James Guillaume oppose sa philosophie de l’histoire à celle de Max Nettlau (1909)

1909-nettlau

Note : Retranscription d’une lettre de James Guillaume conservée à l’IISH d’Amsterdam. Cote : Max Nettlau papers. ARCH01001.558. En italique ont été indiquées les interventions de Nettlau sur la lettre.

Saint-Jean-de-Monts (Vendée)

Colonie Notre Famille

30 juillet 1909

            Cher Monsieur Nettlau, Me voici en vacances depuis quelques jours, et je veux maintenant vous écrire. Mais la chose n’est pas beaucoup plus facile ici qu’à Paris. D’une part, l’air marin abrutit (je m’en félicite, c’est ce que je suis venu chercher) ; d’autre part, j’ai des tas d’épreuves à lire, du dict. de pédagogie et du Tome IV de l’Internationale, – et on ne me laisse à peine le temps d’en lire une faible partie, car constamment les camarades viennent me chercher pour aller à la plage, ou dans la forêt de pins sur les dunes (une forêt magnifique), et il faut se dépenser en causeries sans fin.

Avant de répondre à votre lettre, je veux recourir à vos lumières pour un passage de mon t. IV.

Il s’agit d’une lettre de Michelet à Herzen, du 1er juillet 1855, sur Bakounine. Michelet, dit, parlant de B. : « c’est…la ferme épée et l’intrépide soldat qui, éveillé avant tous, avant l’heure de Février [1848], écrivit d’une pointe d’acier, sur la table de la Réforme, le défi, l’appel en duel de Bakounine à Nicolas ».

A ce passage j’ai ajouté une note ainsi conçue :

« Allusion au discours prononcé par B., le 29 novembre 1847, à l’occasion du banquet donné pour commémorer l’anniversaire de la révolution polonaise de 1830, discours qui fut publié dans le journal la Réforme et qui eut pour conséquence l’expulsion de Bakounine. »

Mais il me semble, à la réflexion, qu’il doit s’agit d’autre chose. En parlant de la Réforme et du défi de B. à Nicolas, Michelet n’a pas dû viser le discours du 29 novembre. Je crois plutôt qu’il s’agit de ceci : Il y eut, après l’expulsion, une interpellation à la Chambre, à laquelle le ministre Duchâtel répondit en disant que B. avait été un agent de l’ambassade russe. Je crois me souvenir que B. écrivit alors une lettre à la Réforme en réponse à Duchâtel ; et ce doit être cette lettre à laquelle se rapporte la phrase de Michelet. Je vous prierais donc de me dire : 1° Mon souvenir d’une lettre de B. à la Réforme, écrite de Bruxelles, est-il exact ? 2° Quelle est la date de cette lettre ? 3° La lettre contient-elle des phrases auxquelles puissent s’appliquer les mots de Michelet, « le défi, l’appel en duel de B. à Nicolas » ?

Je voulais consulter à ce sujet votre grande biographie, où sans doute j’aurais trouvé l’analyse de la lettre, et peut-être son texte intégral ; mais, dans la précipitation du départ, j’ai oublié de le faire. – Si la lettre se trouve reproduite ou analysée dans votre premier volume, vous voudrez bien me l’indiquer dans votre réponse, et lorsque je repasserai à Paris le 22 août, je m’y reporterai. [Note de Guillaume après une croix : Ou plutôt, puisque vous avez la Biographie sous la main, veuillez m’envoyer vous-même les renseignements qu’elle contient : cela me permettra de faire la correction dès maintenant, et de donner le bon à tirer d’une feuille qu’on attend.]

Venons-en à notre grande lettre du 12 juin. Elle débute par un parallèle entre l’histoire de la République de Février et celle de la 3e République en 1870-1871. Il y a des analogies certainement, quoiqu’on pût trouver à redire à tel ou tel détail de la comparaison. Mais ce n’est pas la peine de discuter les traits du tableau, parce que ce tableau, pour la question dont il s’agit, ne prouve rien. Les deux Républiques de 48 et de 70 ont été des tentatives de gouvernement parlementaire ; le 24 février et le 4 septembre ont été de simples changements de gouvernement ; juin 1848 et mai 1871 ont été des massacres d’ouvriers accomplis dans des conditions spéciales et sur une plus grande échelle que ceux qui avaient eu lieu auparavant à Lyon, par ex. sous Louis-Philippe en 1831 et 1834, à Buzançais en 1847, ou à Rouen au printemps de 1848. – Quel rapport cela a-t-il avec la C.G.T et son organisation, avec les discussions sur l’action directe, l’anti-parlementarisme et l’anti-militarisme, avec la lutte entre les meneurs qui s’appellent réformistes (Guérard, Keufer, etc.), lesquels vont devenir tout à fait officiels sous la protection du ministère Briand, et les militants du syndicalisme révolutionnaire (qui serait mieux appelé non-légalitaire) ? [Note Nettlau : Ce serait la même chose].

Vous dites que les révolutions sont toujours faites par des minorités, et que, pour cette raison, elles ne peuvent durer. Je réponds : Les acquisitions faites par les victoires de la minorité, qui sont profitables à la majorité au [souligné par Nettlau] nom de laquelle la lutte a été engagée, sont des organisations durables [souligné par Nettlau] ; et quand même la minorité est ensuite vaincue et proscrite, ces acquisitions-là sont pour la plupart durables. C’est la loi du progrès humain depuis le commencement de l’histoire. – Vous ne voulez voir, vous, que des gouvernements d’opinions, qui devraient coexister en se tolérant mutuellement : vous dites : « Le socialisme [entendu sans doute au sens étatiste] pour les socialistes, l’anarchie aux anarchistes ». Et il faudrait ajouter, je pense : « Le royalisme pour les royalistes, le régime du salariat et de l’exploitation pour les capitalistes et les patrons, le catholicisme pour les prêtres et leurs ouailles, etc. » Cette conception me paraît provenir de l’absence totale, dans votre point de vue, d’une véritable philosophie de l’histoire. A l’université, l’ordre de connaissances dans lequel a été fait votre doctorat a été les langues modernes [Note Nettlau : non, pas du tout] ; et ensuite vous vous êtes spécialisé dans des recherches biographiques et historiques relatives à tel ou tel point limité ; ces recherches ont rendu de grands services pour l’étude de ces points-là, mais en même temps, elles ont de plus en plus développé chez vous une tournure d’esprit qui est celle du collectionneur ; et vous avez perdu de vue une chose très essentielle. Vos recherches ne vous ont pas amené à considérer l’humanité comme un tout [Note Nettlau : non, illisible], – illisible à la race blanche (y compris les Orientaux), à regarder les nations comme autant d’organismes, où l’individu est une simple cellule qui n’existe que par et pour l’organisme général. Vous dites « Ceux qui ont été les penseurs socialistes ont été facilement induits à généraliser leurs idées, à demander leur application universelle ; On a voulu tout généraliser, c’est là l’origine de tout le mal. » Vous vous figurez donc que ce que je considère, moi, comme l’évolution nécessaire, résultant de la force des choses dont nous sommes des parties inséparables, – ce serait, au contraire, quelque chose d’arbitraire, qu’on peut tenter de réaliser de telle ou telle façon par la volonté de quelques-uns, et qu’on peut aussi renoncer à tenter de réaliser (ce qui, à vos yeux, serait plus sage) [Note Nettlau : ???]. – Mais il ne dépend pas de vous que l’avenir s’accomplisse et que la société se transforme par un mouvement général ; nous sommes entraînés ; les volontés individuelles ne peuvent que collaborer, et leur collaboration n’a de résultats féconds que si elle s’exerce dans la direction du mouvement général.

Jeudi 5 août. – Vendredi dernier, j’ai été interrompu ; et il a fallu déménager dans un autre chalet. Et depuis, ce moment ne j’ai pas retrouvé de moment libre pour achever cette lettre : le peu de temps qui m’est laissé pour écrire a été tout entier employé à expédier de courts billets d’affaires, à corriger des épreuves, etc. – Ma tête est de moins en moins apte à philosopher : aussi je renonce à essayer de reprendre le cours interrompu de l’exposé [illlisible] que j’avais commencé : du reste, ce que j’en ai écrit indique suffisamment le sens général de ma pensée.

Permettez-moi, avant de finir, de vous rappeler ma prière relative au passage concernant Bakounine. Si votre biographie contient les renseignements nécessaires, et si vous pouvez me les envoyer ici, vous m’obligeriez infiniment. – Je compte arriver en Suisse (Rosevilla, Neuchâtel) entre le 25 et le 30 août. – Je vous souhaite bonne santé et vous serre la main.

James Guillaume.

 

Note : Cette lettre est partiellement retranscrite par Marc Vuilleumier dans « Notes sur James Guillaume, historien de la Première Internationale et ses rapports avec Max Nettlau et Jean Jaurès », Cahiers Vilfredo Pareto, t. 3, n° 7/8, 1965, p. 81-109. Lien : http://www.jstor.org/stable/40368712


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *