L’attachement de James Guillaume à la Révolution française (1885)

CIMG4829

Note : Retranscription d’une lettre conservée dans le fonds Georges-Émile Guillaume des AEN.

CIMG4830

CIMG4831

Paris, 29 mars 1885

Mes chères sœurs,

            J’attends une réponse à ma dernière lettre. Je vous ai engagées à prendre le temps de la réflexion : cependant, il ne faudrait pas exagérer, et j’espère que vous allez bientôt m’écrire.

Je mets aujourd’hui à la poste  une lettre adressée au Dr Guillaume, dans laquelle je lui demande le renseignement suivant : Etat donné que la famille Guillaume est d’origine française, y aurait-il moyen de rétablir d’une façon authentique, la suite de la filiation, depuis le premier membre de cette famille qui s’est établi aux Verrières jusqu’à la présente génération si cela est possible, je pourrais, sans avoir besoin de me faire naturaliser, revendiquer la  nationalité française, en vertu d’un décret célèbre de 1791 – le même dont s’est servi Victor Cherbuliez.

Mais à quoi bon, direz-vous ? C’est que, dit M. Buisson, sans cela je  rencontrerai des obstacles abominables à me faire agréer comme agent exécutif de la commission chargée de publier l’histoire de l’instruction publique sous la Révolution. Or comme mon plus vif désir serait de pouvoir me consacrer tout entier à cette œuvre, je ferai tout ce qu’il faudra pour écarter les difficultés. Et puis, comme je l’écris au docteur, « je ne vois rien de plus naturel que d’user d’un décret que la Révolution a rendu en faveur de ceux qui sont dans ma situation, surtout si je n’en use qu’afin d’obtenir le droit de la défendre et de la glorifier. »

Je vous communique ceci pour que vous parliez de la chose à papa, afin qu’il ne soit pas surpris si le Dr Guillaume lui en parle et lui fait voir ma lettre.

Au revoir, je vous embrasse affectueusement,

Votre frère,

James.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *