat. Il ne pouvait comprendre qu’on eût une autre maîtresse que la vérité.

Cet Alceste aux dures boutades avait le cœur plein d’amour, non pour une Célimène, mais pour le peuple et pour l’humanité. Sa tendresse pour les malheureux, pour les victimes de l’égoïsme, était sans cesse en éveil et en action, et, s’il aimait tant les idées républicaines et la libre pensée, c’est qu’il croyait que le triomphe de ces idées pouvait seul adoucir les souffrances des hommes.

Mais je reviens à l’érudit.

Je n’ai connu personne qui, plus que cet ardent partisan, fût désireux d’être impartial. Imbu de la sagesse gréco-romaine, il avait pour le christianisme, tel qu’on le voit, une aversion profonde. Eh bien, je crois que, si on lui eût prouvé qu’il avait écrit, sur un homme d’Église, une injustice, une fausseté, cela l’eût rendu, à la lettre, malade. Quand il eut révisé pour le Dictionnaire de M. Buisson, l’article relatif aux Frères des écoles chrétiennes, non content d’avoir consulté le Supérieur général de cette société, il voulut lui lire tout l’article, en l’avertissant que si lui, Supérieur général, y apercevait la moindre inexactitude, la correction serait faite aussitôt : « C’est seulement quand le Frère m’eut dit qu’il n’y avait pas d’erreur que je me sentis rassuré », m’a conté Guillaume lui-même.

Ce brûlant désir de montrer la vérité, de n’en cacher aucune face ou facette (aurait dit Renan) est la cause du seul défaut que l’on puisse relever dans son recueil des procès-verbaux du Comité d’instruction publique. Tous les documents y sont donnés en entier,  même en leur partie un peu inutile ou languissante. C’est fatigant, non seulement pour une lecture suivie, mais pour les recherches. Allégé, le recueil serait plus utile encore. Mais Guillaume ne voulait rien retrancher par crainte de paraître faire des suppressions tendancieuses.

Polémiste, il était court et acéré, comme dans les écrits historiques qu’il a réunis sous le titre d’Études révolutionnaires (où il y a tant de notions précieuses). Il savait raconter avec une brièveté claire et prenante. Dans son histoire de l’Internationale, on trouvera ses Mémoires politiques, aussi importants que sincères.

Membre actif de notre Société de l’histoire de la Révolution et de son Comité directeur, dont il a été longtemps secrétaire général adjoint, nous n’avions plus guère le plaisir de le voir à nos réunions depuis que sa santé s’était altérée : il consacrait le peu de force qui lui restait à la propagande pour les idées de la Confédération général du travail, où il voyait la réunion d’hommes la moins égoïste, la moins  hypocrite.

Les ouvriers ont eu, en ce savant homme, un véritable ami. Je crois bien que, même quand il se plongeait dans les archives du Comité d’instruction publique, il croyait servir leur cause. Car il avait la conviction que le peuple ne peut s’émanciper que par l’instruction.

L’esprit de la Révolution française était en James Guillaume.  »

A. Aulard

 

P. 107-109 :

Hommage de Camille Bloch, secrétaire général de la Société d’histoire de la Révolution française, lors de l’assemblée annuelle du 18 mars 1917.

 » M. James Guillaume était, comme Debidour, un de nos plus anciens collègues, membre du Comité Directeur, et même, pendant un temps, secrétaire général adjoint. Il fut, lui aussi, un de ces savant dont la vie, vouée au travail, offre pour principaux épisodes leurs publications. Par l’effet de sa collaboration étroite au Dictionnaire de Pédagogie que dirigeait notre collègue Ferdinand Buisson, dont il était l’ami, Guillaume s’était senti particulièrement attiré par l’histoire de l’instruction publique, des sciences, des lettres et des arts pendant la Révolution. Ce n’est certainement pas trahir sa pensée, que de voir dans cette prédilection l’influence des idées profondément démocratiques qui étaient siennes et qui font de l’éducation populaire la base de l’organisation d’une société égalitaire et libre. De là est née cette grande publication des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Législative et de la Convention, formant 7 volumes de la Collection des Documents inédits, publication extrêmement riche de matériaux annexés qui intéressent l’histoire générale de la période révolutionnaire autant que l’histoire spéciale de l’instruction publique. Quand la table analytique préparée par James Guillaume lui-même aura paru, cet ouvrage, tout à fait complet, sera un des plus remarquables instruments du travail historique.

Tout en l’élaborant en même temps qu’il restait attaché à d’autres publications dont il avait accepté la charge, James Guillaume écrivit de nombreux articles de détail qui ont été réunis sous le titre d’Études révolutionnaires. Chacun d’eux st précieux à cause de ce qu’il y  entre de substance et de critique.

Quiconque a manié les écrits de Guillaume, ou a été témoin de sa méthode de travail, rendra hommage à sa probité raffinée. Il avait un tel scrupule d’exactitude que rien ne pouvait le contenter qui ne fût, dirait-on volontiers, plus qu’exact. Il était un modèle de savant moins par sa science qui était grande, que par sa conscience. Il tenait intraitablement à ses opinions politiques et sociales, qui étaient extrêmes, mais il tenait encore plus à la vérité, et il n’est certainement pas de sacrifice qu’il ne lui eût fait. Voici un trait qui le peint admirablement ; je vous le donne tel que M. Aulard l’a rapporté. Quand Guillaume eut à réviser pour le Dictionnaire de Pédagogie un article sur les Frères des Écoles chrétiennes, il alla en donner lecture au Supérieur général, qu’il avait déjà, d’ailleurs interrogé plusieurs fois au cours de la préparation ; il ne laissa imprimer sa notice qu’après avoir obtenu l’assurance qu’elle était sans erreur, même petite. C’est l’apanage de la pensée libre d’aimer avec tant de passion la vérité, de l’aimer plus que tout.

J’ai dit que les opinions politiques de James Guillaume étaient extrêmes; il était, semble-t-il, anarchiste et révolutionnaire. Ce serait manquer à sa manquer à sa mémoire, ce serait outrager cette vérité dont il avait le culte que de vouloir dissimuler cette face de l’homme, de ne point rappeler la part qu’il prit, sous le Second Empire, au mouvement internationaliste ouvrier et à la propagande contre l’organisation de la société contemporaine. Guillaume appartenait d’ailleurs à cette fraction de langue romaine qui, dans l’Internationale, se sépara de l’Allemand Karl Marx, collectiviste, centralisateur et politique, pour se grouper autour de Bakounine, dont la tournure d’esprit et les tendances étaient contraires. Guillaume avait donc une autorité particulière pour écrire cet opuscule paru dès le second semestre de 1914, où il montre dans Karl Marx l’artisan de l’hégémonie allemande au sein de l’Internationale, trahissant même, selon son expression, l’Internationale au profit des intérêts pangermaniques, car telle est la conclusion très nette de cette brochure intitulée : Karl Marx pangermaniste et l’Association internationale des travailleurs de 1864 à 1870.

Mettant les habitudes rigoureuses de sa méthode d’érudit au service d’idées auxquelles il ne cessa de demeurer attaché depuis sa jeunesse jusqu’à sa mort, M. Guillaume avait publié, il y a quelques années, un important recueil documentaire sur l’histoire de l’Internationale entre 1864 et 1878. Il demeura d’ailleurs mêlé jusqu’à son dernier jour au monde ouvrier et collabora au journal de la Confédération générale du travail, La Bataille syndicaliste.

C’était une conscience d’une incomparable rectitude. James Guillaume ne professa pas une doctrine, des idées pour en tirer profit, pour les adapter à ses intérêts ou à ses passions. C’est sa vie qu’il conforma strictement à ses opinions. On ne lui connaissait aucune ambition, même modérée, sauf celle de l’esprit. Il vécut pauvre ; il put vivre indépendant, étranger même aux accommodements qui semblent les moins coupables aux yeux des moralistes les plus rigides. Il fut un homme vraiment libre, autant que le permet, du moins, l’ambiance d’un état de société donné. Le sentiment de l’envie personnelle ne pénétra jamais dans ce noble cœur de travailleur désintéressé et discret, convaincu de la valeur propre de l’effort individuel et de celle de la personne humaine autonome, intellectuellement et économiquement émancipée. Mais il nous laisse, lui, quelque chose à envier : le rare exemple d’un homme qui, sans déclamation et sans forfanterie, sut passer dans la vie en se tenant toujours droit. Il se courba sur les livres, jamais devant un homme. Mais, Messieurs, la sincérité d’âme de Guillaume était si profonde, il avait une attitude si naturelle d’indépendance que, s’il pouvait nous entendre, il s’étonnerait de l’hommage posthume que nous rendons à ses vertus : il nous en blâmerait peut-être. »

 


Une réflexion au sujet de « Les hommages de Ferdinand Buisson, Alphonse Aulard et Camille Bloch après la mort de James Guillaume (1917) »

  1. Ping : James Guillaume, Alphonse Aulard et la revue « La Révolution française » | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *