La Constitution des fonds James Guillaume et Georges-Emile Guillaume aux Archives de l’État de Neuchâtel

 

JG 1951

Pièce contenue dans le fonds James Guillaume des AEN, cote 44.

Démarches de la Bibliothèque de Neuchâtel en 1951 auprès du neveu de James Guillaume

Le fonds James Guillaume des AEN contient un échange de lettres entre la directrice de la Bibliothèque publique de la ville de Neuchâtel et Charles Guillaume, neveu de James Guillaume. Dans une première lettre du 31 août 1951, C. Rosselet, la directrice écrit :

« On nous demande de plusieurs côtés à consulter les papiers laissés par James Guillaume. Votre cousin, Monsieur Guillaume, Directeur de la Neuchâteloise, nous conseiller de nous adresser à vous pour savoir ce qu’ils sont devenus. Nous vous serions très reconnaissant (sic) si vous vouliez bien nous renseigner à ce sujet. Il est très souhaitable que ces papiers soient soigneusement conservés, car ils présentent un grand intérêt pour l’histoire du mouvement anarchiste dans les Montagnes neuchâteloises. »

Le dossier comporte le brouillon d’une lettre de Charles Guillaume par laquelle il confirme qu’il est en possession d’archives de son oncle :

« En ce qui concerne les manuscrits de James Guillaume, je puis vous dire que tout ce qui m’est tombé sous la main a été soigneusement conservé, le moindre bout de papier ayant appartenu à mon oncle étant pour moi une précieuse relique. Lettres, manuscrits, journaux, revus, tout ce que j’ai pu réunir a été gardé en dépôt en attendant de pouvoir être utilisé. Malheureusement cela ne constitue qu’une infime partie de la correspondance et des écrits de mon oncle, et il n’y en a tout cas presque rien ou du moins rien d’inédit concernant l’histoire du mouvement socialiste dans les Montagnes neuchâteloises, au moment où fut fondée la première Internationale. J’ai entendu dire autrefois que la femme de J.G. avait détruit tout ce qui concernait l’activité révolutionnaire de son mari, au moment où celui-ci, gravement malade, avait dû quitter Paris pour venir se faire soigner en Suisse. D’autre part, peu de temps après qu’eût éclaté la guerre de 1914, J.G. qui sentait sa fin prochaine, a de nouveau quitté Paris pour venir s’établir à Préfargier où il contait (sic) finir ses jours. Mais son était de santé ne lui a pas permis de s’occuper lui-même de de (sic) l’expédition de ses livres et manuscrits, c’est je crois à sa belle-sœur, qu’il avait confié cette tâche ; et auparavant il avait donné l’autorisation à son ami Lucien Descaves de venir prendre tout ce qui pouvait l’intéresser dans sa bibliothèque. Je suppose que ce dernier a usé largement de la permission. »

Une lettre de Lucien Descaves datée du 27 décembre 1916 et adressé à la fille de James Guillaume, Emilie Chaix, confirme cette information (fonds James Guillaume des AEN) :

« Je n’ai point revu M. Charles-Edouard Guillaume. Il m’a parlé du testament dérobé et ne m’a point dit que je fusse exécuteur testamentaire. Les caisses transportées à Neuchâtel étaient pleines de papiers que je n’ai pas inventoriés, il me serait difficile de dire quel intérêt ils présentent pour moi ou pour la défense d’une mémoire chère. »

Lucien Descaves a confirmé lui-même dans un article consacré à la disparition de James Guillaume qu’il a écrit pour la Bataille syndicaliste qu’il avait recueilli les articles de son ami pour les réunir en volume (29 novembre 1916). C’est l’origine du fonds James Guillaume de l’Institut international d’histoire sociale (IIHS) d’Amsterdam qui a été acquis avec les papiers de Descaves en 1936. Outre les manuscrits mentionnés par Descaves, ce fonds contient des pièces de correspondance privée de James Guillaume et de ses proches.

D’après la réponse de la directrice de la Bibliothèque de Neuchâtel (24/09/1951), c’est l’éditeur français Alfred Coste qui était à l’initiative de cette demande de renseignements concernant les archives James Guillaume. Le fait que les archives soient conservées aux AEN montre qu’il n’y a pas eu de suites à cette sollicitation de versement.

Correspondance entre le neveu de James Guillaume et Jacques Petitpierre en 1954-1955

En 1954-1955, l’historien Jacques Petitpierre a échangé des lettres avec Charles Guillaume au sujet d’un article qu’il préparait sur la famille Guillaume dans la revue Patrie neuchâteloise (volume 4, 1955, p. 181-217). Ces échanges nous indiquent que le neveu de James Guillaume est toujours en possession de ses papiers. Après avoir été sollicité par l’historien, il lui répond le 20 mai 1954 qu’il va lui communiquer :

« Un relevé sommaire des lettres que je possède adressées à mon grand’père, ou plutôt des signataires de ces lettres, dont quelques-uns ne sont pas encore tout à fait oubliés de leurs compatriotes, et sont mêmes mentionnés dans le Dictionnaire biographique de la Suisse. Tous ces documents sont inédits, car ils ne sont jamais sortis des archives de la famille, et, en ce qui me concerne, je ne les ai jamais communiqués à personne, et je doute fort que feue Julie Guillaume, de qui je les tiens, ait jamais eu la curiosité d’y jeter un coup d’œil. Quant à moi je me suis contenté d’être le dépositaire de ces papiers, pensant qu’ils pourraient peut-être un jour servir à l’histoire. Je serais heureux que ce jour-là soit arrivé. »

Cette lettre indique que c’est par la sœur de James, Julie, que ses papiers ont été confiés à son neveu. Dans une lettre du 24 mai suivant, ce dernier mentionne des cahiers manuscrits renvoyés par Jacques Petitpierre mais qui ne lui appartenaient pas et qu’il a rendu à son cousin, ce qui permet de voir que les papiers de James Guillaume étaient en fait répartis entre plusieurs membres de la famille :

« Il y a dans le lot deux cahiers manuscrits de James Guillaume que vous ne teniez pas de moi, je ne les ai jamais eus entre les mains. Mais ça n’a pas d’importance, je les restituerai moi-même à leur propriétaire, qui est, je présume, M. Edouard Guillaume. »

L’entrée du fonds James Guillaume aux AEN (1961-1965)

La consultation du dossier de dépôt éclaire l’entrée des papiers Guillaume aux AEN. Le 20 août 1961, Joseph Werner, qui logeait alors Charles Guillaume à Morat, contacte les archives de l’Etat de Neuchâtel pour leur proposer de faire don des papiers James Guillaume :

« A cet effet, j’ai l’autorisation, pour le faire, de M. Charles Guillaume retraité des P.T.T. qui loge chez moi. Il est valétudinaire et ses désintéresse maintenant de ce dépôt de manuscrits à lui légué, par le truchement de la famille Guillaume, par l’oncle précité. »

Le 5 septembre 1961, l’archiviste de l’Etat, Alfred Schnegg, accepte le don en se réservant la possibilité de se débarrasser de certaines pièces sans valeur. C’est l’origine de la création d’un fonds « James Guillaume » aux AEN. D’ailleurs, un carton indique que le 9 septembre ont été éliminés les manuscrits des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale. Le 30 janvier 1962, M. Werner écrit de nouveau à M. Schnegg pour lui indiquer que Charles Guillaume est décédé le 16 janvier et que par conséquent il souhaite donner aux archives le reliquat des archives de James Guillaume qu’il qualifie « d’importantes liasses de documents ». Il indique aussi qu’un classement a été opéré : « ce sont des documents déjà classés dans des chemises. » Ce nouveau don est accepté par M. Schnegg le 31 janvier 1962 et il informe M. Werner de la bonne réception de ce nouvel envoi par un courrier du 6 février 1962 dans lequel l’archiviste fait le bilan de l’envoi :

« Ce nouveau don, pour lequel l’archiviste vous adresse l’expression réitérée de sa reconnaissance, se compose de divers imprimés (œuvres de Bakounine et de Kropotkine, ouvrages de James Guillaume lui-même), de cahiers de cours, essais littéraires, manuscrits de conférences, lettres envoyées ou reçues, de brouillons et de notes, dont certains destinés à des conférences et des articles, de coupures de journaux, et enfin d’actes officiels concernant l’intéressé et sa famille. Le tout, trié sommairement, et élagué dans le sens de ma lettre du 31 janvier dernier, a été joint à votre premier dépôt. Les imprimés en ont été séparés, quelques ouvrages, d’un intérêt mineur pour nous, devant être remis à la Bibliothèque de la ville de Neuchâtel. »

Il n’existe malheureusement pas de fonds spécifique « James Guillaume » à la Bibliothèque de Neuchâtel. Une lettre de Werner du 7 février 1962 indique que la totalité des manuscrits n’avait pas encore été versée :

« Je crois avoir atteint le terme de mes recherches dans la découverte des manuscrits James Guillaume. Il y a la correspondance échangée par les membres de la famille qui n’a de sensationnel que pour eux, mais ceci est une chasse gardée et n’offre pour l’histoire que peu d’intérêt. […] Je vous ai fait parvenir les pièces qui pourraient à l’occasion offrir un intérêt marqué. De tout le fatras, un chercheur obstiné pourra dans la compilation des feuillets épars, reconstituer le drame des revendications ouvrières au temps où le fait de prendre part au cortège du 1er mai condamnait à la mise sur le pavé l’ouvrier assez imprudent de risque le tout pour le tout. »

Enfin, le 4 octobre 1965, par un dernier courrier, Joseph Werner indique à l’archiviste des AEN qu’il souhaite faire don de deux derniers documents en sa possession et en particulier de l’album de photographies :

« Je suis encore possesseur de deux documents relatifs à James Guillaume et dont je veux me séparer. Il s’agit de son journal dans lequel il expose son amour « d’enfance et de jeunesse » à Rose Borel demeurant à Neuchâtel ainsi que sa vie d’étudiant au Poly de Zürich. Un album de photos où se trouvent quelques notoriétés révolutionnaires de l’époque et qui furent à ses côtés dans la lutte acharnée qu’il mena pour l’émancipation de la classe ouvrière. »

Alfred Schnegg accuse réception de ces documents le 4 octobre 1965.  À cette date, le fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel est donc constitué des documents envoyés par Werner entre 1961 et 1965. Il faut y ajouter deux lettres de Karl Pestalozzi et de Lucien Lévy-Brühl, données par Mme Martin-Guillaume à Marc Vuilleumier pour être remises aux AEN, d’après une lettre de ce dernier datée du 5 janvier 1965.

Marc Vuilleumier dresse l’état des archives de James Guillaume en 1964

L’historien a publié dans le numéro 48, daté de juillet-septembre 1964, du Mouvement social un article intitulé « Les archives de James Guillaume ». Il mentionne dans l’introduction le fonds James Guillaume des AEN récemment constitué : « Aussi avons-nous été bien surpris quand, il y a quelques mois, au hasard d’une recherche, nous avons découvert que la majeure partie des archives Guillaume étaient en Suisse. » Marc Vuilleumier avait alors consulté directement chez Joseph Werner les quelques documents que ce dernier encore en sa possession avant le dernier versement de 1965. L’historien remercie aussi Alfred Schnegg qui lui a signalé l’existence de ce fonds qui venait juste d’être constitué. Voici l’état du fonds en 1964, tel qu’il est décrit par Marc Vuilleumier :

« Emplissant cinq très gros cartons, il n’a pas été classé par les archivistes, ceux-ci s’étant bornés à les répartir dans les cartons et à en éliminer certaines pièces volumineuses et jugées sans intérêt, épreuves d’imprimerie par exemple. Néanmoins, comme James Guillaume avait constitué des dossiers et que son neveu, dans ses velléités de classement, ne les a pas trop bouleversés, le chercheur pourra consulter ce fonds sans trop de difficultés. »

La mention de ces cinq gros cartons est intéressante car d’après les lettres de Joseph Werner, les papiers de James Guillaume étaient stockés sous forme de « liasses de manuscrits » et que « ces manuscrits se trouvent dans deux sacs » (lettre du 20 août 1961 adressée aux AEN). A ces liasses se sont ajoutés les différents imprimés et autres documents versés de 1961 à 1965, ces derniers étant répartis en cartons. Le cadre de classement du fonds aux AEN se compose de ces cinq cartons eux-mêmes divisés en liasses.

L’ancien état du fonds James Guillaume, qui date de juillet 1977, permet de voir l’impact de l’article précurseur de Marc Vuilleumier sur la consultation de ces papiers :

« C’est en 1964 que Marc Vuilleumier faisait paraître dans la revue le Mouvement social (juillet-septembre 1964, p. 95-108) une étude assez fouillée sur les archives de James Guillaume, aujourd’hui dispersées dans plusieurs dépôts européens ; cet article donnait entre autre un aperçu très sommaire du fonds James Guillaume donné aux archives de l’Etat en 1961. C’est donc sur la foi de cette étude, qui fut bientôt considérée comme un véritable répertoire sommaire, que divers chercheurs utilisèrent très largement les véritables trésors contenus dans le fonds J. Guillaume des AEN, mais ce de façon tout à fait inopportune, le fonds n’ayant pas encore été classé. Il ne nous était donc pas possible de revenir sur le cadre de classement adopté par Marc Vuilleumier – scripta manent – et force nous a été de maintenir la division matérielle en 5 cartons, en donnant la description – tout en les numérotant des liasses conservées dans chaque carton. Nous avons ainsi préservé l’état du fonds tel qu’il nous a été remis en 1961, mais qui ne reflète d’aucune manière le classement adopté en son temps par James Guillaume. »

Le fonds a ainsi été victime de son succès et de la visibilité permise par l’article de Marc Vuilleumier. Le fonds est dorénavant divisé en 114 dossiers, chaque dossier bénéficiant d’une description sommaire et du dénombrement des pièces qu’il renferme. Surtout, chaque pièce est cotée individuellement à l’intérieur de chaque dossier ce qui en garantit l’intégrité.

Le fonds de la famille Georges-Emile Guillaume aux AEN :

Dans son article du Mouvement social, Marc Vuilleumier donne à la note 16 l’information suivante :

« Les A.E.N possèdent également quelques pièces provenant des papiers du conseiller d’Etat George (sic) Guillaume. Mais ce petit fonds ne semble pas avoir passé par les mains de James. »

De plus, à la note 44, il indique :

« Ajoutons que quelques papiers de Guillaume (lettres de lui à des membres de sa famille, de 1898 à sa mort semble-t-il), se trouvent à Berne, dans des archives privées. Nous n’avons pu encore les consulter. »

En 1965, dans les Cahiers Vilfredo Pareto (T.3 n°7/8), Marc Vuilleumier publia un article intitulé « Notes sur James Guillaume historien de la première internationale et ses rapports avec Nettlau et Jean Jaurès ». Il y indique qu’il a pu consulter les archives privées de Berne :

« Archives privées, Berne. Nous remercions très vivement les détenteurs de cette partie des papiers de la famille Guillaume pour la parfaite obligeance avec laquelle il (sic) nous ont permis de les consulter. » (note 8 p. 83).

Les pièces citées par l’historien comme faisant partie de ces « archives privées de Berne » ont depuis été versées aux AEN dans le « Fonds de la famille Georges-Emile Guillaume. » L’inventaire comporte une introduction datée de décembre 1999 qui confirme qu’il s’agit bien des archives consultées par Marc Vuilleumier à Berne :

« Ce fonds a été remis en don par Madame Claude-Antoinette Bomelli-Hainard, de Berne. La majorité des documents concernent Georges-Emile Guillaume (1816-1896) et ses descendants, notamment Jämes (sic) Guillaume, ses frères et ses sœurs. Les documents se trouvaient dans un grand désordre et ont été classés selon la personne qu’ils concernent ou selon la matière. Ce fonds complète utilement les autres archives de la même famille ; il est représentatif des multiples talents et les nombreuses relations entretenues par les membres de cette famille originaire de Verrières. Bien des documents concernent la vie intime de la famille et les liens entre frères et sœurs ou cousins et cousines, particulièrement la correspondance avec Charles-Edouard Guillaume, le prix Nobel directeur du Bureau des poids et mesures de Sèvres, ou encore les nombres lettres qui témoignent de la profonde dépression dont souffrait l’anarchiste et homme de lettre Jämes (sic) Guillaume. »

Il s’agit bien des archives privées de Berne consultées par Marc Vuilleumier car, dans la liasse I/V correspondant à la correspondance privée de Guillaume, nous avons pu constater la présence d’un fantôme sur la chemise 1866 avec la mention suivante : « La lettre du 27 août 1866 a été prêtée à Monsieur Vuilleumier pour l’exposition sur la Ière Internationale à la Bibliothèque universitaire de Genève. »

Note : Je remercie le personnel des AEN pour son aide précieuse lors du dépouillement de ces deux fonds. Jean-Charles BUTTIER

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *