James Guillaume et les instituteurs et institutrices syndiqué.e.s face à la répression gouvernementale (1912-1913)

Le 1er octobre 1910 est publié le premier numéro de l’hebdomadaire L’École Émancipée qui diffuse les idées politiques et pédagogiques des instituteurs et institutrices syndiqué.e.s.

Voici l’annonce présente sur la première page de ce numéro (exemplaire de la BnF numérisé sur Gallica) :

James Guillaume a suivi la mise en place du syndicalisme dans l’enseignement primaire en éditant l’article « Syndicats d’instituteurs » par Émile Glay dans le Nouveau dictionnaire d’instruction primaire (1911), alors qu’il en est le secrétaire de rédaction. Cet article rappelle la répression que connurent les syndicats d’instituteurs et d’institutrices qui avaient voté le 29 mars 1907 l’adhésion à la Confédération générale du travail (CGT) lors du congrès de Nantes. Ceci valut d’ailleurs une révocation à Nègre, secrétaire de la Fédération des syndicats d’instituteurs.

Cette histoire des débuts du syndicalisme dans l’enseignement fut racontée par François Bernard, Louis Bouët, Maurice Dommanget et Gilbert Serret en 1968-1969 dans Le syndicalisme dans l’enseignement. Histoire de la Fédération de l’enseignement des origines à l’unification de 1935 Les classiques des sciences sociales (Toulouse, CRDP). Une version numérique est disponible sur le site  » de l’UQAC. Lire notamment le chapitre V qui s’intitule « Vers la C.G.T. ».

Les auteurs, syndicalistes, y ont fait le récit du vote de cette adhésion à la C.G.T (pp 154-155) :

« D’ailleurs, l’acte de courage, si c’est de ça qu’il s’agit, ne consistait pas à se prononcer sur la participation éventuelle à une grève générale, alors bien problématique des syndicats ouvriers, mais dans l’adhésion même à la C.G.T. Cet acte, nous l’avons dit, le Congrès de Nantes le fit à l’unanimité et aux applaudissements enthousiastes de tous. Voici le texte voté :

« Le Congrès de la Fédération Nationale des Syndicats d’Instituteurs :

« Considérant que la C.G.T. est l’expression vivante et agissante de la solidarité prolétarienne ;

« Qu’elle est actuellement le trait d’union indispensable entre toutes les organisations syndicales ;

« Qu’aucune organisation conscience de ses devoirs de solidarité ne doit rester en dehors de la C.G.T. ;

« Considérant, d’autre part, que les instituteurs salariés de l’État ont, comme tous les autres salariés, des revendications à présenter à leur employeur, l’État-Patron ; Qu’ils ne sauraient confirmer la thèse gouvernementale qui dresse une barrière entre le prolétariat administratif et le salariat de l’industrie privée ;

« Qu’en adhérant à la C.G.T., ils accomplissent leur devoir de solidarité ouvrière et restent libre de leurs méthodes et de leur tactique ;

« Que les syndicats ouvriers ont, en toute occasion, appuyé et encouragé les revendications des salariés de l’État ;

« Considérant enfin que les Syndicats d’Instituteurs sont déjà rattachés à la C.G.T. par leur adhésion à leurs unions de syndicats ou Bourses du Travail ;

« Déclare adhérer à la Confédération Générale du Travail ».

Le rapporteur général, Cren, a bien mis en évidence l’importance capitale du pacte, désormais conclu entre le prolétariat de l’école et celui de l’usine :

« Mais ce qui fait la force de ce Congrès, c’est que nous sommes sortis du milieu dans lequel se meut généralement l’instituteur : les quatre murs de la classe. Nous avons osé regarder au-dehors afin de nous rendre compte de ce qui se passe autour de nous ; L’acte capital que nous avons accompli et qui tiendra une grande place dans l’histoire du syndicalisme, c’est notre adhésion à la Confédération Générale du Travail ». »

 

Un des acteurs les plus impliqués dans la défense de l’adhésion à la C.G.T est alors Alfred Salabelle qui écrit dans L’École Émancipée sous les pseudonymes suivants : E. Mancipé, C. Gété, C.G.Tiste ou encore Cégétiste. Son premier article recensé dans la revue date du numéro 8 (19 novembre 1910) et s’intitule « Syndicalisme ouvrier » :

Il y défend l’option syndicaliste contre l’action parlementaire. Alfred Salabelle utilise le même pseudonyme E. Mancipé pour rédiger des articles sur l’éducation dans La Bataille syndicaliste dans la rubrique « Tribune de l’enseignement ». Son premier article est intitulé « Le syndicalisme chez les instituteurs » :

Le numéro de La Bataille syndicaliste du 15 août 1912 annonce le 7ème congrès des instituteurs et institutrices de la FNSI qui se réunit à Chambéry du 16 au 17 août suivant. Le quotidien annonce un compte-rendu des débats syndicaux. L’article de Salabelle intitulé « Rapport moral de Léger. Secrétaire de la Fédération » revient sur le fait que le militant avait proposé de soutenir La Bataille syndicaliste, soulevant alors les critiques des syndiqué.e.s proches des socialistes :

Le numéro de L’École Émancipée daté du 31 août 1912 donne le compte-rendu des débats du congrès de Chambéry : « VIIe Congrès de la F.N.S.I ». C’est lors de ce congrès que fut votée la création du « Sou du soldat » (p. 544) :

« Afin de maintenir les relations existantes entre les camarades syndiqués soldats et leur groupement, il est institué dans chaque syndicat une œuvre spéciale, dite Sou du soldat, destinée à leur venir en aide moralement et pécuniairement. Dans les bourses du travail où existe le Sou du soldat, les syndicats devront adhérer à cette organisation.  »

 

L’instauration du « Sou du soldat » valut aux instituteurs et institutrices syndiqué.e.s l’accusation d’antipatriotisme qui se répand dans la presse. Ce « scandale » aboutit à la publication le 23 août d’une circulaire par le ministre de l’Instruction publique Guist’Hau réclamant la dissolution des syndicats d’instituteurs et d’institutrices. Voici pourquoi Pierre Monatte publie en première page du numéro de La Bataille syndicaliste du 25 août suivant un article de soutien intitulé « Le scandale de Chambéry ». Les auteurs de l’ouvrage Le syndicalisme de l’enseignement (dont Louis Bouët qui écrit dans La Bataille syndicaliste le 29 septembre 1912) ont aussi intitulé leur chapitre X : « Chambéry. Le congrès du scandale (15. 16 et 17 août 1912) » (p. 294). Ils citent notamment É. Glay :

 » Dans l’Humanité (31 août), Glay consacre un article à l’« antimilitarisme des instituteurs ».

« Si être antimilitariste, écrit-il, c’est affirmer que l’armée doit être soumise au pouvoir civil, si c’est déclarer que cette force ne devrait jamais être employée contre la classe ouvrière en grève, nous sommes évidemment de cette mauvaise graine… Si les antimilitaristes sont ceux qui protestent contre cette utilisation de l’armée au service des grosses sociétés capitalistes constituant la féodalité financière, ce n’est pas seulement chez les instituteurs syndiqués qu’on en trouvera des centaines ; mais aussi dans les amicales qu’ils se rencontrent par milliers » » (p.321-322).

 

C’est dans ce contexte de tensions entre le gouvernement et la F.N.S.I que James Guillaume participe le 12 octobre 1912 à un meeting de la « Ligue de protection de l’enfance » destiné à défendre les enseignant.e.s syndiqué.e.s. Il est étroitement lié à la rédaction du quotidien de Pierre Monatte auquel participe aussi Alfred Salabelle.

Une semaine après, Guillaume publie dans L’École Émancipée l’article « Le but final du syndicalisme », article repris le lendemain en une de La Bataille syndicaliste :

Suivent trois articles écrits pour défendre les instituteurs et institutrices syndiqué.e.s dans La Bataille syndicaliste et que Guillaume projetait d’ailleurs de publier dans le troisième volume de ses études révolutionnaires.

Le 4 novembre 1912, Guillaume publie de façon anonyme un court texte intitulé : « Chez les instituteurs. La « tyrannie syndicaliste » » dans lequel il s’oppose à l’Union pédagogique française.

Le 8 novembre 1912 parait l’article : « Droits et devoirs. La résistance à l’oppression ».

Surtout, le 21 novembre 1912 est publié le texte suivant : « L’école doit être indépendante du pouvoir politique. Lettre adressée au meeting des instituteurs et institutrices de l’Ardèche, réunis au Teil le 7 novembre 1912 ». Cet article avait au préalable été publié dans le numéro de novembre-décembre 1912 de l’Émancipation, bulletin des instituteurs et institutrices syndiquées de l’Ardèche (département où militait Alfred Salabelle).

Plus tardivement, le 29 septembre 1913, James Guillaume défend une nouvelle fois les instituteurs et institutrices de la FNSI dans les colonnes de La Bataille syndicaliste en réponse à un article de Clemenceau :

Dans le numéro du 11 octobre 1913 de L’École émancipée, Alfred Salabelle reproduisit de larges extraits de cet article en qualifiant James Guillaume de « collaborateur et ami ».

On peut noter une continuité dans les écrits de Guillaume qui défendent le syndicalisme enseignant en mobilisant en particulier ses connaissances d’historien de l’éducation pendant la Révolution française.

 

Note : Merci à Frédéric Mole pour les précieux renseignements fournis sur Alfred Salabelle. Sa thèse est indispensable pour appréhender les débats pédagogiques chez les instituteurs et institutrices syndiqué.e.s des débuts du XXème siècle.

Jean-Charles BUTTIER


Une réflexion au sujet de « James Guillaume et les instituteurs et institutrices syndiqué.e.s face à la répression gouvernementale (1912-1913) »

  1. Très intéressant complétant sur certains aspects le resultat de mes propres recherches contenues dans ma thèse et dans les recherches complémentaires réalisées à l’occasion du colloque de la Cgt sur le mouvement syndical pendant le conflit de 14/18. Très bon travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *