James Guillaume, André Léo et les communeux et communeuses réfugiés à Neuchâtel

JG léo guerre sociale

Volume numérisé par la BnF sur Gallica.

Extraits d’une lettre à sa femme Élise Golay (Jeudi 27 juillet 1871) Fonds Georges-Émile Guillaume (AEN)

[…] Sois sans inquiétude au sujet de notre lit : mon intention n’a jamais été d’en disposer pour autrui, surtout sans ton consentement. Je t’avoue que je n’aurais pas de répugnance à y mettre Mme André Léo : elle a l’air si bon et si respectable. Elle est encore à Neuchâtel jusqu’à dimanche  [note hors texte : 30 juillet] ; elle va donner des conférences à la Chdfonds, puis à Genève. J’espère que tu la verras  lorsqu’elle repassera par ici.

M. est parti ce matin. Je suis enchanté de lui ; j’ai rarement rencontré d’homme aussi sympathique. Tu le verras aussi lorsqu’il repassera par ici. Ne crains rien quant à George. La présence de M., à qui je l’ai présenté, l’a mis dans les meilleures dispositions, et j’ai pu m’absenter de l’atelier hier tant que j’ai voulu, sans que personne y trouve à redire – bien au contraire. Mme André Léo loge à l’hôtel du Raisin ; elle passera sa journée à travailler à un livre qu’elle écrit ; et elle m’a prié de venir chaque soir après souper la prendre pour faire un tour de promenade. Je le ferai avec grand plaisir, car sa conversation est très instructive. En même temps, elle est simple au possible : ce matin je l’ai trouvée faisant des reprises à des bas, comme une vieille grand maman. Ma mère est remise : elle est venue hier en ville s’informer si elle aurait à loger un de mes visiteurs : mais ils sont restés à l’hôtel. Je voudrais pourtant bien qu’on peut épargner à Mme Champseix, qui est pauvre, ses frais d’hôtel ; mais comment faire ? »

James Guillaume, éditeur de témoignages de communards exilés en Suisse

L’ouvrage signé d’André Léo La guerre sociale. Discours prononcé au congrès de la paix à Lausanne (1871) est imprimé en 1871 à Neuchâtel par l’imprimerie G. Guillaume fils dont James Guillaume est le gérant depuis août 1869 après son exclusion de l’école industrielle du Locle. André Léo prend la défense des Communards. Dans L’Internationale. Documents et souvenirs, tome II, troisième partie, chapitre XII, p. 218, note 5, Guillaume donne la précision suivante : « Le discours de Mme André Léo (publié sous le titre de La guerre sociale) et celui de Clémence furent imprimés à l’imprimerie de G. Guillaume fils. » Il évoque dans le corps du texte la réaction aux attaques contre certains communards :

« Nous la blâmâmes d’avoir parlé de la sorte : les exagérations – et elle en était coutumière – ne font de tort qu’à ceux qui s’y laissent aller. Adolphe Clémence prononça aussi un discours devant le même Congrès pour défendre la Commune dont il avait été membre. »

C’est d’ailleurs une contradiction par rapport au titre même de l’ouvrage de Clémence qui indique que le discours ne put avoir lieu : De l’antagonisme social, ses causes et ses effets. Discours qui n’a pu être prononcé au congrès de la paix et de la liberté par Adolphe Clémence, communard lui-aussi exilé.

Dans l’article « La correspondance du peintre Gustave Jeanneret » publié dans le Mouvement social, avril-juin 1965, n° 51, par Marc Vuilleumier, l’historien a édité une lettre de Guillaume à Jeanneret du 27 septembre 1871 qui revient sur cette question (P. 85) :

« Ernest [= Clémence] a voulu parler au Congrès de la paix et avait préparé un discours fort énergique ; les hurlements des bourgeois pacifiques l’ont empêché de le prononcer : on lui a fermé la bouche. Nous imprimons ce discours en ce moment. »

Toujours en 1871, Gustave Lefrançais édite chez G. Guillaume fils son Etude sur le mouvement communaliste à Paris, en 1871. C’est le cas aussi de Benoît Malon qui publie La troisième défaite du prolétariat français la même année. James Guillaume évoque une première fois cette publication dans l’Internationale (tome II, troisième partie, chapitre X, p. 188) :

« Il avait été question, un instant, dans le courant d’août, de confier notre délégation à Malon qui, en arrivant à Genève, avait parlé de se rendre en Angleterre, où Mme André Léo avait d’abord projeté de se fixer. Mais ce projet fut abandonné presque en même temps que formé. Malon ayant renoncé à l’idée d’aller à Londres et s’étant décidé à rester à Genève, où il s’occupait à écrire son livre sur la Commune, La Troisième défaite du prolétariat français, dont l’impression se fit en septembre et octobre à Neuchâtel, dans l’atelier G. Guillaume fils, sous ma surveillance. »

Toujours dans L’Internationale, Guillaume évoque ces publications destinées à réhabiliter la mémoire des communeux (tome II, troisième partie, chapitre XII, p. 218-219) :

« Diverses publications allaient faire connaître enfin au public la vérité sur la Commune outragée et calomniée. J’ai déjà dit que Malon s’était mis à écrire, dès son arrivée à Genève les chapitres d’un livre qu’il intitula La Troisième défaite du prolétariat français et qui s’imprima à Neuchâtel dans notre atelier ; mais il ne peut paraître qu’au milieu de novembre. […] Enfin fut annoncée, pour paraître le 15 décembre, une Etude sur le mouvement communaliste, par G. Lefrançais, qui s’imprima, comme le volume de Malon, à l’atelier G. Guillaume fils, à Neuchâtel. Lefrançais vient à Neuchâtel en octobre pour s’entendre avec moi […]. »

L’imprimerie de James Guillaume publie aussi le témoignage du propre frère de James, Georges Guillaume, qui a participé à la Commune : Souvenirs d’un franc-tireur pendant le siège de Paris. Par un volontaire suisse.

En tant qu’imprimeur-éditeur, James Guillaume diffuse la propagande favorable à la Commune en publiant des témoignages écrits par des proscrits immédiatement après la Semaine Sanglante.

Comme James Guillaume l’indique dans une lettre à Gustave Jeanneret publiée par Marc Vuilleumier l’article déjà cité qui est consacré à sa correspondance, les proscrits ont activement participé au journal qui a remplacé La Solidarité (p. 94) :

« Nous avons choisi pour notre organe officiel un excellent petit journal qui paraît à Genève, la Révolution sociale, et dans lequel écrivent Mme André Léo, Arthur Arnould, Lefrançais, Malon, etc. »

Mémoire présenté par la fédération jurassienne de l’association internationale des travailleurs à toutes les fédérations de l’Internationale, Sonvilliers, au siège du comité fédéral jurassien, 1873

Bien qu’anonyme ce Mémoire a été rédigé par James Guillaume et est publié par son atelier. Il évoque dans cette publication l’assistance aux proscrits :

P. 192 : « Enfin la Commune tomba, et les orgies sanglantes de la réaction commencèrent. Avec quel désespoir fut accueillie la nouvelle de cette immense catastrophe ! Au premier moment, on croyait que pas un des nôtre n’avait survécu au désastre. Peu à peu, cependant, on apprit que celui-là avait été échangé, et alors les internationaux jurassiens firent ce qu’ils purent pour contribuer au sauvetage des débris de la Commune. Bientôt les réfugiés, tant de Paris que de province, affluèrent en Suisse, surtout à Genève, apportant avec eux un élément nouveau de vie et d’activité, et dans le courant de l’été de 1871, l’Internationale, si fortement éprouvée par cette année de crise, commença à réorganiser chez nous ses Sections d’une manière régulière. »

Extraits du dossier « BA/1111. James Guillaume » des archives de la préfecture de police française à Paris

Les liens entre James Guillaume et les proscrits suscitent des rapports de surveillance de la part de la police française (dossier BA/1111). Le 2 décembre 1873 est publié un rapport transmis par le Ministère de l’Intérieur et classé au dossier 6806 :

« Le canton de Genève sert de refuge à 223 proscrits, internationaux, compromis dans les événements de 1871 ou condamnés contumaces. De ce nombre, 153 [chiffre difficilement lisible] font partie de la « Section française jurassienne » dont Guillaume et Schwitzguébel sont les grands chefs en ce moment. »

Un autre rapport est daté du 24 janvier 1874, rédigé à Bruxelles et signé du numéro « 15 ». Ce document porte le cachet du cabinet du préfet dont voici quelques extraits :

« […] Il est l’ami intime de Bakounine, Alerini, Pindy, B. Malon, Joukowsky, Lefrançois (sic), Elisée Reclus, Elie Reclus, Mme André Léo, Adhémar Schwitzguébel de Sonvilliers, Farga, Van den Abeele, Paul Brousse, Marselan, Morago, L. Verrycken, H. Gerhard, Ch. Beslay, Claris, etc. […] Guillaume, en qualité d’élève de Bakounine, devait opérer dans le Sud-Est : Grenoble, Nuits, Dijon, Pontarlier, etc. etc. La chute de la Commune et la surveillance organisée entre temps par les autorités de Versailles les en empêchèrent. Guillaume, comme tous les internationalistes se dévoua alors à sauver les réfugiés communalistes et tous ceux qui accoururent au Locle, à la Chaux de Fonds, à Porrentruy, à Sonvilliers et à Neuchâtel furent bien accueillis, – grâce à la vigilance de Guillaume. »

L’Internationale. Documents et souvenirs. Tome II

Dans son témoignage exceptionnel publié entre 1905 et 1910, L’Internationale, James Guillaume revient sur l’arrivée des proscrits à Neuchâtel :

Tome II, troisième partie. Chapitre X. P. 167 :

« Schwitzguébel revint de Paris sain et sauf le samedi ou le dimanche suivant. Il avait vu Mme André Léo qui était cachée chez Mlle P. : et ce fut avec  un des passeports apportés par lui que Léodile Champseix quitta Paris, une quinzaine de jours plus tard, pour venir en Suisse. »

Dans l’article « La correspondance du peintre Gustave Jeanneret » publié dans le Mouvement social par Marc Vuilleumier, l’historien apporte les précisions suivantes permettant d’identifier le contact de Jeanneret (p. 78) :

« Gustave Jeanneret était donc en Suisse au moment de la Commune de Paris. Il ne rentra dans la capitale française qu’au début juillet 1871, chargé d’un sac à double fond, renfermant des passeports destinés à faciliter l’évasion des communards qui se cachaient encore à Paris. Là, il se mit en contact avec Mlle Prins, avec des avocats tels que Laviolette et Dupont de Bussac, défenseurs habituels des insurgés devant les conseils de guerre, ainsi qu’avec Paul Lanjalley, l’auteur, avec Paul Corriez, de la première histoire de la Commune favorable à l’insurrection. C’est Lucienne Prins qui le mit en contact avec Lanjalley. »

L’Internationale contient de nombreuses informations sur les suites de la Semaine Sanglante (mai 1871) (tome II, troisième partie, Chapitre X) :

P. 169 : « Il me reste, pour achever ce que j’ai à dire à propos du sauvetage des proscrits de la Commune, à parler de l’arrivée à Neuchâtel de Mme Champseix et de Malon, et du voyage à Paris de mon ami Gustave Jeanneret. »

P. 170 : « Vers le 15 juillet, Malon quitta Paris pour se rendre en Suisse par la ligne de l’Est accompagné d’Ottin et de Mme Ottin, et muni d’un passeport au nom de leur fils Léon. Les voyageurs arrivés à Bâle, s’y arrêtèrent pour attendre Mme Champseix, qui ne les y rejoignit que huit jours plus tard ; Ostyn, membre de la Commune (19e arrondissement), les y rencontra aussi fortuitement. Tous ensemble prirent le train pour Neuchâtel le mardi 25 juillet, après m’avoir télégraphié la veille pour m’annoncer leur arrivée. Ma femme était absente : elle se trouvait depuis quelques jours, avec notre enfant, en visite à la campagne, chez son frère aîné, au canton de Vaud. Ma première idée avait été d’offrir l’hospitalité, sinon aux cinq voyageurs, du moins à deux ou trois d’entr’eux, chez moi et chez mes parents, qui m’y avaient autorisé : mais ils ne voulurent pas accepter, et se logèrent tous à l’hôtel. […] Toute la caravane repartit pour Genève le jeudi matin, excepté Mme André Léo, qui, se proposant d’entreprendre immédiatement une campagne de conférences sur la Commune, et voulant commencer par la Chaux-de-Fonds, où elle avait des amis, demeura encore trois jours à Neuchâtel. Le jeudi 27 juillet, j’écrivais à ma femme :

… Mme André Léo est encore à Neuchâtel jusqu’à dimanche : elle va faire des conférences à la Chaux-de-Fonds, puis à Genève. J’espère que tu la verras lorsqu’elle repassera par ici.

Malon est parti ce matin. Je suis enchanté de lui : j’ai rarement rencontré d’homme aussi sympathique. Tu le verras aussi lorsqu’il reviendra. »

On peut noter qu’il a repris la lettre retrouvée aux AEN en indiquant le nom de Malon qui y était uniquement signalé par un M.

James Guillaume évoque ensuite à de nombreuses reprises l’action d’André Léo et en particulier sa participation à la rédaction de l’Almanach du peuple pour 1872 (Tome II, quatrième partie, chapitre 2, p. 257) :

« En attendant, nous avions, comme l’année précédente, pour aider à la propagande de nos idées, publié un petit almanach. L’Almanach du peuple pour 1872 parut à la fin de décembre ; il contenait des articles d’Adhémar Schwitzguébel, Michel Bakounine, Mme André Léo, Gustave Lefrançais, et un poème de B. Malon. »

P. 258 :

« Mme André Léo avait traité, sous une forme humoristique, ce sujet : L’éducation et la Bible. Un extrait du livre de Lefrançais sur la Commune, livre qui ne parut qu’en janvier 1872, formait le quatrième article sous ce titre : Les socialistes et les républicains bourgeois en face de la guerre. […] Notre almanach, édité par notre Commission de propagande socialiste de Saint-Imier et imprimé à l’atelier G. Guillaume fils, se vendit bien ; il fallut en faire sur-le-champ une seconde édition, qui fut écoulée principalement en Belgique. »

Il y fait de nouveau référence dans la cinquième partie du tome II  de L’Internationale (chapitre II, p. 40) :

« Nous avions publié, deux fois déjà,  un petit almanach, qui avait été pour nous un très utile moyen de propagande. Le succès nous encourageait à continuer, et dans le courant de décembre parut (imprimé à Neuchâtel, à l’atelier G. Guillaume fils), l’Almanach du peuple pour 1873 (3e année, Saint-Imier, Propagande socialiste, 40 p., petit in-16). Cette brochure contient les articles suivants : Quelques mots sur la propriété, par Elisée Reclus ; Le suffrage universel, par Jules Guesde ; L’éducation démocratique, par Mme André Léo ; Les veuves des fédérés, poésie, par Alfred Herman (de Liège) ; Une nouvelle Parabole (imitation de la célèbre Parabole de Saint-Simon), par B. Malon ; Le collectivisme (suite de l’article de l’almanach précédent), par Adhémar Schwitzguébel. »

Les relations entre Guillaume et les proscrits : pistes historiographiques

En 1971, Marianne Enckell a publié La Fédération jurassienne (Lausanne, La Cité éditeur) où elle fait référence à l’influence des proscrits dans la vie de la fédération :

P. 51-52 : « Cependant, depuis l’aventure malheureuse du 4 septembre, l’idée d’une participation à l’insurrection depuis la Suisse les a abandonnés. Elle s’éloignera encore plus – tout en restant une fin théorique – quand, le 27 mai, leur parvient la nouvelle de l’écrasement de la Commune. Les efforts se concentrent alors sur l’accueil des réfugiés, le soutien matériel aux emprisonnés et aux bagnards, et, au plan théorique, la critique des gouvernements. L’arrivée, à Genève et dans le Jura, de ceux qu’on appellera les Communards – une cinquantaine de proscrits, dont un grand nombre d’internationaux, poursuivront leur activité en Suisse – sera importante pour l’avenir de l’Internationale en Suisse. »

P. 53 : « En 1871, la situation est plus favorable, et les rives du Léman accueillent des réfugiés politiques de toutes sortes. Ainsi les Communards participeront à la vie de l’Internationale et du mouvement ouvrier suisse ; certains poursuivront leur voyage plus loin, la plupart rentreront en France lors de l’amnistie de 1880, quelques-uns enfin resteront en Suisse et y feront souche. »

Marc Vuilleumier a consacré un article aux « Exilés communards en Suisse » dans les Cahiers d’histoire¸ Lyon, t. 22, 1977, p. 153-176. Repris dans Marc Vuilleumier, Histoire et combats. Mouvement ouvrier et socialisme en Suisse 1864-1960, Lausanne, Editions d’en bas-Collège du travail, 2012, p. 237 et suivantes (les numéros de pages font référence à cette édition). Il y fait une estimation du nombre de communeux proscrits :

P. 243 : « En Suisse, il n’a certainement pas atteinte le millier ; nous l’évaluons à 800 au maximum, dont 4 à 500 pour la seule Genève. »

L’historien insiste ensuite sur la place des femmes parmi ces proscrits :

P. 253-254 : « Quant aux militantes ouvrières, elles sont rares ; citons, parmi les communeuses réfugiées en Suisse, Virginie Barbet, de Lyon, et Victorine Rouchy, qui publiera, beaucoup plus tard, ses Souvenirs d’une morte vivante. Paule Mink et André Léo, elles, proviennent d’un autre milieu social ; ce sont des intellectuelles […]. »

En développant en particulier le cas de Benoît Malon, Marc Vuilleumier pose enfin la question du retour d’exil après l’amnistie de 1880 (p. 261-262) :

« Quand ils sont rentrés en France, à ce moment où plus tard, les anciens communeux se sont trouvés en face d’un mouvement ouvrier entièrement nouveau, qui s’était constitué en dehors d’eux et qui ne leur devait rien. Malon et quelques autres autres proscrits avaient su s’en rendre compte et avaient pu, de ce fait, exercer sur lui une certaine influence et s’y intégrer dès leur retour en France, continuant ainsi l’action militante qu’ils avaient poursuivie durant l’exil. Mais beaucoup d’autres, séparés durant de nombreuses années du mouvement réel, ayant acquis en quelque sorte une mentalité d’anciens combattants, ne purent jamais s’y adapter. Ils demeurèrent à l’écart, formant de petits groupes marginaux, ou alors évoluèrent dans des directions tout à fait différentes. »

Cette hypothèse sera à explorer dans le cas de l’exil de James Guillaume en France à partir de mai 1878.


2 réflexions au sujet de « James Guillaume, André Léo et les communeux et communeuses réfugiés à Neuchâtel »

  1. Ping : L’amitié entre James Guillaume et Lucien Descaves (1902-1916) | James Guillaume

  2. Ping : James Guillaume dans « Philémon, vieux de la vieille » de Descaves (1913) | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *