“Les vaincus n’ont pas d’histoire. Brisons avec cette iniquité”, B. Malon, 1871.

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant, édite La Troisième défaite du prolétariat français de Benoît Malon. La même année Guillaume avait déjà imprimé le témoignage d’un autre communard, Clémence. Malon, communard exilé à Neuchâtel, date sa préface du 31 octobre 1871 et donne sa vision de l’histoire (p. 5-6) :

“Un bourgeois républicain écrivait avec raison il y a quelques années : “Les vaincus n’ont pas d’histoire”. Brisons avec cette iniquité. Mais que les amis et les ennemis le sachent, les vaincus qui peuvent, au nom de la vérité et de la justice, traîner les vainqueurs aux gémonies, sont bien près de la victoire.”

Les pages reproduites sont tirées de la version numérisée par la BnF sur Gallica.

Malon-préface1

Malon-préface2

 



Citer ce billet
Buttier Jean-Charles (2016, 19 avril). “Les vaincus n’ont pas d’histoire. Brisons avec cette iniquité”, B. Malon, 1871. James Guillaume. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qkod

Une réflexion sur « “Les vaincus n’ont pas d’histoire. Brisons avec cette iniquité”, B. Malon, 1871. »

  1. Ping : James Guillaume, André Léo et les communeux et communeuses réfugiés à Neuchâtel | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.