Albert Thomas, lecteur des travaux historiques de James Guillaume

Portrait d’Albert Thomas (1878-1932) conservé à la Bibliothèque nationale de France et numérisé sur Gallica. Albert Thomas a été qualifié d' »historien du temps présent » dans un article qu’Alya Aglan lui a consacré en 2008. C’est ainsi qu’il a participé à l’entreprise éditoriale de l’Histoire socialiste sous la direction de Jean Jaurès. Albert Thomas en a rédigé le volume X consacré à l’histoire du Second Empire (paru en 1907) ainsi que le volume XIII qui en forme la table analytique. Or, la lecture de l’index permet d’identifier de nombreuses mentions de James Guillaume :

Les 4 références au tome V, consacré par Gabriel Deville à Thermidor et au Directoire sont liées à la publication des Procès-verbaux des comités d’instruction publique par James Guillaume.

Les mentions les plus nombreuses sont extraites du volume écrit de la main même d’Albert Thomas et concernent l’histoire de l’Association internationale des travailleurs puisque Guillaume venait de débuter la publication de son Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) en 1905, soit deux ans plus tôt. Voici comment Thomas présente l’œuvre de Guillaume (p. 190) :

« C’est dans cet esprit qu’ils ont rédigé le règlement provisoire de l’Association internationale. Dans le premier volume de l’ouvrage capital, qu’il est en train de publier sur l’Internationale (L’Internationale, Documents et souvenirs, 1864-1878), James Guillaume a fait des différents textes de ce manifeste, – qui, fut adopté définitivement en 1866 par le Congrès de Genève – une critique minutieuse et importante. Il a relevé les inexactitudes de la tradition française. L’une de ces inexactitudes doit nous arrêter : par la correction même dont elle fut l’objet plus tard, elle est un événement historique. Le texte anglais disait que « l’émancipation économique était le plus grand but auquel tout mouvement politique doit être subordonné comme un moyen (as a means)« . Ces mots « comme un moyen » ne se trouvaient pas dans le texte français. Lorsqu’en 1870, dans une nouvelle édition, et sur l’initiative de Paul Lafargue, les inexactitudes de la première traduction française furent corrigées (James Guillaume, I, 283), la correction même parut tendancieuse, et d’autant plus que la traduction nouvelle rendait as a means, par ces mots : « comme un simple moyen« . Alors, en effet, la querelle s’élevait déjà entre marxistes et bakouninistes, entre socialistes soucieux de l’action politique et socialistes anti-politiciens. « Pour les hommes de Londres, dit James Guillaume, les mots as a means étaient censés signifier que l’action politique était obligatoire ». Question de mots, dira-t-on ! – Bien sûr ; mais quiconque a tant soit peu milité connaît l’importance des mots. »

Comme l’indique la table, Albert Thomas s’est ensuite largement servi de l’œuvre de Guillaume pour relater les congrès de l’AIT.

 

Le volume sur le Second Empire devait être à l’origine rédigé par Charles Andler et Lucien Herr qui en ont finalement laissé la réalisation à Albert Thomas comme Charles Andler l’explique dans la préface du volume . C’est l’occasion pour ce dernier de louer le travail de Guillaume sur l’Internationale (p. VIII) :

« Comment les hommes d’alors ont su, en dépit des tracasseries policières, fédérer entre elles les sections de l’Internationale et fédérer les fédérations ; comment ils ont su réaliser provisoirement, par l’union personnelle, la fusion de l’organisation économique syndicaliste et l’organisation politique que nombre de préventions paraissaient rendre impossible, voilà ce qui, après le présent livre de Thomas, restera comme un résultat acquis définitivement ; et, Thomas a eu la fortune inespérée de pouvoir coordonner les documents publiés avec un soin si méticuleux par James Guillaume avec la précieuse correspondance inédite dont le dépositaire est Albert Richard. »

 

Bien que ne se trouvant pas dans la table analytique, Jean Jaurès a fait aussi mention des travaux de James Guillaume dans les 4 tomes en deux volumes qu’il a lui même consacrés à la Convention Nationale (p. 1583) :

« Condorcet n’est pas frappé encore; mais il se sent suspect et l’abandon que fait la Convention, dès les premiers jours, du plan de constitution où il avait mis toute la force et tout l’orgueil de son esprit, le décourage et le rebute; il n’a plus aucune influence au Comité de l’Instruction publique : c’est Sieyès, maintenant, c’est Daunou, ce sont d’anciens prêtres ou oratoriens qui y dominent; et, comme M. Guillaume l’a montré dans sa publication magistrale des procès verbaux du Comité de l’instruction publique, ils abaissent le magnifique programme d’éducation conçu par le philosophe de l’Encyclopédie. »

Il avait déjà mentionné la biographie de Pestalozzi par Guillaume dans son histoire de la Convention nationale. Cette première partie concernait notamment les « Idées politiques et sociales de l’Europe » et Jaurès y traite longuement des idées politiques, pédagogiques et religieuses de Pestalozzi ainsi que de son rapport à la Révolution française. Cette illustration tirée de l’ouvrage de Guillaume est reproduite page 517 de celui de Jaurès.

Illustration extraite de l’édition conservée à l’université de Toronto et numérisée sur Archive.org.

En 1906, Guillaume avait justement écrit à sa sœur Julie qu’il avait fourni sa biographie de Pestalozzi à Jaurès d’où est extrait ce portrait :

« Nous avons parlé ensuite de toute sorte de choses, entre autre du nouveau volume que Jaurès prépare sur la Révolution, et pour lequel je lui fournirai quelques matériaux ; et aussi de Pestalozzi, qu’il connaît et admire, et auquel il doit faire une place dans le volume en question ; je lui ai promis de lui envoyer mon Pestalozzi pour le renseigner (c’est ce que j’ai fait le lendemain). »

Jaurès s’est donc largement inspiré de la biographie de Guillaume. Il partage ainsi sa conviction que Pestalozzi était resté attaché aux idéaux révolutionnaires. Voici un extrait tiré de la page 611 du volume déjà cité sur la Convention Nationale faisant référence au célèbre texte du pédagogue suisse sur la Révolution française :

« Dans un livre sur la Révolution, auquel il mit le titre significatif de Oui ou Non, il affirme qu’il faut prendre parti, et il prend parti. Il sera jusqu’au bout, même au travers de leurs violences et de leurs fautes, avec les révolutionnaires. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *