« L’éducation et la Bible » par André Léo dans l’Almanach du peuple pour 1872

1872-couv1872-4e couv

Exemplaire conservé à la Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds (Suisse).

Almanach du peuple pour 1872. 2e année. Articles par A. Schwitzguébel, M. Bakounine, André Léo, G. Lefrançais, B. Malon. Deuxième édition. Saint-Imier, Propagande socialiste.

L’éducation et la Bible (p. 22-26)

« Supposons un homme élevé par ses parents dans un lieu désert, avec peu de livres, ayant étudié surtout la nature et les sciences exactes. Il sait comment se fait la pluie, d’où vient le tonnerre, combien de milliers d’années la terre a mis à se former, combien elle a produit déjà de genres de plantes, d’animaux et d’hommes qui ont disparu, remplacés par d’autres. Il sait que les lois de la nature sont invariables dans leur diversité, c’est-à-dire qu’un fait découle toujours naturellement de faits de même ordre, ou d’ordre correspondant. Il sait que deux et deux font quatre, non pas seulement en arithmétique, mais en toutes choses – connaissances moins communes qu’on ne pense.

Enfin il se sent, il se connaît ; il a étudié l’homme anatomique et l’homme moral ; il sait que ses membres et sa pensée réclament un exercice égal : l’alternative du travail et du loisir. Il éprouve le besoin d’aimer et d’être aimé, et reconnaît que sans la fraternité, qui commande l’égalité, la paix ne peut exister parmi les hommes, ni sans la paix le bonheur. Sa volonté, qui est le résultat composé de ses besoins et aptitudes, de ses sentiments et de son intelligence, la somme enfin de son être, sa volonté, il le sent, est une chose sacrée, et, par la même raison, celle d’autrui. Il doit être libre ; il veut l’être. La violence contre la personne humaine lui paraît un sacrilège. Voilà cet homme lancé tout-à-coup dans le monde. Supposons-le dans les meilleures conditions probables, en pays républicain, ayant pour introducteur quelque conseiller d’Etat, pénétré de l’excellence des institutions auxquelles il préside. Tout d’abord, ces deux hommes s’entendent à merveille ; liberté, droits du citoyen, souveraineté populaire, justice, fraternité, moralité, ordre, prospérité, science, humanité, tout y entre, et pas un mot ne proteste.

– Notre instruction publique est la plus avancée du monde, affirme, en se frottant les mains, le conseiller. Nous lui avons fait faire, en ces derniers temps surtout, de grands progrès. Voulez-vous voir cela ? Et ils se dirigent vers l’école. Ils entrent, s’arrêtent en silence à la porte d’une des classes et écoutent. Chaque enfant récite à son tour une page d’un livre qu’il met dans la main du maître ; et déjà l’étranger murmure.

– Ceci est mauvais, réciter n’est pas comprendre. Mais bientôt, à peine en peut-il croire ses oreilles ; car cette récitation est une suite de récits et de maximes plus absurdes, ou plus abominables les unes que les autres. C’est la Création du Ciel et de la Terre en six jours ; c’est une cosmogonie et une physique, non-seulement chimérique, mais en contradiction formelle avec les faits scientifiquement reconnus. C’est une morale pire encore : « Je vengerai les fautes des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et quatrième génération. » C’est la science regardée comme le péché suprême : « Dieu défendit à Adam et Eve de manger de ce fruit, qui était le fruit de l’arbre de science, et pour leur désobéissance, il les condamna au malheur, eux et toute leur race. » C’est le meurtre le plus sauvage érigé en devoir : « Et il passa au fil de l’épée toutes les personnes vivantes, hommes, femmes et petits enfants, comme l’Eternel, le Dieu d’Israël, l’avait commandé. » C’est la miséricorde érigée en crime et la trahison en vertu. C’est l’esclavage consacré par la loi divine ; c’est la femme bétail et marchandise ; c’est la raison humaine enfermée dans le cercle de la loi écrite, comme un prisonnier dans un cachot ; c’est l’obéissance, c’est-à-dire l’abdication de soi-même, la plus grande des immoralités, puisqu’elle peut les entraîner toutes, recommandée comme vertu suprême….. L’étranger ne sait s’il rêve. Il regarde son guide, s’éloigne brusquement, puis revient dans une vive agitation vers le conseiller d’Etat qui le suit et l’appelle.

– Eh bien ! vous partez déjà ?

– Déjà ! Vous m’avez fait franchir en quelques minutes l’espace d’un monde de justice à un monde de folie et d’iniquité. Qu’est ceci ? Où sommes-nous ? Quel étrange enseignement donnez-vous à la jeunesse ? Quoi, vous lui apprenez le mensonge au lieu de la vérité ! Le meurtre, l’injustice, la violence ! Sans doute, vous voulez montrer à vos enfants quelle était l’enfance de l’humanité ? mais quelle horrible imprudence ! Confie-t-on de violents poisons à des vases fragiles ? Ne voyez-vous pas qu’en présentant à ces jeunes imaginations le tableau révoltant des brutalités et férocités primitives, vous les souillez à jamais ! Avant qu’ils aient fortifié leur esprit par la connaissance de la vérité, et leur cœur par la pratique de la justice, c’est pervertir leur cœur et troubler leur raison, que de leur imposer la connaissance du mal. Et puis, même, cette parole du maître, qui doit rectifier tant d’erreurs et montrer l’odieux de telles actions, et de tels préceptes, je ne l’ai point entendue ! Toutes ces ignominies retentissent dans le silence et l’on attend vainement la protestation qu’elles appellent !

– Je vois, dit le conseiller confus, que vous parlez de l’histoire sainte. Nous venons pourtant de rendre une loi magnifique à cet égard : elle n’est plus obligatoire. Malheureusement, nos mœurs en décident tout autrement, et il n’est point de père de famille qui ne fasse donner cet enseignement à son enfant. Seulement les uns préfèrent que le professeur ait une robe noire, et les autres un habit. C’est en ceci que triomphe la liberté. – Suis-je donc chez un peuple barbare ou insensé ? reprend le solitaire. Et pourtant nous paraissions nous entendre tout-à-l’heure. Vous m’avez dit que c’était ici un pays républicain, où chaque citoyen est souverain, où la loi n’est que l’expression de la volonté commune ?

– Assurément.

– Expliquez-moi donc alors comment les premières leçons que reçoit chez vous l’enfance soient des leçons d’injustice, de superstition, de cruauté ? Comment ! au lieu d’exercer vos futurs citoyens à la conception et aux pratiques de la liberté, vous leur imposez pour dogme l’obéissance ? De deux choses l’une, ou vous êtes les plus inconséquents des hommes ; ou il y a ici une classe régnante de fourbes qui dépravent et aveuglent afin de régner. Tandis que le conseiller d’Etat abasourdi s’embrouille dans l’explication de sa politique, vient à passer près d’eux un chétif garçon de douze ans, portant le bagage d’un homme robuste et bien mis. Des hommes en blouse, sales et déchirés, prennent un maigre repas, assis sur la terre, près de l’égoût (sic) qu’ils nettoient. La porte d’une maison petite et misérable s’ouvre, et une femme en haillons en sort, tenant un enfant dans ses bras ; elle tend furtivement et humblement la main aux passants. L’étranger regarde avec mépris l’administrateur de l’Etat républicain.

– Vous m’avez trompé, lui dit-il. Je vois maintenant l’effet de votre éducation publique. Ceci n’est point un pays libre ; mais un pays d’esclavage. Celui qui mendie, celui que la pauvreté réduit au travail d’une bête de somme, de l’aube à la nuit, ne sont point des êtres libres, ni jouissant des droits de l’Humanité. Vous vivez, cela saute aux yeux, sous le régime des castes, et cela est logique avec votre enseignement. Adieu. Puis il retourne cacher dans sa solitude son désappointement et son dégoût de la société humaine. Si les pères de famille qui se disent républicains écartaient la taie de l’habitude qui couvre leurs yeux, ils penseraient comme le solitaire, et ne souffriraient point qu’on enseignât à leurs enfants autre chose que la science et la vérité.

André Léo. »

 

Dans L’Internationale. Documents et souvenirs, James Guillaume évoque ce texte (Tome II, quatrième partie, chapitre 2, p. 258) :

« Mme André Léo avait traité, sous une forme humoristique, ce sujet : L’éducation et la Bible. Un extrait du livre de Lefrançais sur la Commune, livre qui ne parut qu’en janvier 1872, formait le quatrième article sous ce titre : Les socialistes et les républicains bourgeois en face de la guerre. […] Notre almanach, édité par notre Commission de propagande socialiste de Saint-Imier et imprimé à l’atelier G. Guillaume fils, se vendit bien ; il fallut en faire sur-le-champ une seconde édition, qui fut écoulée principalement en Belgique. »

Toujours d’après James Guillaume, André Léo a poursuivi cette réflexion par un article sur l’éducation dans l’Almanach du peuple pour 1873 (cinquième partie du tome II de L’Internationale, chapitre II, p. 40) :

« Nous avions publié, deux fois déjà,  un petit almanach, qui avait été pour nous un très utile moyen de propagande. Le succès nous encourageait à continuer, et dans le courant de décembre parut (imprimé à Neuchâtel, à l’atelier G. Guillaume fils), l’Almanach du peuple pour 1873 (3e année, Saint-Imier, Propagande socialiste, 40 p., petit in-16). Cette brochure contient les articles suivants : Quelques mots sur la propriété, par Elisée Reclus ; Le suffrage universel, par Jules Guesde ; L’éducation démocratique, par Mme André Léo ; Les veuves des fédérés, poésie, par Alfred Herman (de Liège) ; Une nouvelle Parabole (imitation de la célèbre Parabole de Saint-Simon), par B. Malon ; Le collectivisme (suite de l’article de l’almanach précédent), par Adhémar Schwitzguébel. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *