James Guillaume dans « Philémon, vieux de la vieille » de Descaves (1913)

Descaves Philémon 1913

Page de titre de la seconde édition datée de 1913, numérisé sur Archive.org. La première édition du Philémon date de 1913. Un autre exemplaire numérisé par Gallica date de 1922. Dans son étude sur les proscrits et exilés, Sylvie Aprile qualifie l’ouvrage de Lucien Descaves de « mise en fiction d’archives » (Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS éditions, 2010, p. 267) et le présente comme « l’un des regards les plus aigus sur la proscription de la Commune » (Ibidem).

Voici comment Lucien Descaves parle de son ami, James Guillaume, dans le Philémon :

Édition de 1913

James Guillaume et André Léo :

« Légitimes ou non, les ménages échoués en Suisse y méritèrent généralement par leur conduite, le droit d’asile. Les enfants allèrent à l’école, les femmes furent couturières, modistes, corsetières,, piqueuses de bottines, blanchisseuses… La femme de Gustave Lefrançais brodait, celle de Paulet vendait des journaux à Longemalle et des fleurs au Mollard ; Mme Arthur Arnould allait, de maison en maison, offrir la volaille que des parents lui expédiaient de Bourg-en-Bresse, et l’on vit Arnould lui-même porter le panier, en attendant de pouvoir placer sa marchandises à lui : des articles ! Paule Minck cousait des chapeaux de paille, et la mère de Pilotell tenait un magasin de photographies, quai des Bergues. Une des rares femmes de lettres dont Barbey d’Aurevilly, juge impitoyable, eût reconnu le talent, Mme André Léo faisait la cuisine elle-même, dans la petite chambre que des amis lui avaient meublée à Montbrillant, et c’était elle encore que James Guillaume, un autre jour, trouvait en train de repriser ses bas… pas les bleus, les autres, à l’hôtel du Raisin, à Neuchâtel » (p. 84).

James Guillaume, la Fédération jurassienne et l’accueil des communard-e-s proscrit-e-s :

« – Je le connais. C’est la plus belle conscience d’homme et d’historien que l’on puisse aujourd’hui révérer. S’il y a une Légion d’honneur idéale, ses grands dignitaires m’apparaissent sous les traits d’Elisée Reclus et de James Guillaume. Quand on a l’estime et l’amitié de ces hommes libres, vrais et sans tâche, on fait partie de la légion : on a la croix. Elle est invisible : elle ne se porte pas sur la poitrine ; elle n’y fait la retape ni en ruban, ni en bijou… ; c’est une distinction d’intérieur.

– La proscription doit beaucoup à James Guillaume, reprit Colomès. La Fédération jurassienne, dont il fut le ressort et dont Bakounine était l’âme, releva notre courage et donna un but à notre activité. Nous lisions le Bulletin, comme on prend un cordial. Nous étions chez les autres en Suisse, mais nous étions chez nous à la Fédération » (p. 201).

Lucien Descaves rend hommage à James Guillaume :

« Temps héroïques ! A la vérité, James Guillaume avait donné des gages à la Révolution bien avant que la Suisse en reçût les épaves. Jeune professeur au Locle, de 1864 à 1869, il offrait cet avantage pour la propagande et l’entente, d’être une sorte d’encyclopédie polyglotte vivante. Destitué de ses fonctions à raison de ses opinions politiques, religieuses et sociales qu’il avait émises en 1869 dans son journal, le Progrès, Guillaume, fixé à Neuchâtel, avait pu, dès lors, manifester librement ses tendances communistes et antiautoritaires. En l’absence de son frère Georges, qui avait fait la guerre de 70 dans les francs-tireurs, puis, garde national enfermé dans Paris, y avait soutenu les deux sièges. James le remplaça à la tête d’une petite imprimerie qu’il mit au service des proscrits sans éditeur. Plusieurs ne lui étaient pas inconnus. Il les avait rencontrés dans les Congrès internationaux, il correspondait avec eux. Malheureusement, l’esprit qui faisait le mieux fructifier la semence, Varlin, ne pouvait plus vivifier la bonne cause que de son souvenir » (p. 202)

Édition de 1922

Lucien Descaves évoque la mort de James Guillaume :

« James Guillaume a mêlé, depuis, la récolte du Bulletin à ses souvenirs personnels, dans les quatre volumes de Documents sur l’Internationale en Suisse, qu’il a publiés (1905-1910). James Guillaume est mort à Préfargier (Suisse) au mois de novembre 1916. Son corps, ramené à Paris, est inhumé au cimetière Montparnasse » (p. 172, note 1).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *