Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris

La tentation de l’exil (1871)

James Guillaume a envisagé de partir à Paris dès février 1871, ceci à l’invitation de Ferdinand Buisson.

Lettre à sa sœur Emilie du 27 février 1871 (AEN)

« Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années. »

Il a évoqué cet épisode dans L’Internationale. Documents et souvenirs et le retour de Buisson à Neuchâtel en février 1871 :

Volume II, troisième partie, chapitre VI, p. 127 :

« Dans la seconde moitié de février, F. Buisson arriva de Paris et passa deux ou trois jours à Neuchâtel. Je le vis chez mes parents, et je déjeunai un jour chez lui : il me donna des nouvelles de la plupart des militants de l’Internationale, qu’il avait appris à connaître ; il s’était trouvé à la manifestation du 22 janvier, dans les rangs d’un bataillon des Batignolles, avec Varlin et Malon ; il avait fondé, dans le 17e arrondissement, sous le patronage de la municipalité, un orphelinat où avaient été recueillis pendant le siège un certain nombre d’enfants ; il cherchait un collaborateur pour cette œuvre d’enseignement populaire, et il me proposa d’entrer dans l’établissement comme instituteur pour y travailler à ses côtés à la grande cause de l’émancipation du peuple par l’éducation. Il parlait avec une chaleur d’apôtre, évoquant le souvenir de Pestalozzi à Stanz ; son enthousiasme me gagna, et l’idée d’aller à Paris, au foyer de l’action révolutionnaire, me joindre aux amis qui travaillaient infatigables, à donner à l’Internationale une organisation solide, me souriait. J’acceptai donc la proposition. Nous devions partir le soir même ; et il était entendu que le mois suivant, après avoir achevé l’installation définitive de l’orphelinat, nous reviendrons l’un et l’autre à Neuchâtel chercher notre famille. Ma femme, bien qu’un peu émue à la pensée de me voir entrer dans la fournaise parisienne, n’avait pas dit non. Quant à l’imprimerie, on ferait revenir de Paris mon frère, qui y était resté pendant le siège et y avait servi successivement comme franc-tireur et comme garde national, et il en reprendrait la direction. J’allai sur-le-champ à la banque Pury et Cie, où l’imprimerie avait un compte-courant, prendre une somme de trois cents francs, et à la chancellerie d’Etat me faire faire un passeport. Mais à mon retour chez mes parents, tout était changé : dans l’intervalle, mon père, qui voyait mon projet de mauvais œil, et que mon départ précipité allait mettre dans l’embarras, avait parlé à Buisson, et celui-ci, à sa demande, avait consenti à modifier son plan. Il me déclara donc que, réflexion faite, il trouvait plus sage d’attendre encore : ma présence n’était pas indispensable en ce moment, et il vaudrait mieux remettre mon départ au mois suivant ; je pourrais alors emmener avec moi ma famille, au lieu d’être obligé de revenir la chercher. Je n’avais qu’à m’incliner devant sa décision ; et il partit seul, par Bâle. Je m’étais trouvé, ce jour-là, à l’un de ces tournants de la destinée qui décident de tout un avenir : si j’avais accompagné Buisson à Paris, j’aurais été mêlé aux événements de la Commune, et j’eusse peut-être partagé le sort de mon ami Varlin et de tant d’autres. »

Les motivations de l’exil (1877)

Alors que Guillaume purge une peine de 40 jours à la prison de Courtelary suite à l’affaire dite du drapeau rouge de Berne (18 mars 1877), il informe sa femme de sa volonté de s’exiler alors qu’il a déjà commencé à travailler pour le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire dirigé par Ferdinand Buisson :

Lettre du 18 octobre 1877 à sa femme (AEN)

« Je bûche de mon mieux ; mais cette besogne Buisson est véritablement ingrate ; je peux y perdre de longues heures sans avoir rien produit, et d’autres fois, quand j’ai passé une journée à écrire de longs articles, je suis tourmenté de l’idée que ce n’est pas rédigé comme on le voudrait, qu’on me biffera ça et que j’aurais perdu ma peine. Combien j’aimerais mieux avoir à faire une traduction ! M. Humbert ne m’a encore rien envoyé, mais ça viendra – Je ne renonce pas à mon idée d’aller à Paris, tout au contraire ; plus j’examine la question, plus je vois que c’est le seul parti à prendre. Quand je serai sorti de prison, nous causerons de cela sérieusement. Du reste, je t’ai déjà dit tous mes motifs ; je n’en ai pas de nouveaux ; mais ces motifs me paraissent de plus en plus péremptoires. »

Ferdinand Buisson a confirmé dans le numéro de la Vie ouvrière consacré aux 70 ans de James Guillaume (1914) qu’il lui a proposé de travailler pour le Dictionnaire de pédagogie au printemps 1877 :

« C’est à James Guillaume que j’ai dû de pouvoir publier, il y a trente ans, un ouvrage qui, à cette époque, apportait à la France un véritable trésor de documents et de matériaux pour l’œuvre scolaire que la République allait entreprendre. […] Je savais que l’on pouvait demander tout cela et autre chose encore, à cet homme que ses ardentes convictions sociales n’empêchaient pas d’être le plus scrupuleux et le plus intègre des érudits. Je lui proposai, au lendemain du Seize-Mai, de se donner tout entier à ce travail de bénédictin. Il vint à Paris et pendant une dizaine d’années consacra le meilleur de son temps et de ses forces à créer pour la pédagogie française un outillage qui lui manquait ».

Dans l’hommage que Buisson publie dans La Révolution française après la mort de Guillaume (janvier-février 1917, n° 31-32), il confirme cette chronologie :

« En 1877, à la suite de mes rapports sur les expositions de Vienne et de Philadelphie, je proposai à la librairie Hachette la publication d’un grand Dictionnaire de pédagogie. C’était un travail considérable et de longue haleine. Pour m’aider à le mener à bonne fin, je songeai à James Guillaume, dont je savais l’instruction étendue autant que profonde et dont j’avais bien des fois entendu louer, même par ses plus violents adversaires politiques, le noble caractère, la probité d’esprit, le savoir solide, les merveilleuses facultés de travail. Je lui demandai s’il voudrait venir à Paris travailler avec moi comme secrétaire de la rédaction du Dictionnaire. Il accepta, et ainsi commencèrent nos longues années de collaboration. »

Dans une autre lettre à sa femme, Guillaume détaille les motifs qui le poussent à partir, outre son engagement dans la rédaction du Dictionnaire de pédagogie :

Lettre du 31 octobre 1877 (AEN) :

« – Je pense, d’abord, qu’il m’est impossible de continuer à vivre à Neuchâtel ; je n’y trouverai point de travail. C’est la question du pain, en tout premier lieu, qui me pousse à Paris. Il y a 2 autres questions encore, dont je ne te parle qu’en passant, parce qu’elles ne te paraissent rien, tandis que pour moi, elles ont, comme tu sais, beaucoup de valeur : 1° mon développement intellectuel ; à Neuchâtel, j’étouffe et je m’abrutis, je ne fais pas de mes facultés l’usage que je dois en faire ; 2° mon devoir comme socialiste. » […]

Toujours dans la même lettre, Guillaume s’inquiète de la possibilité de son exil :

« J’ai prié Edouard de faire deux choses : 1° de charger mon père de s’informer à Paris (en y écrivant en sa qualité de directeur de police) s’il existe une condamnation contre M. James Guillaume, citoyen suisse ; – veuille me dire si Edouard a fait cette commission à mon père, et si celui-ci consent à faire cela ; – naturellement il ne doit pas faire la chose en mon nom, mais comme si c’était la police elle-même qui s’informait de moi ; 2° de voir M. Buisson de ma part, et de lui demander ce qu’il pense de mon idée d’aller m’établir à Paris. Si rien ne s’y oppose, j’ai le projet d’aller faire un voyage à Paris avant le Nouvel-An ; j’y resterai 8 à 15 jours pour bien examiner le terrain ; et c’est seulement après ce voyage que nous pourrions prendre une résolution définitive. Je dis avant le Nouvel An, parce que c’est à ce moment que l’on traite le plus d’affaires. Edouard m’a fortement engagé à faire cela. »

Il indique ensuite les motifs d’éventuelles difficultés avec la police française :

4 novembre 1877 (AEN) :

« De Paris, nous parlerons à mon retour. Quant aux détails que demande mon père sur ma condamnation possible en France, je serai fort embarrassé de le renseigner ; car c’est précisément le point que j’ignore moi-même ; je désire savoir 1° si j’ai été condamné ; et 2° en cas d’affirmative, quand, où et pourquoi j’ai été condamné. – S’il y a quelque chose, je suppose que ça pu être sous l’Empire, en 1869 ou 1870, à supposer qu’on m’ait impliqué dans un des procès de l’Internationale à Lyon, où on avait saisi des lettres de moi ; ce peut avoir aussi été aussi pour le mouvement insurrectionnel du 28 septembre 1870 à Lyon (si on a, ce que j’ignore, trouvé des lettres de moi relatives à cette affaire) ; ou peut-être à l’occasion de la Commune de Paris. – Mais ce n’est justement pas ainsi que la question doit être posée ; il faudrait, au contraire, demander d’une façon générale si j’ai subi une condamnation quelconque en France, sans indiquer qu’il s’agit d’un délit politique, et en laissant supposer qu’on prend des informations sur un voleur ou un criminel quelconque. – Il me semble que la manière en laquelle il faut procéder consiste à demander mon casier judiciaire ; je sais que tous les Français en ont un ; j’ignore si on en dresse aussi pour les étrangers qui subissent une condamnation. Ces demandes de casier judiciaire se font à chaque instant. »

S’exiler en déjouant la surveillance française

La prudence de Guillaume est justifiée à la lecture des rapports de surveillance de la police française conservés aux archives de la Préfecture de police (dossier B A/1111). L’affaire du drapeau rouge de Berne est consignée dans un rapport daté du 20 mars. Un rapport du 24 janvier 1878 rédigé à Saint-Imier indique les noms des 7 personnes, dont James Guillaume, qui sont « la véritable administration supérieure de la fédération. »  Le 13 avril est rédigée de nouveau une synthèse de des activités de Guillaume (7 pages) à Lyon. Surtout, comme le supposait Guillaume, ce dernier rapport mentionne ses liens avec les internationaux de Lyon auxquels il avait adressé une lettre le 5 mai 1870.

Dans L’Internationale. Documents et souvenirs, volume II, sixième partie, Guillaume donne des détails sur son projet de départ lorsqu’il évoque l’affaire Costa et l’arrestation de ce dernier par la police française (p. 321-322) :

« Costa était toujours à Paris, où, après sa journée de travail (il avait trouvé une occupation comme garçon de magasin), il faisait de la propagande dans quelques milieux ouvriers. Mais ces allures l’avaient fait remarquer, on le surveillait, et son exubérance pouvait devenir compromettante non seulement pour lui, mais pour ceux qu’il fréquentait. De Paris, on écrivit au Comité de la Fédération française pour se plaindre : Pindy et Brousse exhortèrent, par lettres, Costa à plus de prudence : et, comme ils n’obtenaient rien, ils me demandèrent d’intervenir : j’écrivis donc à mon tour à Costa pour lui donner les mêmes conseils. Mais la conduite inconsidérée de Costa avait déjà produit les résultats que nous redoutions : le 22 mars au matin, il était arrêté, et en même temps que lui on emprisonnait un certain nombre de membres de l’Internationale parisienne. Outre le mal que firent ces arrestations, en désorganisant les groupes de propagandistes, il y avait là, pour moi personnellement, un fâcheux contretemps : car si ma lettre à Costa avait été saisie chez lui, j’allais me trouver mêlé à son procès, et il eût été fort imprudent de ma rendre à Paris dans ces conditions. Or, justement, j’avais compté partir au commencement d’avril : et au dernier moment, je me voyais forcé d’ajourner l’exécution de mon projet. »

Un rapport non daté de la préfecture de police et lié à l’affaire dite « des Internationalistes » fait justement mention d’une lettre de Guillaume parmi les papiers saisis chez Costa au moment de son arrestation. Dans une note (n°2 p 321), il évoque aussi l’arrestation de Nabruzzi sans en avoir la confirmation, or un rapport de la police française aussi lié à « l’Affaire dite des Internationalistes » mentionne un télégramme de Guillaume du 2 mars 1878 qui a été trouvé dans les papiers saisis au domicile de Nabruzzi.

Toujours dans L’Internationale, Guillaume explique les raisons de son départ malgré l’imminence du procès Costa (p. 324) :

« Cependant le mois d’avril arrivait à sa fin : il m’était impossible de différer plus longtemps mon départ pour Paris, sous peine, m’écrivait-on, de perdre le travail de compilation et de traduction dont j’avais été chargé par une maison d’édition. Je me décidais donc à aller m’assurer par moi-même si je pourrais séjourner en France sans être expulsé ou arrêté, et si, en outre, je trouverais dans le milieu parisien des moyens réguliers d’existence. Je partis, seul, le 1er mai 1878, le jour même de l’ouverture de l’Exposition universelle ; ma femme devait me rejoindre un peu plus tard avec notre enfant, si la situation, après examen, me paraissait tenable. Mes premières impressions, à Paris, furent optimistes : je n’y arrivais point fatigué et découragé, mais, au contraire, plein d’ardeur au travail et résolu à me consacrer à des recherches, qui m’attiraient depuis longtemps, sur l’histoire de l’instruction publique pendant la Révolution française. »

Il ne pouvait différer plus longtemps car il fut chargé d’aller visiter l’exposition universelle pour y faire un rapport (lettre à sa femme du 10 mai 1878, AEN) :

« Quand j’irai à l’exposition, ce sera pour prendre des notes sur l’organisation scolaire de certains pays, tels que l’Australie, par ex. – Mais on ne m’en a pas encore reparlé. »

L’arrivée à Paris, entre excitation et crainte

Malgré la menace que représente le procès Costa, Guillaume décide donc de partir le 1er mai et arrive le 2 mai à Paris. Il fait alors preuve de prudence, notamment lorsqu’il fait expédier une malle de livres, comme il l’explique à sa mère dans une lettre du 3 mai 1878 (AEN)

« La caisse n’était pas à mon adresse, la lettre de voiture était adressée au nom de Gertrude toute seule, ainsi : Mme Gertrude Guillaume von Schlack, avenue de Villiers, 45. En outre, ce n’est pas moi qui ai signé la lettre de voiture comme expéditeur ; c’est Elise. Elle a signé ainsi : Elise Guillaume-Golay. »

Jusqu’à l’issue du procès, Guillaume vit dans l’angoisse d’être mis en cause comme l’attestent plusieurs lettres. Même après avoir été soulagé de l’issue du procès, il doit continuer de faire preuve de prudence, notamment lors de l’arrivée de sa femme et de sa fille, le 11 juin 1878 :

Lettre à sa femme du 3 mai 1878 (AEN) :

« Je sors de chez M. Buisson. Ses propositions, sans être brillantes, sont acceptables. »

« M. Buisson m’a dit qu’il croyait que je ne serais nullement inquiété ici, pourvu que je ne mêle de rien. – Je voulais aller aujourd’hui chez l’avocat ; mais j’ai vu dans les journaux de ce matin que le procès se juge aujourd’hui même. Je saurai donc demain à quoi m’en tenir. »

« Demain donc, je saurai quelque chose de définitif, et je suis presque entièrement sûr que l’affaire ira bien et que tu pourras venir. »

« Les mots me manquent pour t’exprimer combien Paris me plait. Je suis sûr que toi aussi tu en seras dans le ravissement. Le ton, les manières, tout enfin m’agrée et me va au cœur. Je me sens dans ma vraie patrie. »

Lettre du 5 mai à sa femme (AEN) :

« L’affaire C. est terminée par une condamnation à 2 ans de prison. J’ai lu soigneusement le compte-rendu des débats, qui m’a rassuré. Je crois que ma position ici est entièrement sûre. Peut-être ferai-je une visite pour m’informer plus en détails ; mais cela me paraît presque superflu. Ainsi, ma chérie, prépare tout pour le grand départ. »

Lettre du 31 mai 1878 à sa femme (AEN) :

« Très important. Je vois à l’instant, par ta lettre, que tu as déjà emballé tous mes livres. Tant pis, car je vais te les faire déballer, voici pourquoi. J’ai appris hier que mon Louis Blanc, Histoire de la Révolution, ne peut pas entrer en France, parce que c’est une contrefaçon belge ; on le saisirait en visitant les caisses (on les visite à Paris même, avant de les livrer, au ministère de l’intérieur, en votre présence ; j’ai déjà dû y aller pour une première caisse, et j’ai vu avec quelle rigueur cela se pratique.) – La saisie ne serait rien, mais c’est la surveillance de la police dont je serais l’objet ensuite ; même ce seul fait pourrait entraîner mon expulsion. Ainsi, cherche Louis Blanc (13 ou 14 vo. Reliés) et sors-le ; laisse-le à Neuchâtel ; je le regrette, mais il le faut. Cherche aussi Michelet, Histoire de France, 7 ou 8 volumes, brochés, couverture vert-jaune ; c’est également une contrefaçon, qui doit rester en Suisse. »

2 juin 1878, lettre à sa femme (AEN) :

« Quand tu feras les lettres de voiture, je te prie de faire l’adresse à ton nom et pas au mien ; c’est une petite précaution, utile surtout pour les caisses de livres. L’adresse sera ainsi : Mme Guillaume, 147, boulevard St Michel, Paris. »

« Ne traite pas à la légère ce que je t’ai dit touchant les contrefaçons (Louis Blanc, Michelet, et peut-être une ou deux de mes partitions, éditions Peters ou Litolff), il faut absolument que tu les enlèves de mes caisses de livres. – Maintenant, il y a un moyen : les bagages des voyageurs contenant des effets, et non spécifiés comme contenant exclusivement des livres, ne vont pas au ministère de l’intérieur pour la visite des livres ; ce sont seulement les douaniers à Pontarlier et les employés de l’octroi à Paris, qui vous visitent vos malles. Cette visite se fait superficiellement ; on ne regarde pas le contenu des livres, ni surtout le nom de la ville où ils sont imprimés. Il serait donc possible que toi et Gertrude vous emportiez dans vos malles Louis Blanc (pas Michelet, parce qu’il est incomplet, je n’en veux pas) de même que celle ou celles des partitions qui sont de la contrefaçon. C’est un coup à risquer : si le hasard veut que vous soyez visitées par un douanier lettré (!!!), il pourra s’apercevoir de la chose, et alors il confisquera les livres ; mais vous n’aurez pas d’autres désagréments. »

La police tente de le repérer après son arrivée

James Guillaume se dit soulagé dès le 5 mai alors que la police française tente de le retrouver pour l’expulser. Le 15 juin, soit 4 jours seulement après l’arrivée de sa femme et de sa fille, un extrait de rapport signale que Guillaume a été vu à Paris « en compagnie d’un délégué allemand. » L’agent résidant à Londres et signant du chiffre « 13 » fait le 12 juillet suivant un rapport comportant l’indication suivante : « Je vous signale la présence à Paris de James Guillaume de Neuchâtel, on dit qu’il a l’intention de s’y fixer. Je ne puis vous donner son adresse, mais j’aurai à revenir sur le sujet. Vous savez que Guillaume est très intelligent, très instruit et très actif. »

En conséquence, le 14 juillet, une note est envoyée à l’officier Lombard pour qu’il engage des recherches. La 4e brigade des recherches de la police municipale sollicite le bureau des garnis pour tenter de le localiser, mais sans succès (16/07/1878). Guillaume a déjà loué l’appartement du 147 boulevard Saint-Michel à ce moment-là après avoir résidé à l’hôtel Médicis, rue Monsieur le Prince et chez son frère avenue de Villiers. L’officier Lombard conclut à l’échec des recherches le 30 juillet. Celles-ci sont toutefois relancées le 5 août lorsque l’agent Labore le croise par hasard au Luxembourg avant de le perdre ensuite dans la foule :

« Il doit exister chez vous, un dossier de Guillaume que j’ai aidé en grande partie à établir en 1872, 73 et 74, ainsi que son signalement et si je ne me trompe son portrait photographié. »

Cet agent rédige le lendemain (06/08/1878) une nouvelle note dans laquelle il insiste sur la nécessité de sa localisation car il doit être porteur des adresses de nombreux proscrits tels que Pindy, Elie Reclus, André Léo, Lefrançais, etc. Labore le considère comme le « pontife » des anarchistes dans son rapport. Cela entraîne le 7 août la rédaction d’une nouvelle note adressée à Lombard avec mention « Urgent et recommandé. » Une recherche par le bureau des garnis est de nouveau infructueuse (17/08/1878), la police ne parvenant toujours pas à localiser Guillaume. L’officier de paix, Lombard, conclut le 12 septembre au fait que celui-ci n’a pas eu d’activité politique et suppose qu’il est juste venu pour visiter l’exposition universelle.

Une note du 15 décembre 1879 destinée au Chef de la police municipale indique cependant qu’il aurait été vu dans le quartier de l’Odéon. Là encore, une recherche effectuée par le bureau des garnis est infructueuse (06/01/1880). L’agent Labore qui l’avait déjà repéré en 1878 fait un rapport le 16 février suivant dans lequel il explique que : « C’est un homme fort dangereux dont la présence à Paris doit cacher un projet quelconque au point de vue socialiste révolutionnaire. »

Témoignages sur la perception de l’exil par Guillaume

Une lettre Guillaume à ses parents du 20 juin 1880, est l’occasion pour lui de faire un retour sur cette période particulière que fut le départ et l’installation dans cette ville inconnue qu’était alors Paris :

Lettre à ses parents du 20 juin 1880 (AEN)

« J’aurais beaucoup de choses à vous raconter, si cela vous intéressait, sur mes travaux actuels, sur les gens que je fréquente et avec qui je travaille, sur les choses curieuses que je vois et entends relativement à la politique française et particulièrement à l’instruction publique ; mais vous êtes, je crois, trop enfermés dans votre horizon suisse pour qu’un monde aussi étranger excite votre intérêt. Il faut pourtant que je vous communique une réflexion qui me revient à chaque instant : j’avais tant entendu dire qu’il était énormément difficile de percer à Paris et de s’y créer un travail de plume suivi et permettant de vivre, que c’était avec la plus grande inquiétude que j’y suis venu : j’avais d’ailleurs contre moi mes opinions et tous mes actes des dix dernières années. Eh bien, j’ai vu qu’au contraire il y est infiniment plus facile qu’en Suisse d’y trouver besogne, considération et indépendance relative : il ne faut qu’être sérieux, ponctuel, travailleur, et posséder un certain bagage de connaissances solides. Un homme pouvant faire ce que je suis capable de faire, aurait cent fois crevé de faim en Suisse, ou du moins aurait été mis à l’index par tous les dirigeants des divers partis politiques ; tandis qu’ici – abstraction faite de la police qui me chicanerait si je me mêlais ostensiblement de politique, – personne ne me demande compte de mes opinions, et je ne trouve, parmi les personnages officiels, les littérateurs, les éditeurs, qu’accueil courtois et bienveillant et, ce qui vaut mieux, offres de travail qui marquent l’estime que j’ai très promptement réussi à conquérir. »

Enfin, dans le « curriculum vitae » qu’il rédige en 1906 et qui fut publié en 1931 dans la Révolution prolétarienne, il revient sur cette période particulière de sa vie :

P. 18 :

« La raison qui me fit quitter la Suisse, c’est qu’au bout de quelques années je me trouvai avoir perdu successivement toutes mes leçons particulières, sans pouvoir plus en trouver ; que l’éditeur de Berne pour qui j’avais traduit successivement trois romans de 1875 à 1877, ne m’en donna plus à traduire ; que d’autre part, ayant renoué des relations avec F. Buisson, j’étais devenu, en 1877, collaborateur de son Dictionnaire de pédagogie publié chez Hachette, et qu’il me pressa d’aller à Paris, où ma collaboration serait plus facile (je collaborais aussi, depuis 1877, grâce à Kropotkine, à un Dictionnaire géographique anglais publié à Londres). J’allais donc à Paris en mai 1878 (la Fédération jurassienne était déjà bien malade, et le Bulletin avait dû suspendre sa publication à la fin de mars 1878), voir si je pourrais y trouver des moyens d’existence ; au bout d’un mois ma décision était prise, et je fis venir ma femme et mon enfant ; j’avais trouvé assez de travail de librairie pour pouvoir vivre modestement. Il fallut d’abord vivre dans un demi-incognito, pour n’être pas expulsé (l’amnistie n’eut lieu que trois ans plus tard). »

La comparaison de ces deux témoignages permet de conclure au fait que Guillaume est traversé de sentiments contradictoires : la satisfaction de la reconnaissance intellectuelle mais aussi le passage de l’engagement qui était le sien au sein de la Fédération jurassienne à ce « demi-incognito » entraîné par la peur de l’expulsion.


2 réflexions au sujet de « Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris »

  1. Ping : James Guillaume et Paul Robin | James Guillaume

  2. Ping : James Guillaume familier de Ferdinand Buisson | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *