1878-1903 : James Guillaume se retire de l’arène politique  

Un exil qui se double d’un retrait de la vie politique

Nous partirons d’un constat fait par Marc Vuilleumier dans l’introduction au reprint de L’Internationale. Documents et souvenirs, (Paris, G. Lebovici, t.1, 1985) (p. XXI) : « En fait, sans avoir rien abandonné de ses idées, James Guillaume avait fait un choix ; il s’était en quelque sorte doublement expatrié, quittant à la fois la Suisse et le mouvement ouvrier. » Comme le fait remarquer l’historien un peu plus loin (p. XXII) : « Nous n’avons que très d’informations sur Guillaume pour les années 1890. Il semble avoir vécu absorbé tout entier par ses travaux et sa vie de famille. »

En effet, contrairement à la période antérieure à 1878, Guillaume n’a pas laissé de témoignage aussi riche que L’Internationale. Documents et souvenirs dont voici la conclusion publiée en 1910 :

Volume IV, sixième partie, chapitre XVI, p. 325 :

« Mon long récit est terminé. Je n’écris pas une histoire de l’Internationale : d’ailleurs je ne connais que très imparfaitement ce qui se passe dans la Suisse française pendant les premiers temps qui suivirent mon départ ; jusqu’à l’amnistie de 1880 et à la rentrée des proscrits de la Commune, une véritable muraille de Chine continua à séparer la France de la Suisse. Les funérailles de Blanqui (5 janvier 1881), auxquelles je pris part, furent la première manifestation publique du prolétariat parisien, se ressaisissant après dix années d’un régime de compression à outrance. »

Les seuls contacts qu’il mentionne alors avec ses anciens amis de l’Internationale sont ceux qu’il eut dès 1878-1879 avec Adhémar Schwitzguébel, Pierre Kropotkine, Cafiero et Malatesta. Il avait déjà exposé cette rupture dans son « curriculum vitae » écrit en 1906 mais publié en 1931 dans La Révolution prolétarienne (n°116, 5 avril 1931, p. 18) :

« Quant au mouvement socialiste en France, outre que je n’aurais pu m’en occuper activement sans me faire expulser, le je trouvais étrangement dévoyé : plus d’Internationale, rien que de des chapelles s’excommuniant les unes les autres ; je ne pouvais m’intéresser aux guesdistes, malonistes, aux broussistes, etc. ; je me contentais de mes relations personnelles avec quelques amis, les frères Reclus, Lefrançais, Robin, Kropotkine, etc. En Suisse, il n’y avait plus rien : Schwitzguébel était devenu ou allait devenir secrétaire ouvrier romand et Spichiger était en Amérique avec plusieurs autres. »

Dans son ouvrage intitulé La fédération jurassienne (Lausanne, La Cité éditeur, 1971), Marianne Enckell abonde dans le sens d’une disparition de la Fédération jurassienne qui a coïncidé avec le départ de Guillaume (p. 136-137) :

« Leurs travaux auront peu d’écho, puisque la plupart des membres actifs de la Fédération jurassienne entrent en prison pour quelques semaines, en ce début d’automne 1877 : le chômage persiste, l’Internationale stagne, et les condamnations seront le coup de grâce. Les ressources s’épuisent, et le courage des militants ; Guillaume le premier est attiré par Paris, où ses qualités intellectuelles trouveront mieux à s’épanouir et où le mouvement socialiste lui parait plus prestigieux ; les divergences avec les partisans de l’insurrection et de la propagande par le fait ont aussi contribué à le lasser. Il quitte Neuchâtel en mai 1878 ; le Bulletin avait publié son dernier numéro à la fin mars, un nouveau comité fédéral avait été choisi à Saint-Imier et l’Avant-Garde, devenant publique, prenait la relève du Bulletin. Mais ce n’était qu’une survivance. »

La remarque de Guillaume sur les « chapelles » socialistes (1906) montre qu’il a rapidement changé d’avis sur le mouvement socialiste français et sur son devoir de socialiste qui l’appelait en France comme il l’expliquait à sa femme en 1877 et comme le souligne Marianne Enckell. La question de sa discrétion politique est centrale pour éviter l’expulsion par les autorités françaises.

Les activités politiques de Guillaume vues par la police française

D’après les rapports datés de 1879, Guillaume est toujours considéré comme impliqué dans la vie de la Fédération jurassienne. Ainsi, le 18 janvier 1879, un extrait de rapport signé d’un X. indique que « Guillaume assistait à la réunion secrète qui a eu lieu hier à Beau-Site. » Un rapport rédigé à La Chaux de Fonds le 4 mars 1879 mentionne aussi sa participation à une réunion des internationalistes :

« A la réunion tenue jeudi dernier par les socialistes de la Chaux de Fonds, Guillaume a lu deux lettres reçues de Russie, ainsi qu’un journal imprimé en langue de ce pays à Kiev, et dont la traduction, faite par Guillaume, donne de grands éloges aux auteurs de l’attentat commis sur le gouverneur Kachkov. Guillaume a dit que la propagande marchait par-là, d’une vitesse extraordinaire et qu’il espérait bien que d’ici à quelques mois la France imiterait l’exemple des Russes en se servant des armes pour effrayer les oppresseurs. »

Il paraît peu probable qu’il s’agisse de lui. Dans les « Annales » (fonds Georges-Emile Guillaume des AEN) qu’il a rédigées à Préfargier (à partir du 25 mai 1916), il mentionne pour l’année 1879 le fait qu’une amnistie partielle est votée le 3 mars et n’indique pas de déplacement à La Chaux-de-Fonds. C’est d’autant moins probable  car il est devenu, depuis le 10 février, secrétaire de rédaction du Dictionnaire de pédagogie, suite à la nomination de Ferdinand Buisson comme directeur de l’enseignement primaire. Le 11 septembre 1879, un rapport de Droz indique la surveillance d’un déjeuner entre Pindy et Guillaume, toujours à La Chaux-de-Fonds. Là encore, il semble y avoir méprise.

Un rapport daté du 24 février 1883 émis par le 1er bureau de la 2e Brigade de Recherches de la Préfecture de police montre que les activités de Guillaume sont désormais bien documentées et qu’il collabore avec Ferdinand Buisson : « Il est en relations suivies avec Mr Buisson, inspecteur général de l’Instruction Publique, dont la femme est Suissesse. » Bien que qualifié de « socialiste révolutionnaire », son attitude est jugée positivement : « On n’a recueilli que de bons renseignements sur sa probité et sa moralité. Guillaume a des habitudes régulières. Il sort peu et ne reçoit pas beaucoup de visites. » Après avoir vécu incognito (le rapport signale qu’il n’a pas été possible de découvrir ses adresses antérieures à 1880), la stratégie de mise à distance des anciens compagnons semble donc payer pour Guillaume qui n’éveille plus les soupçons. Une note du 1er bureau du Cabinet de la Préfecture de police datée du 17 octobre 1884 indique qu’il « vient à Paris, en 1879, et continua ses relations avec les groupes socialistes, sans toutefois faire trop de bruit autour de son nom. » Toutefois, sa conduite n’est pas considérée comme répréhensible :

« Le Né Guillaume, qui est rédacteur au « Révolté » et qui collabore à plusieurs autres feuilles socialistes, est un homme intelligent, érudit, travailleur, ayant une conduite régulière ne pouvant donner lieu à aucun reproche. Il est actuellement employé à la librairie Hachette et demeure rue du Val-de-Grâce, 9. »

C’est précisément en 1884 qu’il est admis à résidence et en 1889 il est naturalisé français ce qui lui fait perdre le statut de proscrit.

Pour la police, la correspondance qu’il entretient avec certains internationalistes est la preuve qu’il continue d’être actif politiquement. Il fait ainsi l’objet d’une vérification aux Sommiers judiciaires le 1er juin 1892 en raison d’une note du 8 avril précédent de la Direction de la sûreté générale adressée au Préfet de Police en lien avec la « correspondance anarchiste ». La note mentionne son départ pour la France en 1878 mais insiste sur le fait que son inactivité militante n’est qu’un leurre :

« Le compagnon Guillaume, quitte la Suisse dans le courant de l’année 1878, et fit cas de se retirer de la vie militante, mais ses correspondances secrètes avec les anarchistes de l’Europe entière n’ont jamais cessé. »

Toutefois, le rapport du 1er bureau de la 2e brigade de Recherches de la préfecture de police en date du 4 juin 1892 dresse le portrait d’un érudit, conforme à l’activité d’historien de Guillaume, qualifié d’ailleurs de « secrétaire particulier de Mr. Buisson » :

« Sa qualité de secrétaire de la « Revue Pédagogique » et les nombreuses relations qu’il a dans le monde des lettres font qu’il est en relations avec les savants de tous pays. Son érudition est connue ; il est notamment réputé comme faisant autorité en matière d’enseignement. C’est un matérialiste et ses opinions sont acquises au parti socialiste indépendant éclectique, mais de là aux théories anarchistes il y a loin et ce n’est pas ses relations d’antan avec Bakounine et ses correspondances actuelles avec les Kropotkine et Elisée Reclus qui peuvent faire supposer que c’est un adepte de l’anarchie. »

Il n’est donc plus inquiété pour ses opinions politiques et est considéré comme retiré de la vie politique. Ces informations confirment le constat fait par Marc Vuilleumier dans l’introduction citée d’une inactivité militante de Guillaume pendant les années 1890. La situation évolue à partir du début du XXème siècle.

Le retour en politique de James Guillaume

Il fait de nouveau l’objet de rapports de surveillance à partir de 1904 en raison de sa participation à l’Université populaire du XIVème arrondissement, de ses liens avec les étudiants russes après la révolution de 1905 et surtout de son engagement aux côtés de la Confédération générale du Travail. Le 17 février 1905, le commissaire de police, chef de la 3ème Brigade indique toutefois qu’il « […] se tient sur une grande réserve à son domicile au sujet de ses opinions politiques. » Toutefois, l’interception de sa correspondance le classe toujours dans la catégorie des « socialistes révolutionnaires. » Suite à une demande de septembre 1907 du département de police de Lausanne, la préfecture de police fait la réponse suivante le 12 octobre :

« Il n’est pas connu comme faisant partie de la Confédération générale du travail. Il professe vraisemblablement au point de vue politique, les mêmes opinions qu’autrefois mais pour ce qui est à présent son rôle de propagandiste à part sa collaboration qu’il [illisible] à certains organes de son parti s’est borné à faire quelques conférences dans des universités populaires. »

Le nom de Guillaume apparaît plus souvent dans des rapports d’avant-guerre en raison de ses liens avec la Bataille syndicaliste, organe officieux de la CGT dont son ami Descaves était le rédacteur en chef. Surtout, à partir de 1911, son activité semble démultipliée à la lecture de son dossier de surveillance. Un rapport signale sa participation le 24 octobre 1911 à une réunion au cours de laquelle il « fait de la propagande pour la Bataille syndicaliste ». Un rapport du 5 juin 1912 mentionne sa participation à une réunion organisée par le groupe du XIVème arrondissement des « Amis de la Bataille syndicaliste ». Le 5 octobre 1912, il participe à une conférence organisée par le Comité Intersyndical et les amis de la « Bataille syndicaliste » du XIVème arrondissement. Il est noté comme assistant le 13 octobre 1912 à une réunion organisée par la Ligue ouvrière pour la protection de l’enfance. Le 26 octobre, c’est à une réunion organisée par le groupe d’étudiants socialistes anarchistes qu’il est repéré et ses propos sont rapportés : « Les mots en terminaisons en isme ne signifient rien pour moi. Je n’ai pas de Patrie. Je n’ai pas d’opinions, je suis un but et mon idéal est précisément la possibilité d’atteindre ce but. » Après avoir critiqué le fait qu’Hervé ait adopté le parlementarisme, il insiste au contraire sur la grève générale d’après l’agent qui retranscrit ses propos :

« Guillaume déclare que la C.G.T seule a le droit de revendiquer le titre de Section Française de l’Internationale Ouvrière que le Parti Socialiste a accaparé. Quant à lui il se dit simplement internationaliste, c’est-à-dire qu’il ne reconnaît pas plus que les anarchistes l’idée de Patrie. Il ne veut pas admettre les différentes doctrines : socialiste, syndicaliste, anarchiste, antipatriote, car il constate que toutes ont le même but : l’émancipation de la classe ouvrière par la révolution sociale qui donnera aux prolétaires les moyens de production en les arrachant au capitalisme. »

Ce sont ses activités de propagandiste lié à la C.G.T qui suscite la surveillance de la police. Le 26 février 1913, au cours d’une réunion organisée par la section du IVème arrondissement de la « Jeunesse syndicaliste du bâtiment », il donne une conférence sur l’Internationale. Le 31 juillet de cette même année, il participe à une réunion organisée par le groupe des « Amis de la Bataille Syndicaliste » du XIVème arrondissement. Le 8 avril 1914, il est présent à une réunion organisée par la jeunesse syndicaliste du XVIIème arrondissement. Le 16 avril 1914, il est présent lors d’une réunion organisée pour la fondation du « Cercle Syndicaliste d’Etudes du XIVème arrondissement. » Sa dernière conférence qui soit documentée date du 23 mai 1914 et est liée à la réunion commémorative du centenaire de la naissance de Bakounine par les groupes russes, « La liberté ouvrière » et le « Groupe anarchiste communiste russe de Paris. »

Hypothèses sur une sortie de l’exil politique

La biographie rédigée par Nettlau en 1935 pour le Freie Arbeiter Stimme de New-York apporte quelques informations complémentaires pour expliquer cette retraite politique et les causes du retour de Guillaume au militantisme. En mai 1878, James Guillaume avait démissionné de l’AIT car depuis la loi Dufaure de 1872, l’appartenance à l’Internationale ouvrière était interdite. Cette répression des internationalistes a poussé Guillaume à la prudence. Nettlau indique ensuite qu’en 1879, lorsque Cafiero et Malatesta vinrent le visiter ils furent reçus froidement et Guillaume débuta ainsi des années de solitude vis-à-vis de ses anciens compagnons. L’historien allemand, s’appuyant sur les dires d’Elisée Reclus, indique que le « vieil internationaliste » disparut alors jusqu’en 1901-1902. Nous pouvons poser l’hypothèse que les décès de sa fille cadette en 1897 puis de sa femme le 26 décembre 1901 expliquent la volonté de Guillaume de s’investir de nouveau dans l’action politique. Voici comment, 4 ans après la mort de sa femme, il conclut son « curriculum vitae » destiné à Fritz Brupbacher :

« Ma fille cadette, Marguerite, avait commencé à languir vers 1895. Pendant deux ans sa santé, s’affaiblissant toujours, me jeta dans une angoisse croissante, qui exerça sur mes nerfs une action funeste. En novembre 1897 elle mourut (un mois après le mariage de sa sœur), et je voulus mourir aussi : une atroce douleur faillit me faire perdre la raison, et pendant deux ans, que je passai loin de Paris, je fus incapable de tout travail. Revenu à Paris dans l’été de 1899, je recommençai à travailler ; mais alors ma femme tomba malade à son tour, et languit deux ans avant de mourir, en décembre 1901. Depuis ce moment, je me survis, et je tâche d’employer pour l’utilité commune les jours qui me sont à charge : une activité fiévreuse me permet seule d’échapper au vide de mon existence. »

La vie privée de Guillaume a eu un impact réel sur sa vie professionnelle puisqu’après le décès de sa fille, il cesse de travailler pendant deux ans. Cela correspond à l’arrêt de la rubrique « Courrier de l’extérieur » qu’il rédigeait dans la Revue pédagogique. Il cesse aussi d’en être le secrétaire de rédaction. De même, alors qu’il publiait régulièrement des articles dans La Révolution française d’Aulard, il ne publie rien en 1898. Il arrête d’être secrétaire général adjoint de cette publication en 1912. Depuis 1911, il publie plutôt ses articles d’histoire de la Révolution française dans la Bataille syndicaliste.

Dans sa biographie Max Nettlau indique que Guillaume était demeuré totalement invisible pour ses anciens compagnons pendant 25 ans jusqu’à ce qu’il réapparaisse en 1903. Pour l’historien allemand, qui a fréquenté et largement correspondu avec Guillaume, jusqu’à la rupture en 1913, la vie de ce dernier a connu un tournant lorsqu’il vit une pensionnaire à Rosevilla, la pension de ses sœurs où il s’était retiré après la mort de sa femme, lire la traduction allemande des Mémoires de Kropotkine. Pour Nettlau, cet événement fit réapparaitre l’ancien Guillaume qui se mit à travailler frénétiquement jusqu’à ce que la maladie l’atteigne en 1915 et qu’il parte s’exiler en Suisse pour mourir. La Suisse était devenue le pays de son exil où il se retirait après les drames familiaux qui le frappèrent. Nettlau indique qu’il se mit alors à rectifier le texte de Kropotkine, ce qui permet de poser une deuxième hypothèse sur le « retour » de Guillaume.

Non seulement il se réfugia dans le travail et l’engagement pour « se survivre » comme il l’écrivit en 1906, mais il endossa alors le rôle de gardien de la mémoire des membres de l’Internationale, de la Fédération jurassienne, mais aussi de la Commune de Paris. Guillaume envisagea alors de mettre son expertise d’historien au service de l’Internationale. Dans le même temps, la découverte du syndicalisme français, et les liens qu’il noua avec Descaves aboutirent au constat chez lui que la C.G.T représentait la continuation de l’AIT et, qu’à ce titre, il devait diffuser auprès des syndicalistes le souvenir de l’Internationale. L’aboutissement de ce projet est la publication entre 1905 et 1910 de L’Internationale. Documents et souvenirs comme Guillaume l’explique lui-même dans la préface parue en 1905 :

Volume I, préface, p. V :

« Quelques mots seulement pour expliquer l’origine et le contenu de la présente publication. Au cours de voyages faits en 1903 et 1904 dans le Jura neuchâtelois et bernois (Suisse française) pour y revoir mes vieux camarades et faire la connaissance des militants de la nouvelle génération. J’avais dû constater que le véritable caractère du grand mouvement socialiste dont l’Internationale a été l’expression était généralement inconnu ou méconnu aujourd’hui, dans le pays même qui fut le théâtre d’une partie considérable de ce mouvement. Je crus qu’il pourrait être utile d’attirer l’attention des jeunes, dans la Suisse française. »

Celui qui signait ses articles du pseudonyme « Le vieux de la vieille » prend la décision d’être un passeur de la mémoire de l’AIT auprès des jeunes générations. Cette volonté se retrouve dans sa participation aux Universités populaires et dans ses liens noués avec Marie Goldsmith et les « étudiants russes » pour citer les rapports de police.

Dans le portrait que Fritz Brupbacher dresse de Guillaume pour le numéro de la Vie ouvrière consacré en 1914 aux 70 ans de ce dernier, la fin de l’engagement politique de l’exilé était liée à l’évolution même du mouvement socialiste français (p. 203) :

« Quant à la propagande, il ne pouvait plus en être question. La guerre la Commune avaient fait au mouvement internationaliste des blessures presque mortelles. – Pour autant que la classe ouvrière montrât une activité quelconque, c’était en un tout autre sens que celui des anciens internationaux. La réaction venue, et la conscience des travailleurs paralysée par les coups du destin, l’idée d’une action indirecte et parlementaire s’était provisoirement substituée à l’idée de l’action directe du prolétariat. La vieille pensée internationaliste n’aurait pas pu germer dans cette terre ingrate. – Guillaume en outre était étranger : toute propagande aurait rendu la vie impossible et le pain introuvable en France aussi à celui que sa patrie avait chassé déjà. »

En défenseur du syndicalisme révolutionnaire, Brupbacher fait un parallèle entre le développement de ce mouvement et le « réveil » de James Guillaume (p. 205-206) :

« Par la fusion des unes et des autres naquit en 1895 la Confédération Générale du Travail, qui s’est placée en majorité depuis 1904 sur le terrain du Syndicalisme Révolutionnaire : – et ce Syndicalisme Révolutionnaire, ce n’est pas autre chose que le phénix de la vieille Internationale fédéraliste, ressurgissant de ses cendres ! James Guillaume a donc pu assister au réveil des idées pour lesquelles il avait combattu pendant la partie la plus extérieurement active de sa vie. Aussitôt, il est redevenu un jeune homme, et depuis il combat avec les jeunes et comme le plus jeune d’entre eux … Il combat comme un jeune homme, et en même temps, il nous apporte la riche expérience de nos frères morts. Par les quatre volumes de son inépuisable Internationale, parus entre 1905 et 1910, il nous a distribué un trésor de théorie et de pratique révolutionnaires : par la publication des écrits de Bakounine et de Schwitzguébel, à laquelle il a donné tant de soins merveilleux, il nous a introduits dans la pensée de deux de nos plus utiles précurseurs. »

La vision de Nettlau, qui s’était brouillé avec Guillaume, est beaucoup plus pessimiste lorsqu’il explique que l’activité débordante de Guillaume fut en échec qui s’explique par la coupure de ce dernier d’avec le mouvement ouvrier, ceci pendant 25 ans. Il fait le portrait pathétique d’un Guillaume exploité en tant que traducteur, auteur d’articles, etc. ce qui rejoint toutefois sa propre volonté de se survivre par une activité débordante. Cette hyperactivité aux côtés de la CGT est perçue par Nettlau comme un leurre, une sorte d’exil intérieur et un refus d’affronter la réalité du monde puisqu’il affirme que la guerre a pris Guillaume par surprise et lui fut moralement, et physiquement fatale.

Bien qu’il soit retiré en Suisse, un rapport du service des renseignements généraux est rédigé le 9 septembre 1916 en raison d’une demande du 2ème bureau SCR de l’État-major des armées. Celle-ci a été motivée par l’interception du courrier de Guillaume qui arrive à son domicile avant de lui être réexpédié en Suisse et qui contenait un journal anarchiste américain. Le rapport indique que son état de santé semble s’être brusquement dégradé avec le déclenchement de la guerre, d’après l’enquête de voisinage :

« À l’ancien domicile de Guillaume, 164 boulevard du Montparnasse, on apprend que depuis l’ouverture des hostilités, celui-ci paraissait ne pas jouir de la plénitude de ses facultés mentales. »

Alors qu’il est hospitalisé à Préfargier, près de Marin (Suisse), James Guillaume écrit à Pindy son vieil ami et ancien communard resté en Suisse. Deux lettres conservées à la bibliothèque de la Chaux-de-Fonds et datées d’octobre illustrent l’état de dépression dans lequel la guerre l’a plongé :

Lettre du 5 octobre 1915 :

« Que penses-tu de la guerre et de son issue ? C’est chose épouvantable que tous ces massacres ! La Semaine sanglante, de si triste mémoire, n’était que peu de choses en comparaison. J’ai peur que tout ce sang n’aboutisse qu’à une situation toujours plus mauvaise. »

Lettre du 23 octobre 1915 :

« Mon cher ami, reçu ta lettre du 20. Tu m’y dis que tu es persuadé que ma maladie est le résultat du surmenage, et que je guérirai. Hélas ! tu te trompes. Mon mal est une maladie organique du cerveau, qui ne pardonne pas ; et je ne rentrerai jamais dans la société des hommes [illisible]. Je ne m’en intéresse pas moins – en attendant la fin de ma misérable existence – à ce qui se passe. – Est-ce qu’il y a, à la Chaux-de-Fonds, quelques symptômes pouvant faire espérer un meilleur avenir pour la classe ouvrière ? La C.G.T., en France, me semble bien malade. Mais elle peut, elle doit guérir et se relever, – tandis que moi je ne guérirai pas. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *