La rédaction de la Revue pédagogique rend compte de l’article « Pestalozzi » de James Guillaume (1885)

JG1885RP

« Léonard et Gertrude de Pestalozzi », in La Revue pédagogique, tome VI, janvier-juin 1885, disponible sur archive.org.

[Sous ce titre nous publions, en les rapprochant de manière à en former un ensemble, un certain nombre d’extraits de l’article Pestalozzi, qui paraît en ce moment même dans les livraisons 150 et 151 du Dictionnaire de pédagogie (1), sous la signature de M. J. Guillaume. Cet article, dont l’éditeur a bien voulu nous communiquer les bonnes feuilles, est un travail considérable, puisé aux sources : nous nous abstiendrons de le recommander à nos lecteurs : l’auteur est l’un des plus anciens collaborateurs de la Revue, qui lui doit, depuis le début, la rédaction du Courrier de l’Extérieur.

« Jusqu’à ces dernières années, dit M. Guillaume dans l’introduction de son étude, des périodes entières de la vie du philanthrope de Neuhof étaient restées mal connues; plusieurs de ses écrits les plus importants avaient été défigurés dans des éditions remaniées, ou étaient demeurés inédits. C’est grâce aux travaux récents de quelques compatriotes de Pestalozzi et tout particulièrement de M. Morf, de Mme Zehnder-Stadlin, de M. le Dr O. Hunziker, que la lumière a été faite sur bien des points restés obscurs, en même temps que le texte authentique des écrits de Pestalozzi était de nouveau rendu accessible par les éditions complètes ou partielles, de Seyffarth, de Mann et du comité du musée pestalozzien de Zürich. Nous avons utilisé le résultat de ces consciencieuses recherches: et l’esquisse que nous offrons à nos lecteurs leur présentera, d’une façon plus exacte qu’il n’avait été possible de le faire jusqu’ici en France, la figure du vrai Pestalozzi. » La Rédaction.]

(1) Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, publié sous la direction de M. F. Buisson. Paris, librairie Hachette et Cie.

L’introduction de l’article du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire sur Pestalozzi comporte des phrases qui n’ont pas été reproduites par la Revue pédagogique :

« Henri Pestalozzi tient le premier rang parmi ceux qui ont contribué à fonder la pédagogie moderne. Il est naturel que ce Dictionnaire consacre un article d’une certaine étendue à l’homme au nom duquel on rattache, à tord ou à raison, presque tout ce qui a été fait dans le domaine de l’éducation depuis trois quarts de siècle. »

Ce long article a abouti à la rédaction d’une biographie de Pestalozzi par Guillaume en 1890 : Pestalozzi, étude biographique, Paris, Hachette, 1890 qui est disponible sur Archive.org.

En 1927, Marius Tortillet (alias M. T. Laurin), revient sur la biographie de Pestalozzi par Guillaume dans La Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, n°21, du 13 février 1927 (disponible dans les collections numérisées de la Bibliothèque Diderot de Lyon). Ce numéro est consacré au centenaire de la mort de Pestalozzi et c’est l’occasion pour Tortillet de rendre hommage à James Guillaume :

« Lorsque l’on a lu avec attention la vie du plus grand instituteur de tous les temps dans les ouvrages de Pompée, de Roger de Guimps et surtout de James Guillaume, on se sent pris d’une admiration sans borne et d’une vive piété pour un homme dont la vie toute entière fut mise au service de l’éducation du peuple. James Guillaume, secrétaire du Dictionnaire pédagogique, édité sous la direction de Ferdinand Buisson, qui mourut pendant la guerre, était bien qualifié pour parler de Pestalozzi : confiant surtout pour fonder un ordre nouveau sur la formation morale et intellectuelle du peuple, l’ancien ami de Bakounine, un des derniers représentants du fédéralisme libertaire des ouvriers jurassiens, il rappelle avec une émotion communicative l’existence tourmentée et singulièrement féconde de l’auteur de Léonard et Gertrude. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *