James Guillaume, lecteur de Fourier (lettre à sa mère du 25 juin 1867)

Extraits d’une lettre adressée par Guillaume à sa mère du 25 juin 1867 conservée dans le fonds de la famille Georges-Émile Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel (cote I/5 correspondance). James Guillaume se plaint du jugement très négatif de son père sur Constant Meuron.

« Croyez-vous que M. Meuron soit l’inspirateur de mes idées socialistes, ou par exemple, de la correspondance sur la réforme électorale que vous n’avez pas voulu insérer ? Oubliez-vous que j’avais lu Fourier avant d’être intimement lié avec M. Meuron, et qu’à Zurich déjà, comme les lettres que j’ai sous les yeux le prouvent, je me déclarais socialiste ? »

« Tâchez de  vous souvenir un peu mieux de l’indépendance de mon caractère. J’ai trouvé à la Chaux de Fonds et ici des amis qui me sont sympathiques, et dont je partage l’opinion sur beaucoup de points ; mais mes opinions m’appartiennent, je ne les ai empruntées à personne ; j’en pourrais nommer au contraire qui m’empruntent les miennes.»

Dans le premier tome de l’Internationale. Documents et souvenirschapitre X, p. 90, note 2, James Guillaume évoque ses liens avec les phalanstériens et sa lecture de Fourier :

“Dès les premières années de mon séjour au Locle, je m’étais lié avec quelques phalanstériens restés fidèles à la doctrine du maître : l’un deux, un horloger français nommé Cary, m’avait prêté divers ouvrages de Fourier, entre autres la Théorie de l’Unité universelle, et un livre de Considérant, écrit avec une verve entraînante, Le socialisme devant le vieux monde, ou le Vivant devant les morts.”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.